Centre des médias

Journée mondiale du don de sang 2006

Peu de pays sont parvenus à sécuriser l’approvisionnement en sang mais des progrès ont été faits

Les progrès mondiaux sur la voie de la réalisation de l’objectif de 100% de dons de sang volontaires et non rémunérés sont lents, et la sécurité et la pérennité des approvisionnements en sang n’est pas assurée. La plupart des pays en développement dépendent encore des donneurs rémunérés ou des dons de parents. Des pays comme la Chine, la Malaisie et l’Inde ont cependant progressé depuis deux ans, appliquant des principes plus stricts dans le cadre de leurs programmes de prévention du SIDA.

Le 14 juin, Journée mondiale du don de sang, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publiera les résultats de son enquête mondiale la plus récente sur les pratiques de prélèvement et d’examen du sang.

Les donneurs réguliers non rémunérés sont le pilier d’un approvisionnement durable en sang non contaminé car ils sont moins susceptibles de mentir sur leur état de santé. Selon les données disponibles, ils sont aussi plus enclins à vivre sainement. En Afrique du Sud, par exemple, le taux de prévalence de l’infection à VIH dans la population adulte est de 23,3% contre 0,03% seulement chez les donneurs de sang réguliers.

L’enquête de l’OMS montre que sur les 124 pays qui ont communiqué des données à l’OMS, 56 ont vu augmenter le nombre des dons volontaires non rémunérés. Dans les 68 pays restants, le nombre des donneurs volontaires non rémunérés est resté stationnaire ou a marqué un recul. Sur les 124 pays, 49 ont atteint l’objectif de 100% de dons volontaires non rémunérés. Sur ces 49, 17 seulement proviennent des pays en développement.

Le nombre de dons pour 1000 habitants est environ 15 fois plus élevé dans les pays à haut revenu que dans les pays à faible revenu. Cela est d’autant plus préoccupant que les pays en développement ont davantage besoin d’un approvisionnement durable en sang sécurisé car de nombreuses pathologies nécessitant des transfusions sanguines – l’anémie liée au paludisme grave chez les enfants ou les complications graves de la grossesse, par exemple – font encore plus d’un million de morts chaque année. Environ 25% des décès dus à des hémorragies sévères pendant l’accouchement pourraient être prévenus si l’accès à du sang sécurisé était assuré.

Dans le domaine des examens du sang, 56 des 124 pays n’examinaient pas tous les dons de sang à la recherche du VIH, des hépatites B et C et de la syphilis. Les raisons avancées sont notamment la rareté et le coût inabordable des nécessaires d’épreuve, le manque d’infrastructures et la pénurie de personnel qualifié.

Plusieurs pays, en revanche, ont relevé le défi. Entre autres pays couverts par l’enquête, Sainte Lucie a fait les progrès les plus spectaculaires, passant de 24,39% de sang prélevé sur des volontaires non rémunérés en 2002 à 83,05% en 2004. La Malaisie est passée de 50% en 2002 à 99% en 2004 et l’Inde de 45% à 52,42%. Selon les réponses des pouvoirs publics au questionnaire de l’OMS, la raison des progrès tient au renforcement des programmes de prévention du SIDA.

En Chine, les chiffres officiels montrent que tous les dons de sang en 2005 ont été examinés pour les quatre infections. Dans le domaine des dons de sang, la Chine a enregistré une augmentation des dons volontaires non rémunérés de 22% en 1998 à 94,5% en 2005. Les progrès de la Chine sont liés en particulier à la réduction du commerce de sang et de plasma, limitant au maximum les prélèvements et la distribution de sang en dehors de toute réglementation dans tout le pays, et renforçant la prévention du VIH.

L'OMS a adopté en 1997 l’objectif des 100% de dons de sang volontaires non rémunérés. La Journée mondiale du don de sang, célébrée chaque année le 14 juin, vise à aider les gouvernements à atteindre cet objectif en sensibilisant l’opinion à la nécessité d’un approvisionnement durable en sang sécurisé. Cette journée est aussi l’occasion de remercier les donneurs pour leur précieux cadeau à ceux dont ils ont amélioré ou sauvé la vie, et d’encourager d’autres donneurs à s’engager.

L’engagement est le thème de la Journée mondiale du don de sang de cette année ; l’engagement des donneurs réguliers ou potentiels mais aussi celui des gouvernements et de la communauté mondiale à maintenir le rang de priorité élevé de la sécurisation du sang en tant qu’élément essentiel du traitement et de la prévention des maladies.

La célébration mondiale de la Journée mondiale 2006 du don de sang, le 14 juin, aura lieu à Bangkok, en Thaïlande, au Centre collaborateur de l’OMS pour la formation à la médecine transfusionnelle, le Centre national de transfusion sanguine de la Société thaïlandaise de la Croix-Rouge. Plus de 100 autres pays participeront aux manifestations.

La Journée mondiale du don de sang a été instituée lors de la Cinquante-Huitième Assemblée mondiale de la Santé en mai 2005 par les 192 Etats Membres de l’OMS, pour inviter tous les pays du monde à remercier les donneurs de sang, promouvoir les dons de sang volontaires non rémunérés et assurer la sécurité des approvisionnements en sang pour tous.

Pour avoir plus d'informations, prendre contact avec :

Daniela Bagozzi
Chargée de communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 4544
Tél. portable: +41 79 475 5490
Courriel:bagozzid@who.int

Partager