Centre des médias

La Somalie à nouveau exempte de poliomyélite

Dix mille agents de santé interrompent la transmission de la polyomiélite dans l'une des zones les plus dangereuses de la planète

Communiqué de presse conjoint OMS/UNICEF/Rotary International/CDC

Saluant une "étape historique" pour la santé publique, l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite a annoncé aujourd’hui que la Somalie est à nouveau exempte de poliomyélite. Le pays n’a pas signalé de cas depuis le 25 mars 2007, franchissant ainsi une étape majeure dans l’ intense effort d’éradication lancé l’an dernier pour venir à bout de la maladie dans les dernières zones où elle était encore implantée.

Il a été possible d’interrompre la transmission du poliovirus alors que le pays est confronté à un grave conflit, à d’importants mouvements de population et à des infrastructures insuffisantes. Cette victoire marquante est l’aboutissement des efforts consentis par plus de 10 000 volontaires et agents de santé somaliens qui ont vacciné à plusieurs reprises plus de 1,8 million d’enfants de moins de cinq ans en se rendant plusieurs fois dans chaque famille de chaque localité dans un pays considéré comme l’un des plus dangereux.

Le recours à des approches novatrices conçues pour des zones en proie à des conflits a joué un rôle crucial dans l’interruption de la transmission en Somalie. Elles ont notamment consisté à accroître l’engagement communautaire et à recourir à des vaccins monovalents pour vacciner les enfants dans les zones d’insécurité au moyen de plusieurs doses au cours d’une période limitée.

Comme l’a souligné le Directeur régional de l'OMS pour la Méditerranée orientale, le Dr Hussein A Gezairy, " cette réalisation historique montre qu’il est possible d’éradiquer la poliomyélite partout, même là où les conditions sont particulièrement difficiles."

La poliomyélite, qui peut provoquer une paralysie irréversible, a été stoppée dans la quasi-totalité des pays à la suite d’un effort international concerté de vingt ans. On ne compte plus désormais que quatre pays d’endémie – l’Afghanistan, l’Inde, le Nigéria et le Pakistan – et l’éradication de la poliomyélite dans le monde dépend désormais avant tout de l’arrêt de la transmission dans ces pays.

Le poliovirus se déplace facilement et loin, surtout dans le monde moderne où les gens voyagent beaucoup. Tant que la transmission du virus n’a pas été interrompue dans les quatre derniers pays d’endémie, le risque pour le monde entier reste élevé. La Somalie qui avait déjà éradiqué la maladie en 2002, a été réinfectée en 2005 par un poliovirus venu du Nigéria. Ce nouveau succès enregistré en Somalie indique qu’il est possible de stopper la maladie même dans des pays où le gouvernement central n’est pas opérationnel.

Pour le Conseiller principal en santé à l’UNICEF à New York, le Dr Maritel Costales, "la Somalie a réussi à vaincre la poliomyélite dans une situation de conflit généralisé et de pauvreté pire que celles que connaissent l’Afghanistan et le Pakistan." Celle-ci a notamment évoqué l’insécurité et les importants mouvements de population dans ces pays qui font qu’il est difficile de vacciner tous les enfants. "Or, a-t-elle ajouté, la Somalie a démontré que l’engagement communautaire permet de vacciner tous les enfants." L’Afghanistan et le Pakistan pourraient être les premiers pays d'endémie restants à interrompre la transmission; à eux deux, ils représentaient 5% des cas de poliomyélite en 2007.

Des engagements financiers suivis restent décisifs pour achever l’éradication de la poliomyélite. L’effort mondial est actuellement confronté à une pénurie de 525 millions de dollars pour 2008-2009, montant nécessaire d’urgence pour lutter contre la maladie dans les zones d’endémie restantes et protéger les enfants dans les zones exemptes de poliomyélite mais à haut risque. Le Rotary International, principal bailleur de fonds privé et agent bénévole de l’Initiative, a versé 9,2 millions de dollars pour l’éradication de la poliomyélite en Somalie et 700 millions au niveau mondial depuis 1985. "La Somalie est l’illustration parfaite que des outils adaptés et l’ intensification des efforts donnent des résultats", a estimé le président du Comité PolioPlus du Rotary pour la Méditerranée orientale, M.  Mohamed Benmejdoub. "Un monde libéré de la poliomyélite est un objectif de santé publique réalisable de même qu'un bien public mondial. J’invite instamment les gouvernements du monde entier – et en particulier les pays du G8 – à mettre rapidement à disposition les ressources nécessaires. Ensemble, nous pouvons faire en sorte qu’aucun enfant n’ait à nouveau à subir les terribles souffrances d’une paralysie irréversible provoquée par la poliomyélite."

L’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite est dirigée par des gouvernements, l’OMS, l’UNICEF, le Rotary International, et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des
États-Unis d’Amérique. Depuis 1988, l’incidence de la poliomyélite a été réduite de plus de 99%. À l’époque, plus de 350 000 enfants étaient paralysés chaque année dans plus de 125 pays d’endémie. À l’heure actuelle, il ne reste plus que quatre pays où la transmission endémique n’a jamais été stoppée: l’Afghanistan, l’Inde, le Nigéria et le Pakistan. En 2007, 1308 cas ont été signalés dans le monde (données au 18 mars 2008).

Ali Mao Moallin, l'un des 10 000 agents de santé volontaires somaliens, est la dernière personne à avoir contracté la variole il y a plus de trente ans, le 26 octobre 1977. Depuis des années, il travaille pour l’OMS et a sillonné la Somalie pour vacciner les enfants contre la poliomyélite et encourager la communauté à s'engager lors des campagnes de vaccination. "La Somalie a été le dernier pays où a sévi la variole. J’aimerais qu’il ne soit pas le dernier bastion de la poliomyélite", a-t-il déclaré.

Le dernier cas somalien de poliomyélite autochtone remonte à 2002. Le 12 juillet 2005, le pays a été réinfecté par un poliovirus en provenance du Nigéria à l’origine d’une flambée de 228 cas au total. Une riposte systématique à grande échelle, comprenant notamment un engagement important de la communauté, a permis de stopper l’épidémie et le dernier cas a été signalé le 25 mars 2007 dans la Province de Mudug dans le centre du pays.

Pour plus d'informations, contactez:

OMS, Suisse:
Oliver Rosenbauer
Tél.: +41 22 791 3832
Courriel: rosenbauero@who.int

Sona Bari
Tel.: +41 22 791 1476
Courriel: baris@who.int

Rotary International, Evanston, USA:
Vivian Fiore
Tél.: +1 847 866 3234
Courriel: vivian.fiore@rotary.org

Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, USA:
Steve Cochi
Tél.: +1 404 639 8723
Courriel: slc1@cdc.gov

UNICEF, New York, USA:
Jessica Malter
Tél: +1 212 326 7412
Courriel: jmalter@unicef.org

Partager