Centre des médias

Le Dr Margaret Chan sera le prochain Directeur général de l'OMS

L’action de l’OMS sera jugée d’après ses effets sur la santé des Africains et des femmes

Le Dr Margaret Chan, de nationalité chinoise, sera le prochain Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Après sa nomination, elle a déclaré devant l’Assemblée mondiale de la Santé qu’elle souhaitait être jugée par l’effet qu’aurait l’action de l’OMS sur la santé des Africains et sur celle des femmes du monde entier.

Dans son discours d’acceptation, le Dr Chan a précisé : « Le plus important pour moi, ce sont les gens. Et je songe à deux groupes en particulier. Je veux que nous soyons jugés par l’effet que nous aurons sur la santé des Africains et sur la santé des femmes … Les améliorations apportées à la santé en Afrique et à la santé des femmes sont des indicateurs fondamentaux de l’action de l’OMS. Toutes les Régions, tous les pays, tous les peuples ont le même poids. Nous sommes une organisation de la santé qui doit servir le monde entier. Notre action doit avoir un impact sur la vie de chacun, où qu'il vive, mais nous devons nous préoccuper en particulier des plus démunis. »

Le Dr Chan a été désignée pour le poste de Directeur général mercredi par le Conseil exécutif de l’OMS et nommée jeudi par l’Assemblée mondiale de la Santé. Le Directeur général est le plus haut fonctionnaire technique et administratif de l’Organisation. Elle était auparavant Sous-Directeur général de l’OMS, Maladies transmissibles, et Représentant du Directeur général chargé de la grippe pandémique.

Diplômée de médecine de l’University of Western Ontario au Canada et titulaire d’un diplôme de santé publique de la National University de Singapour, Margaret Chan est entrée au Département de la Santé de Hong Kong en 1978. Elle y a été nommée Directeur de la Santé en 1994 et, en cette qualité, a introduit des services nouveaux mettant l’accent sur la prévention de la maladie et la promotion de la santé. Elle a également pris de nouvelles initiatives visant à améliorer la surveillance des maladies transmissibles et l’action pour y faire face, à renforcer la formation des professionnels de la santé publique et à favoriser une collaboration locale et internationale plus poussée. Elle a fait preuve d’une gestion efficace lors de flambées de grippe aviaire et de la première flambée mondiale de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). C’est à la suite du décès inopiné du Directeur général en fonction, le Dr Lee Jong-wook, le 22 mai 2006, que la procédure de désignation et de nomination aboutissant à l’élection du Dr Chan a été établie. A sa session extraordinaire du 23 mai, le Conseil exécutif de l’OMS a décidé de suivre une « procédure accélérée » pour élire le nouveau Directeur général.

Le Dr Chan a rendu un vibrant hommage à son prédécesseur. « Si nous sommes réunis aujourd’hui, c’est à cause du décès prématuré du Dr Lee Jong-wook. Et si nous sommes ici aujourd’hui, c’est aussi à cause de millions d’autres décès prématurés. Je sais que le Dr Lee aurait souhaité que j'insiste sur ce point. Il restera toujours dans les mémoires pour l’initiative « Trois millions d’ici 2005 » qu’il a lancée. Or cette initiative visait justement à éviter les décès prématurés sur la plus grande échelle possible. »

Le Dr Chan a indiqué à l’Assemblée qu’en tant que Directeur général, elle mettrait l’accent sur six préoccupations fondamentales pour l’OMS : le développement, la sécurité, la capacité, l’information et la connaissance, le partenariat et, enfin, les résultats.

La sécurité sanitaire mondiale occupera une place centrale dans sa conception du rôle de l’Organisation : « La sécurité sanitaire comporte des avantages au niveau aussi bien mondial que communautaire. Les nouvelles maladies sont des menaces mondiales pour la santé qui engendrent aussi des perturbations économiques et sociales. En nous défendant contre ces menaces, nous renforcerons notre sécurité collective. »

Soulignant qu’il est important de disposer de systèmes forts pour dispenser les soins à ceux qui en ont besoin, elle a fait observer : « Tous les dons de médicaments resteront vains en l'absence d'une infrastructure appropriée pour leur distribution. Il est impossible de dispenser des soins si le personnel formé pour le faire est parti travailler à l’étranger. »

Elle a notamment rendu hommage à tous ceux qui dispensent les soins de santé. « Les vrais héros aujourd’hui sont les soignants voués à l’éthique de la guérison et du réconfort, s'attachant à sauver des vies, à atténuer les souffrances, et se dépensant sans compter dans des situations souvent difficiles. Et nous avons besoin de soignants beaucoup plus nombreux. »

Le Dr Chan a souligné les diverses approches nécessaires pour renforcer la santé et les soins de santé dans les différentes parties du monde. « Beaucoup de pays en Afrique doivent reconstruire leur système de protection sociale. D’autres, en Asie centrale et en Europe orientale, effectuent la transition de l’économie planifiée à l’économie de marché. Ils ont besoin de l’appui de l’OMS. Ils veulent être sûrs qu’un système équitable et accessible fondé sur les soins de santé primaires ne sera pas sacrifié sur l’autel du changement. ».

Le Dr Chan entend renforcer l’engagement de l’OMS à recueillir, analyser et formuler des recommandations fondées sur des bases factuelles : « J’ai l’intention de mettre sur pied un observatoire de la santé dans le monde qui collectera, réunira et diffusera les données sur les problèmes de santé prioritaires. J’intégrerai les activités de recherche de l’OMS de manière à mettre en oeuvre de façon plus stratégique un programme de recherche en santé commun. ».

Il existe un nombre croissant d’initiatives et d’acteurs dans le domaine de la santé mondiale. Le Dr Chan a pris l'engagement de promouvoir une collaboration stratégique avec ses partenaires afin de garantir les meilleurs résultats possibles pour la santé dans le monde. « Aujourd’hui, la collaboration pour atteindre les buts de la santé publique n’est plus seulement un atout, c’est une nécessité impérieuse. L’OMS doit absolument mettre au point une approche en vue d’une collaboration privilégiant la gestion de la diversité et de la complexité. ».

Passant à la gestion interne de l’OMS, le Dr Chan a précisé : « J’accélérerai également la réforme des ressources humaines de façon à mettre en place une éthique de l’action à l’intérieur de l’OMS, fondée sur la compétence et la fierté des résultats obtenus pour la santé. ».

Elle a également évoqué les défis qui attendent l’Organisation : « Comme nous le savons, tous les problèmes auxquels l’OMS est confrontée dans ses efforts visant à améliorer la santé dans le monde ne font pas l’objet d’un examen scientifique minutieux, ni ne révèlent leurs secrets au microscope. Vous savez bien de quels problèmes que je veux parler : le manque de ressources et l'absence de volonté politique. Ce sont bien souvent là les véritables ennemis mortels. ».

Pour conclure, le Dr Chan s’est engagée à nouveau à faire tout son possible pour améliorer la santé des peuples du monde entier. « Le travail que nous accomplissons ensemble permet de sauver des vies et d’atténuer des souffrances. J'oeuvrerai avec vous sans relâche en faveur d'un monde où règnera une meilleure santé. »

Le Dr Anders Nordström, nommé Directeur général de l’OMS par intérim en mai dernier par le Conseil exécutif, continuera d’assumer cette charge jusqu’à l’entrée en fonction du nouveau Directeur général.

Pour plus de renseignements :

Christine McNab
Directeur par intérim, Département de la communication
OMS, Genève
Téléphone : +41 22 791 4688
Tél. portable: +41 79 254 6815
Courriel : mcnabc@who.int

Iain Simpson
Responsable de l'équipe, Information et sensibilisation
OMS, Genève
Téléphone : +41 22 791 3215
Tél. portable: +41 79 254 3215
ECourriel : simpsoni@who.int

Fadéla Chaib
Chargée de communication
OMS, Genève
Téléphone : +41 22 791 3228
Tél. portable : +41 79 475 5556
Courriel : chaibf@who.int

Partager