Centre des médias

Amélioration sensible de la production de vaccins contre la grippe pandémique

Les récents progrès scientifiques et l’amélioration de la capacité de fabrication de vaccins ont amené les experts à accroître leurs projections du nombre de doses de vaccins contre la grippe pandémique qui pourront être fournies ces prochaines années.

Ce printemps, l’Organisation mondiale de la Santé et les fabricants de vaccins déclaraient qu’il serait possible de produire immédiatement au moyen de la technologie standard quelque cent millions de doses de vaccins contre la grippe pandémique sur la base de la souche H5N1 de la grippe aviaire. Les experts prévoient maintenant que la capacité de production mondiale passera à 4,5 milliards de doses annuelles en 2010.

Comme l’a fait observer aujourd’hui le Dr Marie-Paule Kieny, Directeur de l’Initiative OMS de recherche sur les vaccins, "grâce à l’augmentation de la capacité de production de vaccins antigrippaux, nous sommes bien mieux placés pour faire face à la menace d’une pandémie de grippe. Mais, malgré les progrès significatifs enregistrés, nous sommes encore loin de pouvoir produire les 6,7 milliards de doses en six mois qui seraient nécessaires pour protéger l’humanité entière. Les activités de préparation accélérées doivent se poursuivre et bénéficier du soutien politique et financier voulu afin de mieux combler le fossé encore sensible qui subsiste entre l’offre et la demande."

Cette année, les fabricants ont pu accroître la capacité de production de vaccins antigrippaux saisonniers trivalents (trois souches virales) pour la porter à 565 millions de doses selon les estimations, contre 350 millions de doses produites en 2006 selon la Fédération internationale de l’industrie du médicament. D’après les experts, la capacité de production annuelle de vaccins antigrippaux saisonniers devrait passer à un milliard de doses en 2010, à condition que la demande suive la même évolution.

Les fabricants pourraient ainsi plus facilement fournir quelque 4,5 milliards de vaccins contre la grippe pandémique, car un vaccin contre la grippe pandémique pourrait être fabriqué en utilisant environ huit fois moins d’antigènes, le facteur qui stimule une réponse immunitaire. La capacité de production de vaccins est liée à la quantité d’antigènes qu’il faut utiliser pour fabriquer chaque dose. Les chercheurs ont récemment découvert qu’il est possible de réduire la quantité d’antigènes utilisée pour produire les vaccins contre la grippe pandémique en utilisant un système adjuvant "huile dans eau" qui renforce la réponse immunitaire.

Ces progrès ont été annoncés vendredi, lors de la première réunion d’un groupe consultatif de l’OMS sur la production et l’offre de vaccins contre la grippe pandémique.

Le groupe consultatif du plan d’action mondial, un comité international indépendant de dix membres, s’est réuni au siège de l’OMS une année après que l’on ait défini huit nouvelles stratégies visant à accroître la production de vaccins contre la grippe pandémique et publié ces stratégies dans le Plan d’action de l’OMS pour augmenter l’approvisionnement en vaccins.

Lors de cette réunion, le groupe consultatif a fait le point sur les autres progrès du Plan d’action mondial. L’OMS a signalé qu’elle est en train de mettre sur pied un centre de formation appelé à servir de source pour le transfert de technologies vers les pays en développement.

Le groupe consultatif a également examiné un nouveau plan qui évalue les options pour un renforcement ultérieur de la capacité de production de vaccins et a étudié les prochaines étapes prioritaires. Les trois options les plus utiles consistent à continuer de promouvoir les programmes de vaccins antigrippaux saisonniers, à aider l’industrie à maintenir la capacité de production au-delà de la demande saisonnière et à permettre à certaines installations de production de vaccins de passer, au début d’une pandémie, de la production de vaccins inactivés à la production de vaccins vivants atténués. En raison des rendements plus élevés obtenus grâce à la technologie des vaccins antigrippaux vivants atténués, la conversion des installations pourrait permettre de combler d’ici 2012 le déficit prévu entre l’offre et la demande et de produire assez de vaccins pour protéger l’ensemble de l’humanité dans les six mois suivant la déclaration d’une pandémie.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Hayatee Hasan
Département Vaccination, vaccins et produits biologiques
OMS, Genève
Tél.: +41 22 791 2103
Portable: +41 79 351 6330
Courriel: hasanh@who.int