Centre des médias

Unis contre le paludisme - le partenariat faire reculer le paludisme accueille Youssou N'Dour et des musiciens du monde entier sur la scène européenne

Pour la deuxième fois cette année, le monde de la musique braque ses projecteurs sur le paludisme. Après le spectaculaire Festival Africa Live qu'il a organisé à Dakar en mars dernier pour contribuer à faire reculer le paludisme, le célèbre chanteur sénégalais Youssou N'Dour vient à Genève en compagnie d'artistes de renommée internationale pour fêter les 60 ans des Nations Unies lors d'un concert consacré à la lutte contre le paludisme.

A ce concert qu'il donnera sous la bannière "Unis contre le paludisme", il sera entouré de ses amis Corneille, Tiken Jah Fakoly, Peter Gabriel, Axelle Red, Rokia Traoré et d'autres artistes des cinq continents déterminés à combattre le paludisme.

"La musique parle au cœur et à l'esprit, a déclaré Youssou N'Dour, représentant spécial du Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) et ambassadeur itinérant de l'UNICEF, pendant la répétition du concert de samedi. "Nous devons continuer à utiliser notre musique pour parler du paludisme au monde entier : dire qu'il peut être évité, soigné et vaincu si tout le monde participe à la lutte."

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et la Banque mondiale, fondateurs du Partenariat RBM, se félicitent de la tenue du concert à Genève, capitale européenne des Nations Unies. "Ce concert est un excellent catalyseur pour la lutte contre le paludisme", estime le Secrétaire exécutif du Partenariat, le professeur Awa Marie Coll-Seck. "L'engagement résolu de partenaires aussi différents que des stars de la musique et des banques privées, conjugué à une plus vaste prise de conscience du problème du paludisme dans le monde, permettra de renforcer l'action et de lutter avec succès contre la maladie." Au sujet de la contribution du secteur privé, le professeur Coll-Seck précise que "ses compétences techniques sont vitales elles aussi, surtout pour gérer la chaîne d'approvisionnement, distribuer des moustiquaires et des médicaments et pour les questions d'achat auxquelles le Partenariat est confronté aujourd'hui."

Ce concert est un message d'encouragement adressé à la communauté des artistes mais aussi à tous ceux qui luttent contre le paludisme. "Nous devons continuer à travailler ensemble et à coordonner notre action si nous voulons apporter un réel changement. Collecter des fonds, c'est une chose, coordonner toutes nos compétences techniques et toutes nos initiatives, c'en est une autre", commente le professeur Coll-Seck.

Les Africains souffrent beaucoup des effets du paludisme. La maladie fait plus d'un million de victimes chaque année, essentiellement des enfants africains, et est une entrave perpétuelle au développement socio-économique sur tout le continent. Le secteur privé, élément extrêmement actif du Partenariat RBM, est une source de fonds indispensable pour combattre la maladie. Il détient aussi le savoir et les compétences nécessaires pour aider à appliquer les plans nationaux de lutte contre le paludisme.

Les partenaires de RBM veilleront à ce que les fonds recueillis grâce au concert soient versés au Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, qui est le plus gros bailleur de fonds de la lutte antipaludique aujourd'hui, et à d'autres projets contre le paludisme administrés par la Fondation pour Genève de la banque privée Pictet, principal organisme qui parraine le concert.

Le Partenariat faire reculer le paludisme

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et la Banque mondiale ont créé en 1998 le Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) pour lutter de manière coordonnée contre le paludisme au plan international. Le Partenariat rassemble actuellement les gouvernements des pays d'endémie, leurs partenaires bilatéraux et multilatéraux pour le développement, le secteur privé, des organisations non gouvernementales et locales, des fondations ainsi que des instituts universitaires et de recherche qui se sont fixé pour but commun de réduire de moitié la charge du paludisme d'ici à 2010.

Prochain événement

Du 13 au 19 novembre 2005 : rassemblement sans précédent à Yaoundé (Cameroun) à l'occasion de la quatrième conférence panafricaine de l'Initiative multilatérale sur le paludisme (http://www.mim.su.se) et du cinquième forum du Partenariat Faire reculer le paludisme (http://www.rollbackmalaria.org/forumV). Tenues en parallèle, ces deux réunions mettront en lumière les dernières conclusions des travaux des principaux spécialistes du paludisme occidentaux et africains.

Partager

Pour plus d'informations:

Ms Pru Smith
Secrétariat du Partenariat Faire reculer le paludisme
Téléphone: +41 22 791 4586
Courriel: smithp@who.int

Mrs Stéfanie Durivage
Secrétariat du Partenariat Faire reculer le paludisme
Téléphone: +41 22 791 16 56
Courriel: durivages@who.int