Centre des médias

Troisième Forum du Programme africain de vaccins contre le SIDA

L'Afrique relève les défis de la mise au point d'un vaccin contre le VIH

Communiqué de presse commun OMS/ONUSIDA/53

Une réunion ministérielle va faire le point de la situation concernant la recherche et développement d’un vaccin contre le VIH et relever toute une série de défis concernant la participation et la contribution active de l’Afrique dans ce domaine, en collaboration avec différents partenaires et acteurs.

Quelque 200 groupes intéressés par un vaccin contre le VIH, notamment des chercheurs africains et internationaux, des organismes de recherche, des donateurs, des gouvernements et des responsables d’organisations régionales participent au Troisième Forum du Programme africain de vaccins contre le SIDA à Yaoundé (Cameroun) du 17 au 19 octobre 2005. Le Forum a été ouvert par M. Ephraim Inoni, Premier Ministre de la République du Cameroun.

Comme l’a relevé le Dr Luis Gomes Sambo, Directeur régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique, « en plus des grands problèmes scientifiques à surmonter pour mettre au point un vaccin contre le VIH, l’Afrique doit pour appuyer cette recherche renforcer ses capacités dans de nombreux domaines » - notamment ceux de la législation, de la réglementation des vaccins, de l’éthique, de la politique de recherche et de la capacité de négocier avec les responsables d’essais cliniques et les sociétés pharmaceutiques.

Le Forum s’occupera en particulier des problèmes suivants :

  • Le point de la situation concernant les vaccins contre le VIH et les problèmes scientifiques qui se posent aujourd’hui, notamment en matière de recherche dans l’Union européenne et aux Etats-Unis d’Amérique;
  • Les expériences de sept pays africains dans la mise au point et l’élaboration de plans nationaux de vaccins contre le VIH : ce qui a été fait et ce qui reste à faire;
  • Les activités de nouveaux partenariats et initiatives comme l’Entreprise mondiale pour un vaccin contre le VIH, l’Initiative internationale de vaccins contre le SIDA (IAVI) et la South African AIDS Vaccine Initiative (SAAVI);
  • Les questions éthiques, juridiques et politiques liées aux essais cliniques en Afrique;
  • L'élaboration de stratégies concernant l’accès futur aux vaccins anti VIH.

A l’issue de sa réunion de trois jours, le Forum devrait formuler une série de recommandations concernant les travaux futurs pour renforcer la capacité de recherche, en particulier la capacité de mener des essais de phase III en Afrique.

A la fin de 2004, on estimait à 40 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde dont 25 millions d'Africains. Pour le Dr Catherine Hankins, Conseiller scientifique principal du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA), « C’est l’Afrique qui a le plus à gagner de la mise au point d’un vaccin contre le VIH, car c'est ce continent qui est le plus touché par le SIDA. Mais un vaccin sûr et efficace contre le VIH pour les Africains ne deviendra réalité que si les Africains participent pleinement à la recherche en vue de sa mise au point. »

Cinq pays africains procèdent actuellement à des essais cliniques de phase I et de phase II sur des vaccins potentiels, l'Afrique du Sud, le Botswana, le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda; ils seront bientôt rejoints par la République Unie de Tanzanie. Le premier essai clinique sur le vaccin anti VIH a été effectué aux Etats-Unis en 1987. Pas moins de 80 essais – dont deux essais de phase III en Thaïlande et aux Etats-Unis qui n’ont pas permis de démontrer un niveau d’efficacité significatif – ont eu lieu dans le monde sur plus d’une cinquantaine de vaccins potentiels. Un essai de phase III à grande échelle sur 16 000 volontaires se déroule actuellement en Thaïlande.

Pour le Dr Marie-Paule Kieny, Directeur, Initiative OMS pour la recherche sur les vaccins, « Un problème scientifique majeur auquel on se heurte dans la mise au point d’un vaccin sûr et efficace permettant de protéger la population africaine est celui de la grande variété des sous types de VIH existant en Afrique, et notamment au Cameroun ».

La mise au point d’un vaccin sûr, très efficace et facilement accessible contre le VIH devrait être considérée comme un défi à long terme : elle ne sera ni aisée, ni rapide. Davantage de travaux de recherche de base et clinique approfondis sont nécessaires pour mettre au point des produits plus nombreux. Des essais cliniques multiples exigeant une collaboration et une coopération internationales intenses seront nécessaires. Une fois le vaccin découvert, il faudra encore veiller à ce que l’ensemble de ceux qui en ont besoin y aient accès.

Le Forum est organisé par le Programme africain de vaccins contre le SIDA (AAVP), le Bureau régional OMS de l’Afrique et l’Initiative pour les vaccins contre le VIH de l’OMS et de l’ONUSIDA. L'AAVP est un réseau de scientifiques africains qui collaborent pour promouvoir et faciliter la recherche et l’évaluation d'un vaccin anti VIH en Afrique, grâce à un renforcement des capacités et à une collaboration régionale et internationale. Le premier Forum s’est déroulé en Afrique du Sud en 2001 et le deuxième en Ethiopie en 2003.


Le Forum a été coparrainé par toute une série d’organismes nationaux et internationaux, notamment, l’Agence canadienne de développement international (ACDI), l’Agence nationale de recherche sur le SIDA (ANRS) (France), l’Agence suédoise de coopération pour le développement international (SIDA/SAREC), les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) (Etats-Unis d'Amérique), la Fondation Bill et Melinda Gates, l’Initiative internationale de vaccins contre le SIDA (IAVI), les National Institutes of Health (NIH) (Etats-Unis d'Amérique), le Réseau canadien pour l'élaboration de vaccins et d’immunothérapies (CANVAC), la South African AIDS Vaccine Initiative (SAAVI) et le United States Military HIV Research Program (USMHRP).

Partager

Pour plus d'informations:

Melinda Henry
Chargée d'information, département Vaccination
vaccins et produits biologique
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 2535
Télécopie : +41 22 791 4858
Courriel: henrym@who.int

Rui Martins
Tél. portable: +41 79 221 7802