Centre des médias

Assemblée mondiale de la jeunesse consacrée a la sécurité routière

Avec la participation de dirigeants mondiaux et de célébrités

Des jeunes de plus de 100 pays se sont réunis aujourd’hui à l'Office des Nations Unies à Genève (Suisse), à l’occasion de la toute première Assemblée mondiale de la Jeunesse consacrée à la sécurité routière et pour célébrer la première Semaine mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière.

Dans la Déclaration des jeunes sur la sécurité routière, qui a été adoptée par les délégués à l’Assemblée, les 400 jeunes réunis se sont engagés à adopter des mesures pratiques pour améliorer la sécurité routière et à inciter leurs camarades à en faire autant. Les délégués s’engagent à attacher leur ceinture de sécurité lorsqu’ils sont en voiture, à porter un casque lorsqu’ils roulent à moto ou à bicyclette et à ne pas conduire à des vitesses excessives ou en état d’ébriété.

La Déclaration demande à tous les jeunes de se mobiliser en participant à des campagnes et autres activités à l’échelon local et national et invite instamment les adultes à s’engager davantage en faveur de la sécurité routière : « Vous, nos parents et nos tuteurs, nos héros et nos modèles, nous vous demandons de nous montrer l’exemple » peut-on lire dans l’introduction de la Déclaration.

Le texte de la Déclaration réclame aussi une plus grande volonté politique à l’échelon national et local pour promouvoir la sécurité routière. Il demande aux écoles et aux universités d'inculquer aux jeunes les règles de sécurité, aux tenanciers d’établissements de boissons de faire preuve de discernement en servant de l’alcool aux jeunes, aux médias de s’acquitter pleinement de leur devoir d’informer le public sur les dangers de la route et aux vedettes de montrer l’exemple en s’abstenant de rouler à des vitesses excessives, en attachant leur ceinture de sécurité et en portant un casque.

Dans son allocution d’ouverture, le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, a fait allusion au premier décès provoqué par un accident de voiture, en 1896, à la suite duquel le médecin légiste aurait déclaré que cela ne devait plus jamais se produire. « Aujourd’hui pourtant, », a-t-elle ajouté, « on estime à 1,2 million le nombre de personnes qui perdent la vie chaque année dans un accident de la circulation. Il est très judicieux de mettre l’accent sur les jeunes. Ils ont l’énergie et le pouvoir de persuasion nécessaires pour contribuer à la lutte contre ce qui est incontestablement aujourd’hui la principale cause de décès chez les jeunes de 10 à 24 ans. »

Parmi les personnalités qui ont pris la parole lors de l’ouverture de l’Assemblée, figurait Tony Blair, le Premier Ministre du Royaume-Uni, lequel a mis l’accent, dans son discours enregistré sur cassette vidéo, sur le coût représenté par les accidents de la route, qui grève lourdement l'économie de pays déjà aux prises avec d’autres problèmes aussi préoccupants. Il a souligné qu’il fallait simultanément viser à atteindre de grands objectifs de développement et lutter contre le problème des accidents de la circulation et que la sécurité routière devait figurer parmi les priorités de développement à l’échelle mondiale.

Le chanteur Moby s’est étonné de la réaction disproportionnée que suscitent les accidents de la circulation, relevant qu’au lieu de soulever l’indignation ou de provoquer des réactions politiques, ils détruisent tout simplement des vies et laissent dans le désarroi les membres de la famille, les camarades de classe et les amis des victimes. Il a vivement incité les jeunes qui se sentent concernés par cet événement à faire en sorte qu’il ne reste pas sans lendemain, qu’il marque le commencement de quelque chose, comme par exemple une campagne mondiale contre les dangers de la route.

Bright Ambeyi a apporté son témoignage en tant que victime d’un accident de la circulation au Kenya, en 1997, dans lequel elle s’est retrouvée paralysée des membres inférieurs après avoir été heurtée par un véhicule qui roulait à grande vitesse. « Moi qui menais une vie très active et sociale, je suis devenue sauvage », raconte-t-elle, expliquant que la difficulté de se déplacer lui ôtait toute envie de sortir de chez elle. « En même temps que l’usage de mes jambes, j’avais perdu toute confiance en moi, n’ayant plus de vie privée… En fait je n’étais plus moi-même ».

Chacun des jeunes délégués présents, venus de plus de 100 pays, avait participé à toutes sortes d’initiatives en faveur de la sécurité routière, notamment à des programmes mis en œuvre dans des pays comme l’Australie, la Chine, l’Égypte, le Liban, la Tunisie et la Zambie.

Cette Assemblée devrait déboucher sur la création d’un réseau mondial de jeunes ambassadeurs de la sécurité routière décidés à agir à l’échelon de leur pays et de la planète. Il est aussi prévu de propager la Déclaration des jeunes dans tous les pays, de la présenter aux parlements nationaux et de la diffuser largement auprès de la presse locale.

Des centaines de manifestations sont actuellement organisées dans le monde entier pour célébrer la première Semaine mondiale pour la sécurité routière, du 23 au 27 avril:

  • À Londres (Royaume Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord), lors d'une manifestation organisée dans le cadre d'une campagne en faveur de la sécurité routière, l'ex champion du monde de formule un, Michael Schumacher s'est associé à Lord Robertson, ancien secrétaire général de l'OTAN et à SAR le Prince Michael de Kent ainsi qu'à plusieurs organisations œuvrant en faveur de la sécurité routière, pour lancer un appel énergique à l'action aux gouvernements, en leur demandant d'assortir leurs engagements relatifs à des projets d'infrastructure routière d'investissements accrus dans la sécurité routière et en proposant la tenue d'une conférence ministérielle sur la sécurité routière sous les auspices de l'Organisation des Nations Unies.
  • Au Ghana, l'organisation non gouvernementale Amend organise une campagne sur le thème de la visibilité des écoliers sur les routes avec distribution de vêtements réfléchissants et de matériels didactiques sur la sécurité routière.
  • À Bruxelles (Belgique), la Commission européenne a prévu d'organiser, le 27 avril, une journée européenne de la sécurité routière sur les thèmes de l'alcool et de la drogue au volant et de la formation et de l'éducation.
  • Au Nigéria, la Commission fédérale de la sécurité routière lancera une campagne de promotion de la sécurité routière principalement axée sur les conducteurs de véhicules utilitaires, pour les rendre attentifs aux causes des accidents et aux moyens de prévention. L'accent sera mis en particulier sur l'importance de l'utilisation de la ceinture de sécurité.
  • Au Viet Nam, une campagne d'une année sera lancée par la Asia Injury Prevention Foundation, sur le thème "le port du casque pour tous, sans exception" qui débutera par deux concerts de rock en plein air, des défilés de mode présentant différents modèles de casques et des témoignages de jeunes rescapés d'un accident de la route, avec la participation de divers médias.
  • À Tucuman (Argentine), des organisations gouvernementales et non gouvernementales locales ont uni leurs forces pour convaincre toutes les institutions pertinentes de signer un accord par lequel elles s'engagent à accorder davantage d'importance à la sécurité routière. Les autorités municipales, qui ont-elles-même signé cet accord le 10 avril, ont décidé de consacrer le mois d'avril à des activités visant à promouvoir la sécurité routière, comme l'introduction de nouveaux programmes scolaires d'enseignement de la sécurité routière.

Note du rédacteur

A l'occasion de la première Semaine mondiale pour la sécurité routière, l'OMS a publié un rapport intitulé "Les jeunes et la sécurité routière" qui révèle que les accidents de la circulation sont la principale cause de décès chez les jeunes de 10 à 24 ans et que près de 400 000 jeunes de moins de 25 ans sont tués chaque année sur les routes.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Laura Sminkey
Administrateur technique, OMS, Genève
Tél: +41 22 791 4547
Portable: +41 79 249 3520
Courriel: sminkeyl@who.int

Partager

Liens connexes