Centre des médias

L’Assemblée mondiale de la Santé s’achève par un accord sur l’échange des virus grippaux et sur la propriété intellectuelle

La soixantième session de l'Assemblée mondiale de la Santé, organe décisionnaire suprême de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), s’est achevée aujourd'hui par un accord de dernière minute sur deux résolutions cruciales concernant, d’une part, la préparation en cas de pandémie de grippe, et, d’autre part, la santé publique, l’innovation et la propriété intellectuelle. Elle a réuni du 14 au 23 mai plus de 2 400 personnes représentant les 193 Etats Membres de l'OMS, des organisations non gouvernementales et d'autres observateurs.

L’Assemblée a approuvé le plus gros budget de l’histoire de l’Organisation et adopté un nombre record de résolutions sur des questions de santé publique et sur les activités techniques et financières de l’OMS.

Les Etats Membres ont adopté une résolution qui aidera tous les pays à mieux se préparer à l’éventualité d’une pandémie de grippe qui menace la santé publique partout dans le monde. La résolution intitulée « Echange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages » réaffirme la nécessité d’avoir des échanges au stade de la préparation à une pandémie et de partager les avantages qui découleront d’une plus grande coopération internationale et d’une meilleure préparation, par exemple la production de vaccins anti-H5N1 et antipandémiques en plus grande quantité et l’accès équitable à ces vaccins.

Dans ses observations finales, le Directeur général, le Dr Margaret Chan, a déclaré aux délégués que « tous les pays doivent connaître leurs obligations aux termes du Règlement sanitaire international révisé (RSI). Quand la sécurité collective est en jeu, l’opinion publique peut avoir une grande influence. Après de longues délibérations, vous avez adopté une résolution sur l’échange des virus grippaux et l’accès aux vaccins antipandémiques et autres avantages. Je tiens à souligner l’importance de cette décision. La tâche qui me revient dans l’application du RSI dépend de cet échange. »

Dans cette résolution, l’OMS est priée de constituer un stock international de vaccins contre les virus H5N1 et les autres virus grippaux à potentiel pandémique et d’élaborer des dispositifs et des lignes directrices en vue d’assurer, en cas de pandémie, une distribution juste et équitable des vaccins à des prix abordables.

Un groupe de travail interdisciplinaire y est également chargé de revoir les mandats du Réseau de Centres collaborateurs de l’OMS pour la grippe et de ses laboratoires de référence pour les virus H5 en ce qui concerne l’échange des virus grippaux. Les nouveaux mandats tiendront compte de l’origine des virus grippaux entrant dans le Réseau mondial de surveillance de la grippe et rendra leur utilisation plus transparente. Une fois établis, ces mandats seront soumis aux Etats Membres de l’OMS et aux organisations régionales d’intégration économique lors d’une réunion intergouvernementale spéciale.

L’Assemblée est parvenue à un accord de dernière minute sur la santé publique, l’innovation et la propriété intellectuelle. Dans sa résolution, elle exprime ses remerciements au Directeur général pour son engagement en faveur du processus engagé par le groupe de travail intergouvernemental chargé de la question et l’encourage à guider le processus pour élaborer une stratégie et un plan d’action mondiaux. Elle prie par ailleurs le Directeur général de fournir un appui général et technique aux pays.

Le Dr Chan a déclaré : « Je suis entièrement acquise à ce processus et j’ai pris note de votre volonté d’avancer plus vite… Nous devons faire un effort considérable. Notre motivation est claire : éviter de nombreux de décès et des souffrances inutiles. »

Récapitulatif des autres décisions prises et questions examinées par la Soixantième Assemblée mondiale de la Santé

L’Assemblée a approuvé un budget de US $4,2 milliards pour 2008-2009, soit une augmentation de près de US $1 milliard par rapport au budget de US $3,3 milliards approuvé pour 2006-2007. Le nouveau budget illustre la tendance continue à la hausse des investissements dans la santé publique à l’échelle mondiale. Il permettra à l’OMS de mieux soutenir les pays, en proche collaboration avec les institutions du système des Nations Unies et autres partenaires. Pour la première fois, le budget fait partie d’un plan stratégique de six ans pour l’Organisation, que les Etats Membres ont également adopté à l’Assemblée.

Les Etats Membres se sont dits préoccupés par le fait que le paludisme continue de causer chaque année plus d’un million de décès évitables. L’Assemblée a adopté une résolution pour élargir l’accès aux associations médicamenteuses antipaludiques sûres, efficaces et d’un coût abordable, au traitement préventif intermittent pour les femmes enceintes, aux moustiquaires imprégnées d’insecticide et aux insecticides sûrs et appropriés à effet rémanent pour la pulvérisation à l’intérieur des habitations. Les Etats Membres ont demandé aux donateurs de revoir leurs politiques afin de cesser progressivement de financer l’offre et la distribution de monothérapies à l’artémisinine par voie orale et de s’associer aux campagnes pour l’interdiction de la commercialisation, de la distribution et de l’utilisation d’antipaludiques contrefaits.

Tous les Etats Membres ont été instamment invités à établir et appliquer des plans de prévention et de lutte antituberculeuses à long terme conformes à la stratégie de l’OMS Halte à la tuberculose. Les mesures prévues dans la résolution devraient permettre de faire des progrès plus rapides afin de diminuer de moitié les décès par tuberculose et la prévalence de la maladie d’ici à 2015 en appliquant intégralement le Plan mondial Halte à la tuberculose, 2006-2015. L’OMS est priée de mieux soutenir les pays touchés par la tuberculose, en particulier ceux gravement touchés par les formes multirésistante et ultrarésistante de la maladie et par la co-infection tuberculose/VIH.

La poliomyélite autochtone persiste en certains endroits dans quatre pays seulement. Les Etats Membres ont résolu de redoubler d’efforts pour éradiquer le virus rapidement tout en prenant des mesures pour limiter au maximum le risque de propagation internationale de la maladie. Insistant sur les avantages financiers et humanitaires que présente l’éradication complète de la maladie et sur les retombées permanentes de l’infrastructure extrêmement développée mise en place pour lutter contre la poliomyélite, le Directeur général a exposé les arguments qui militent pour l’éradication complète de la poliomyélite et qui devraient convaincre la communauté internationale des donateurs de rapidement combler le déficit de financement de US $540 millions pour 2007-2008. Le manque de fonds met actuellement en péril l’investissement de US $5,3 milliards consenti au niveau international depuis 20 ans.

L’Assemblée de la Santé a adopté une résolution sur l’intégration des spécificités de chaque sexe et d’une démarche soucieuse d’équité entre hommes et femmes dans les activités de l’OMS, preuve de l’importance que les Etats Membres accordent à la prise en compte de ces considérations dans toutes les publications et tous les rapports, par exemple la présentation de données ventilées par sexe.

L’Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution exprimant sa préoccupation devant la poursuite de la dégradation de la situation sanitaire et économique des populations dans le territoire palestinien occupé. Elle a réaffirmé la nécessité d’assurer une couverture universelle des services de santé tout en reconnaissant que le manque aigu de ressources financières et médicales entrave l’accès de la population aux soins curatifs et préventifs. L’Assemblée mondiale de la Santé a prié le Directeur général de l’OMS de faire rapport sur la situation sanitaire et économique dans le territoire palestinien occupé et de continuer à apporter l’aide technique nécessaire pour répondre aux besoins sanitaires des Palestiniens.

L’Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution sur l’amélioration des médicaments destinés aux enfants, priant le Directeur général d’entreprendre un programme de travail visant à améliorer l’accès aux médicaments essentiels pour les enfants. Cette année, l’OMS mettra au point une liste modèle de médicaments pédiatriques essentiels ainsi que des informations concernant les médicaments fondées sur des bases factuelles à l’intention de ceux qui les prescrivent et de ceux qui s’occupent des enfants ; elle définira aussi les principaux besoins en matière de recherche-développement pour produire de meilleurs médicaments pédiatriques.

Dans une résolution sur les technologies sanitaires, en particulier les appareils médicaux, l’Assemblée a instamment demandé aux Etats Membres d’élaborer des lignes directrices et des plans nationaux pour l’évaluation, l’achat et la gestion des technologies utilisées dans les soins de santé.

Une résolution sur l’usage rationnel des médicaments vise à promouvoir une approche intégrée des systèmes de santé pour favoriser un meilleur usage des médicaments – et plus spécifiquement des organes pluridisciplinaires nationaux chargés de surveiller l’usage des médicaments et d'en promouvoir l’usage rationnel.

L’Assemblée a décidé qu’un examen complet de toutes les recherches effectuées sur le virus variolique, le virus à l'origine de la variole, devrait être entrepris à partir de 2010. Elle a demandé que les résultats de ces recherches et les conclusions concernant la nécessité d'entreprendre des recherches ultérieures soient présentés à la Soixante-Quatrième Assemblée mondiale de la Santé en 2011.

La charge économique des affections bucco-dentaires devrait augmenter rapidement dans le monde, surtout dans les populations pauvres et défavorisées si des programmes de prévention ne sont pas mis en oeuvre. La résolution de l’Assemblée demande instamment à l’OMS de fournir des conseils et un appui techniques pour renforcer les programmes de santé bucco-dentaires aux niveaux national, régional et mondial en collaboration avec les autres organisations du système des Nations Unies, les centres collaborateurs de l’OMS et les ONG.

L’Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution invitant instamment les Etats Membres et le Secrétariat à accroître les investissements et à renforcer les efforts en faveur de la promotion de la santé, en tant que pierre angulaire des soins de santé primaires et aspect essentiel de la santé publique.

L’Assemblée a adopté une résolution sur les systèmes de soins de traumatologie et d’urgence qui appelle l’attention des gouvernements sur la nécessité de renforcer les systèmes de soins de traumatologie pré-hospitaliers et d'urgence (y compris les efforts de prise en charge d'un nombre très important de victimes) en décrivant un certain nombre de mesures que les gouvernements peuvent prendre. Elle invite aussi l’OMS à renforcer ses efforts pour aider les pays.

Les Etats Membres ont approuvé la résolution sur le renforcement des systèmes d’information sanitaire et des travaux de l’OMS sur les statistiques sanitaires en général. Ils ont aussi demandé au Directeur général de renforcer l'importance accordée par l’OMS à l’information et aux bases factuelles et de veiller à l’utilisation de données récentes et fiables pour servir de base à la prise de décisions politiques majeures et de recommandations internes à l’OMS.

Les Etats Membres ont adopté une résolution et réaffirmé l’importance d’une stratégie de recherche cohérente pour l’OMS qui contribuera à diffuser les résultats de la recherche et leur utilisation pour la prise de décisions et l’élaboration des politiques en vue de politiques sanitaires plus efficaces.

Les Etats Membres ont approuvé une résolution sur la lutte contre la leishmaniose, reconnue comme l’une des maladies tropicales les plus négligées. Les Etats Membres ont été instamment invités à encourager la recherche sur la lutte contre cette maladie, à définir des méthodes appropriées et efficaces de lutte contre les vecteurs et les réservoirs et de trouver d’autres médicaments sûrs, efficaces et d’un prix abordable.

L’Assemblée a fait sien le Plan d’action mondial pour la santé des travailleurs, qui vise à mettre au point des instruments politiques sur la santé des travailleurs, à protéger et promouvoir la santé sur le lieu de travail, à améliorer les résultats des services de santé professionnels et l’accès à ces services, à fournir et à communiquer des bases pour une action préventive et à incorporer la santé des travailleurs dans d’autres politiques. A l'occasion de la première séance plénière de cette année, les Nations Unies ont déclaré le Palais des Nations un milieu non fumeur, reconnaissant ainsi le rôle important joué par le tabagisme dans les maladies non transmissibles et les décès prématurés et évitables.

Un rapport de situation soumis à l’Assemblée décrit les activités concernant les maladies non transmissibles dans les domaines de la sensibilisation, de la surveillance et de la prévention depuis l’an 2000. Une résolution invite instamment les Etats Membres à renforcer les efforts nationaux de prévention et de lutte et demande également qu’un plan d’action soit établi pour prévenir et combattre les maladies non transmissibles en vue d'être présenté à la Soixante et Unième Assemblée mondiale de la Santé en 2008.

L’Assemblée a tenu d’importantes discussions sur les problèmes de santé publique provoqués par l’usage nocif de l’alcool. Les délégués ont convenu de revenir sur la question au Conseil exécutif de l’OMS en janvier 2008.

Les intervenants invités à l’Assemblée étaient le Premier Ministre de la Norvège, M. Jens Stoltenberg, et le Directeur exécutif du FNUAP, Mme Thoraya Obaid. Le Premier Ministre norvégien a évoqué l’accent mis par son pays sur les objectifs 4 (mortalité de l’enfant) et 5 (mortalité maternelle) des Objectifs du Millénaire pour le Développement et annoncé la mise sur pied d’un plan mondial visant à accélérer les progrès en vue d’atteindre ces objectifs. Quant au Directeur exécutif du FNUP, elle a souligné les domaines de coopération avec l’OMS et instamment demandé aux délégués de mettre l’accent sur l’amélioration de la santé sexuelle et génésique des populations.

Mme Jane Halton, Secrétaire du Département de la Santé et du Vieillissement de l’Australie a présidé les débats de l’Assemblée. La Commission A a été présidée par le Dr Robinson Jean-Louis, Ministre de la Santé et de la Planification familiale de Madagascar et la Commission B par M. Thomas Zeltner, Secrétaire d’Etat et Directeur de l’Office fédéral suisse de la Santé publique.

Pour plus de renseignements:

Département Communication de l’OMS, Genève

Fadéla Chaib
Portable: +41 79 475 5556
Tél. : +41 22 791 3228
Courriel: chaibf@who.int

Christine McNab
Portable: +41 79 254 6815
Tél. : +41 22 791 4688
Courriel: mcnabc@who.int

Iain Simpson
Portable: + 41 79 475 5534
Tél. : +41 22 791 3215
Courriel: simpsoni@who.int

Centre des médias de l'OMS
Tél. : +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int

Partager