Centre des médias

L'Assemblée mondiale de la Santé élargit le champ de la santé publique mondiale

Pour lutter contre un grand nombre de risques de mortalité et de morbidité, l'Assemblée adopte une stratégie sur l'alimentation et l'exercice physique, une stratégie sur la santé génésique et des résolutions sur le VIH/SIDA et la sécurité routière

L'Assemblée mondiale de la Santé, l'organe de décision suprême de l'Organisation mondiale de la Santé, a élargi le champ de la santé publique mondiale en décidant d'agir plus résolument contre la mortalité et la morbidité résultant des cardiopathies, du diabète, des cancers, des problèmes de sécurité routière et du manque d'accès aux services de santé, ainsi que des maladies d'origine virale ou bactérienne.

Comme l'a déclaré le Dr LEE Jong-wook, Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé : " Cette session de l'Assemblée mondiale de la Santé a très nettement placé la barre plus haut pour améliorer la santé publique de tous les peuples. Elle a convenu de lutter contre des maladies et des phénomènes qui peuvent se propager dans l'environnement, ou d'une personne à l'autre, et contre celles liées aux aliments, à la sédentarité et à la sécurité routière. Je me félicite aussi de la volonté de prendre des mesures pour améliorer la santé génésique. ".

La Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé, qui s'est tenue du 17 au 22 mai 2004, a réuni plus de 2000 délégués des 192 Etats Membres de l'OMS ainsi que des observateurs officiels et des organisations non gouvernementales. Les intervenants invités, tous deux lauréats du Prix Nobel de la Paix, l'ancien Président de la République de Corée, M. Kim Dae-jung, et l'ancien Président des Etats-Unis d'Amérique, M. Jimmy Carter, ont évoqué les difficultés dues au fossé croissant entre riches et pauvres. L'Assemblée a également entendu le vibrant plaidoyer de Mme Anastasia Karmylk, du Bélarus, persuadée de la nécessité d'en faire plus pour prévenir et traiter le VIH/SIDA, et notamment de surmonter la stigmatisation et les discriminations rencontrées par les personnes vivant avec le VIH/SIDA.

On se bornera dans ce communiqué de presse à résumer les décisions et certaines résolutions adoptées par la Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé, ainsi que la reconnaissance des progrès accomplis dans plusieurs domaines importants de la santé. Les textes complets de tous les documents et décisions sont accessibles sur le site www.who.int/gb.

La Stratégie mondiale de l'OMS pour l'alimentation, l'exercice physique et la santé, approuvée à l'unanimité par les Etats Membres, met l'accent sur deux des principaux facteurs de risques responsables de la charge considérable et croissante des maladies non transmissibles - maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, cancers et pathologies liées à l'obésité notamment - qui sont désormais à l'origine d'environ 60 % des décès et de près de la moitié (47 %) de la morbidité mondiale.

La stratégie souligne la nécessité de limiter la consommation des graisses saturées et des acides gras trans, de sel et des sucres, d'augmenter celle des fruits et des légumes et d'accroître l'exercice physique. Elle envisage également le rôle de prévention joué par les services de santé, les politiques dans le domaine de l'alimentation et de l'agriculture, les politiques budgétaires, les systèmes de surveillance, la réglementation, l'éducation des consommateurs et la communication - en ce qui concerne le marketing, les prétendus bienfaits des produits et le contenu de l'étiquetage - ainsi que les politiques scolaires qui ont une influence sur les choix en matière d'alimentation et d'exercice physique.

Reconnaissant l'importance de la promotion de la santé pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement en matière de santé, l'Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution encourageant tous les Etats Membres à renforcer leurs politiques et leurs programmes relatifs à la promotion de la santé et de modes de vie sains. Cette résolution invite les pays à accorder la priorité à la promotion de modes de vie sains chez les enfants et les jeunes, à privilégier les groupes démunis et marginalisés et à rester attentifs à la prévention des effets nocifs de l'alcool.

L'Assemblée a adopté la première stratégie de l'OMS sur la santé génésique, conçue pour aider les pays à combattre les graves conséquences des problèmes de santé génésique et sexuelle, qui représentent près de 20 % de la charge mondiale de morbidité chez la femme et 14 % environ chez l'homme. La stratégie cible cinq aspects prioritaires de la santé génésique et sexuelle : l'amélioration des soins prénatals, lors de l'accouchement et pendant le post-partum et celle des soins aux nouveau-nés ; la prestation de services de qualité pour la planification familiale, y compris des services contre la stérilité ; l'élimination de l'avortement non médicalisé ; la lutte contre les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH, les infections de l'appareil reproducteur, le cancer du col et d'autres pathologies gynécologiques ; et la promotion de la santé sexuelle. L'Assemblée a, par ailleurs, adopté une résolution sur la famille et la santé dans le contexte du dixième anniversaire de l'Année internationale de la famille.

L'Assemblée s'est félicitée de la stratégie " 3 millions de personnes traitées d'ici 2005 " élaborée par le Directeur général pour soutenir les pays en développement dans leur lutte contre le VIH/SIDA en améliorant l'accès à la prévention, aux soins et au traitement et en assurant l'accès aux antirétroviraux à 3 millions de personnes vivant avec le VIH/SIDA d'ici la fin de 2005. L'Assemblée a confirmé le rôle éminent de l'OMS, qui consiste à aider les pays à prévoir la prévention, les soins, l'accompagnement et le traitement pour le VIH/SIDA dans le cadre de systèmes de santé nationaux renforcés. Les Etats Membres ont prié le Directeur général d'améliorer l'accès des pays en développement aux antirétroviraux et autres produits utilisés dans le diagnostic, le traitement et la prise en charge du VIH/SIDA, notamment en renforçant le projet OMS de préqualification. L'OMS devrait également aider les pays à améliorer la gestion de la chaîne d'approvisionnement et des achats de produits de bonne qualité. La résolution a également encouragé les pays à conclure des accords commerciaux bilatéraux afin de ménager une certaine flexibilité en matière de santé publique, laquelle est énoncée dans l'Accord ADPIC de l'Organisation mondiale du Commerce et la Déclaration ministérielle de Doha sur l'Accord ADPIC et la santé publique.

La Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé a également approuvé à l'unanimité une résolution sur la sécurité routière et la santé. La résolution cherche à traiter de l'absence de sécurité sur les routes, laquelle est responsable de 1,2 million de décès et de plus de 50 millions de traumatismes par an. Invitée par l'Assemblée générale des Nations Unies dans le cadre de sa résolution visant à améliorer la sécurité routière dans le monde, qui a été adoptée au cours d'une séance plénière historique sur ce sujet le 14 avril 2004, l'Assemblée de la Santé accepte également, dans sa résolution, que l'OMS serve de coordonnateur pour les questions de sécurité routière au sein du système des Nations Unies.

L'Assemblée mondiale de la Santé a appris que l'initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite est en bonne voie en Asie et en Afrique du Nord, tandis que l'Inde, le Pakistan, l'Egypte et l'Afghanistan ne signalent que 22 cas de poliomyélite à ce jour cette année. Toutefois, les Ministres de l'Union africaine ont signalé leur inquiétude due au fait qu'en 2004, le nombre des cas apparus en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale était déjà cinq fois supérieur au nombre des cas pour la même période en 2003, à cause de la flambée qui a débuté à Kano, au Nigéria, et qui perdure. L'OMS a annoncé qu'elle lancerait un appel d'urgence en vue d'obtenir des ressources destinées à une campagne de vaccination massive dans toute l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale.

La dracunculose, ou maladie du ver de Guinée, demeure endémique dans 12 pays, tous situés en Afrique subsaharienne. Dans une tentative pour achever l'éradication, l'Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution dans laquelle elle invite instamment les pays d'endémie à intensifier leurs efforts d'éradication et la communauté internationale à maintenir son engagement, sa collaboration et sa coopération afin de faire en sorte que les ressources soient mobilisées pour soutenir ces efforts. L'Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution sur le renforcement de la surveillance de l'ulcère de Buruli et de la lutte contre cette maladie, maladie mal comprise qui risque d'entraîner de graves lésions cutanées et une incapacité importante. La résolution encourage tous les Etats Membres à intensifier la recherche pour la mise au point d'outils de diagnostic, de traitement et de prévention de la maladie et à appuyer à l'initiative mondiale contre l'ulcère de Buruli.

La trypanosomiase humaine africaine, également connue sous le nom de maladie du sommeil, demeure un problème de santé publique majeur, à cause de son potentiel épidémique et de son taux de létalité de 100 % en l'absence de traitement. Les délégués ont adopté à l'unanimité une résolution visant à faire de la lutte contre cette maladie une priorité et à diriger davantage de ressources vers les pays d'endémie.

Des progrès remarquables dans la réduction du nombre des décès dus à la rougeole ont été signalés aux délégués de l'Assemblée. La mortalité rougeoleuse dans le monde a baissé d'environ 30 % entre 1999 et 2002, et même de 35 % en Afrique. La poursuite de la mise en oeuvre d'une stratégie globale OMS/UNICEF permettra aux Etats Membres de garder le cap afin d'atteindre la cible de 2005, à savoir réduire de moitié la mortalité rougeoleuse par rapport au niveau de 1999.

Génomique et santé dans le monde

La génomique - l'étude des gènes, de leurs fonctions et des techniques connexes - a fait de remarquables progrès. L'Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution pour répondre aux préoccupations concernant l'innocuité de cette science relativement nouvelle et ses répercussions aux plans éthique, juridique et économique.

L'Assemblée a adopté une résolution sur la transplantation d'organes et de tissus humains afin d'encourager l'élaboration de recommandations et de principes directeurs visant à harmoniser les pratiques dans le monde et à garantir l'éthique des transplantations d'organes et de tissus. Les délégués ont convenu de prendre des mesures pour protéger les groupes les plus pauvres et les plus vulnérables du " tourisme de la transplantation " et de la vente et du trafic de tissus et d'organes. La résolution porte également sur la pratique de la transplantation de tissus ou d'organes animaux chez l'homme et sur la nécessité d'adopter des réglementations nationales claires concernant cette pratique et la surveillance des infections éventuelles provoquées par ces transplantations.

Situation sanitaire de la population arabe dans les territoires arabes occupés, y compris la Palestine, et assistance sanitaire à cette population

L'Assemblée a adopté une résolution pour répondre aux préoccupations exprimées au sujet de la dégradation de la situation sanitaire et de la crise humanitaire résultant des activités militaires dans les territoires arabes occupés, y compris la Palestine. La résolution demande à Israël de faire cesser immédiatement les activités qui affectent l'état de santé des civils sous occupation et prie instamment le Directeur général de l'OMS d'envoyer dans les territoires arabes occupés une commission d'enquête et de continuer à fournir l'assistance technique nécessaire pour améliorer la santé.

Santé mentale - un appel à l'action

Dans son allocution devant l'Assemblée, l'ancien Président des Etats?Unis d'Amérique, M. Jimmy Carter, a souligné que, si des traitements existent, trop de gens n'y ont simplement pas accès. Lors d'une réunion d'information technique sur la santé mentale et les toxicomanies, plusieurs pays de même que son épouse Mme Rosalynn Carter, fondatrice et Présidente du Groupe spécial pour la santé mentale du Centre Carter, particulièrement intéressée par les problèmes de santé mentale ont également insisté sur ce message.

L'Assemblée a adopté une résolution pour répondre aux préoccupations des pays au sujet de la migration internationale du personnel de santé. Le texte invite instamment les Etats Membres à élaborer des stratégies pour atténuer les effets néfastes de la migration du personnel de santé et à mettre au point des politiques qui permettraient de mieux retenir les agents de santé dans leur pays ; le Directeur général est notamment prié d'aider les pays à mettre sur pied des systèmes d'information permettant de suivre le flux des ressources humaines pour la santé et de faire des ressources humaines pour le développement sanitaire un programme prioritaire à l'OMS entre 2006 et 2015.

Un rapport d'activité détaillé a été présenté sur la Convention-cadre pour la lutte antitabac. Jusqu'ici, 114 pays ainsi que la Communauté européenne ont signé la Convention et 16 pays l'ont ratifiée.

L'Assemblée a également examiné des rapports de situation sur plusieurs questions, notamment : la recherche sur le virus responsable de la variole ; la Commission sur les droits de propriété intellectuelle, l'innovation et la santé publique récemment créée qui présentera son rapport au Conseil exécutif en janvier 2006 ; la qualité et l'innocuité des médicaments et des produits sanguins, le suivi des épidémies de SRAS de 2003 et 2004 ; les mesures destinées à protéger la sécurité des patients ; et l'importance du renforcement des systèmes de santé, soins de santé primaires compris.

En 2005, l'Assemblée mondiale de la Santé aura lieu du 16 au 25 mai.


Partager

Pour plus d'informations:

Ms Christine McNab
Téléphone: +41 22 791 4688
Tél. portable: +41 79 254 6815
Courriel: mcnabc@who.int

Mr Iain Simpson
Téléphone: +41 22 791 3215
Tél. portable: +41 79 475 5534
Courriel: simpsoni@who.int

Fadéla Chaib
Téléphone: +41 22 791 3228
Télécopie : +41 22 791 4181
Courriel: chaibf@who.int

Young-Ae Chu
Téléphone: +41 22 791 4367
Courriel: chuy@who.int