Centre des médias

De nouveaux vaccins contre le cancer du col de l'utérus très prometteur pour le monde en développement

Communiqué de presse conjoint OMS/FNUAP

L'introduction de nouveaux vaccins contre le papillomavirus humain (PVH), le virus qui provoque le cancer du col de l’utérus, pourrait avoir des répercussions importantes sur la santé de femmes dans le monde en développement. Le cancer du col de l'utérus a coûté la vie à plus de 250 000 femmes en 2005, en grande majorité dans des pays en développement.

Le cancer du col de l'utérus, qui figure au deuxième rang des cancers les plus fréquents parmi les femmes, devrait causer près de 25 pour cent de décès supplémentaires au cours des 10 prochaines années, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Plus de 500 000 nouveaux cas de cancer du col ont été enregistrés en 2005, dont 90% dans des pays en développement. S'il n'est pas traité, le cancer envahissant du col de l'utérus est presque toujours mortel.

Des programmes bien organisés de dépistage et de traitement se sont révélés très efficaces pour prévenir la forme la plus commune de cancer du col de l'utérus, mais ils sont coûteux et difficiles à mettre en œuvre dans des situations où les ressources sont limitées. En 2006, un vaccin protégeant contre l'infection et la maladie associée au PVH a reçu l'autorisation de mise sur le marché et un autre vaccin pourrait être autorisé prochainement.

Le vaccin récemment autorisé prévient efficacement les infections à PVH de types 16 et 18, responsables d'environ 70 pour cent de tous les cancers du col de l'utérus, ainsi que les infections par les types 6 et 11, qui provoquent près de 90 pour cent des condylomes acuminés. Ce vaccin, ainsi qu'un autre, sont en cours d'examen réglementaire dans divers pays du monde et pourraient fournir une occasion nouvelle d'éliminer le cancer du col de l'utérus, le deuxième sur la liste des cancers les plus meurtriers pour les femmes.

“De nouveaux vaccins contre le PVH dans le monde en développement pourraient sauver des centaines de milliers de vies humaines s'ils sont administrés de manière efficace", a déclaré le Dr Howard Zucker, Sous directeur général de l'OMS pour Technologie de la santé et les produits pharmaceutiques. “Le déploiement de vaccins efficaces contre le PVH est important pour plusieurs raisons: ils contribuent à la lutte contre un cancer mortel et constituent une technologie très puissante à ajouter aux programmes existants de lutte contre le cancer basés sur la prévention, le dépistage et le traitement."

Ces vaccins - qui pourraient cibler dans un premier temps les jeunes filles et pourront plus tard s'adresser également aux garçons, avant ou autour du premier rapport sexuel - offrent une occasion unique de s'intéresser à un catégorie de population traditionnellement difficile à atteindre: les jeunes adolescents. Une stratégie multiforme devrait donc saisir cette occasion de promouvoir la santé sexuelle et génésique en renforçant les programmes de santé destinés aux adolescents.

“Nous ne savons pas ce que sera le prix final du vaccin dans les pays en développement", a déclaré Arletty Pinel, responsable de la santé génésique au FNUAP. "Mais on peut être certain qu'il constituera un sérieux défi à son introduction rapide là où on en a le plus besoin - dans les pays les plus pauvres. Quatre-vingt pour cent des femmes qui meurent d'un cancer du col de l'utérus sont généralement pauvres et vivent dans des zones mal desservies. Ce sont elles qui profiteront le plus de prix abordables et de l'accès à ce vaccin.”

La mobilisation de ressources destinées à renforcer les systèmes de santé et à acheter des vaccins contre le PVH, tant sur le plan national qu'international, doit constituer une priorité et des moyens inédits doivent être trouvés pour financer l'introduction du vaccin contre le PVH. Au niveau international des partenariats seront nécessaires pour tenter de réduire le délai habituel entre le moment où un vaccin est formellement enregistré et celui où il est disponible dans les pays en développement, ainsi que pour fixer un prix négocié et une capacité de production adéquate pour approvisionner les pays en développement.

Outre qu'il s'agit d'un nouveau moyen de prévention d'une forme de cancer très commune, l'introduction de vaccins efficaces contre le PVH a d'autres conséquences bénéfiques potentielles pour les systèmes de santé en général. Le déploiement de tels vaccins pourrait contribuer à créer des synergies entre vaccination, lutte contre le cancer et santé sexuelle et génésique. Il pourrait aussi apporter une expérience précieuse en vue de l'introduction d'un futur vaccin contre le VIH.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:

Christopher Powell
Santé familiale et communautaire
OMS, Genève
Tél.: +41 22 7912888
Portable: +41 79 271 3425
Courriel: powellc@who.int

Patricia Leidl
Conseiller en médias
Fonds des Nations Unies pour la Population
Tél: +212-297-5088
Portable: +917-535-9508
Courriel: leidl@unfpa.org

Partager