Centre des médias

L'OMS annonce que des laboratoires pharmaceutiques acceptent d'arrêter de commercialiser les comprimes antipaludiques comportant uniquement de l'artémisinine

L'Organisation mondiale de la Santé a annoncé aujourd'hui que 13 laboratoires pharmaceutiques avaient accepté d'appliquer sa recommandation visant à arrêter la commercialisation d'antipaludiques comportant uniquement de l'artémisinine pour le traitement par voie orale du paludisme. Ce groupe de laboratoires comprend les principaux fabricants d'antipaludiques de qualité utilisés pour la monothérapie à l'artémisinine. Les laboratoires vont désormais concentrer leurs activités de commercialisation d'antipaludiques avant tout sur les associations thérapeutiques à base d'artémisinine (ACT), conformément aux recommandations de l'OMS.

L'application d'un traitement n'utilisant que l'artémisinine (c'est-à-dire la monothérapie), notamment à large échelle pour le traitement du paludisme non compliqué, accélère l'apparition de la résistance à cette substance chez le parasite. Quand l'artémisinine est utilisée correctement avec d'autres antipaludiques dans des ACT, elle est efficace dans près de 95% des cas de paludisme non compliqué et le risque de pharmacorésistance chez le parasite est très faible.

C'est pourquoi, en janvier 2006, l'OMS a demandé à tous les laboratoires de cesser de commercialiser les antipaludiques comportant uniquement de l'artémisinine pour la monothérapie par voie orale et de réorienter leurs activités de production vers les ACT. Quelque temps après, 23 laboratoires préalablement recensés ont été informés de la recommandation de l'OMS. Treize ont indiqué qu'ils accéderaient à la demande de l'OMS, et d'autres ont dit être prêts à collaborer avec l'Organisation à ce sujet.

"Ces trois derniers mois, grâce à un suivi rigoureux, nous avons pu enregistrer des progrès importants en vue d'arrêter la commercialisation d'antipaludiques inappropriés et cliniquement peu rationnels" a déclaré le Dr LEE Jong-wook, Directeur général de l'OMS. "L'Organisation demande désormais que l'on passe intégralement à la fourniture des associations thérapeutiques qu'elle recommande, de manière à préserver l'efficacité de ces traitements, qui peuvent sauver la vie."

L'OMS va continuer à surveiller de près les laboratoires qui n'ont pas encore fait connaître leur position. De plus, elle va donner des orientations aux entreprises pharmaceutiques fabriquant des ACT qui cherchent à faire présélectionner leurs produits, ce qui suppose l'application de normes d'efficacité, d'innocuité et de qualité agréées au plan international. L'OMS n'aidera à acheter que des ACT de qualité pour le traitement du paludisme non compliqué.

L'Organisation a par ailleurs demandé aux services de réglementation pharmaceutique des pays où le paludisme est endémique d'interdire la commercialisation des antipaludiques comportant uniquement de l'artémisinine.

Jusqu'à présent, depuis janvier 2006, 13 pays ont annoncé qu'ils allaient retirer l'autorisation de mise sur le marché de ces médicaments, et trois ont commencé à prendre des mesures de règlementation dans ce sens.

"Les gouvernements ont un rôle déterminant à jouer pour éliminer la demande de comprimés comportant uniquement de l'artémisinine" a déclaré le Dr Arata Kochi, directeur du Programme mondial OMS de lutte contre le paludisme. Nous suivons la situation de près et allons collaborer avec les autorités et les professionnels de la santé dans les pays pour promouvoir l'utilisation d'ACT de qualité, conformément aux lignes directrices de l'OMS."

Pour plus d'informations:

Edward Vela
Genève
Téléphone: +41 22 791-4550
Tél. portable: +41 79 449 6166
Courriel: velae@who.int

Valerie Crowell
Washington
Téléphone: +1 202 375 1721

Partager