Centre des médias

2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à un assainissement amélioré

Communiqué de presse

Chaque jour, plus de 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à un assainissement amélioré et près de 1,2 milliards de personnes défèquent à ciel ouvert, pratique la plus dangereuse de toutes, selon un rapport publié aujourd’hui par le Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l'eau et de l'assainissement (JMP).

Ce rapport du JMP, intitulé « Progress on Drinking Water and Sanitation - Special Focus on Sanitation » (Progrès en matière d’eau de boisson et d’assainissement, thème spécial sur l’assainissement) paraît à la fin du premier semestre de l’Année internationale de l’assainissement. Pour la première fois, il évalue les progrès mondiaux, régionaux et nationaux à l’aide du concept novateur de « l’échelle ». Il montre avec beaucoup plus de détails les habitudes en matière d’assainissement, permettant aux experts de mettre en lumière les tendances dans l’utilisation d’installations améliorées, partagées ou non améliorées, ainsi que les tendances de la défécation à ciel ouvert. De même, « l’échelle de l’eau de boisson » montre le pourcentage de la population utilisant de l’eau amenée à domicile ou sur un terrain par un système d’adduction d’eau, d’autres sources améliorées, telles que les pompes manuelles, ou les sources brutes.

Dans le monde, le nombre de personnes n’ayant pas accès à une source d’eau améliorée est passé pour la première fois en dessous du milliard depuis la première compilation des données en 1990. Actuellement, 87 % de la population mondiale a accès à des sources d’eau améliorées et, selon les tendances actuelles, cette proportion passera à 90 % d’ici 2015.

Dans le monde, le nombre de personnes déféquant à ciel ouvert est passé de 24 % en 1990 à 18 % en 2006. Le rapport souligne aussi les disparités dans un même pays, notamment entre les populations rurales et urbaines. À l’échelle mondiale, on recense environ quatre fois plus de personnes en zone rurale (746 millions environ) sans accès à des sources d’eau améliorées qu’en zone urbaine (137 millions environ).

L’assainissement insuffisant menace la survie des enfants, la contamination fécale dans l’environnement s’associant directement aux maladies diarrhéiques, l’un des plus grands facteurs de mortalité pour les moins de 5 ans. Il est très difficile de maintenir un environnement propre en cas de défécation à ciel ouvert, même par une minorité de la population.

« Avec les tendances actuelles, il manquera plus de 700 millions de personnes pour que le monde atteigne l’objectif du Millénaire en matière d’assainissement, a déclaré Ann M. Venema, Directrice exécutive de l’UNICEF. Faute d’améliorations spectaculaires, il y aura de grandes pertes. »

Toutefois, de plus en plus nombreux sont ceux qui utilisent des installations d’assainissement amélioré, c’est-à-dire des installations garantissant une élimination des excréments de manière à éviter qu’ils ne provoquent des maladies en contaminant les aliments et les sources d’eau.

Même si la pratique de la défécation à ciel ouvert est en baisse, elle reste habituelle pour 18 % de la population mondiale, soit 1,2 milliard de personne. En Asie du Sud, elle reste encore la norme pour 778 millions de personnes.

« Nous disposons aujourd’hui de tout un éventail d’options techniques peu coûteuses pour installer l’assainissement dans la plupart des situations, explique le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. De plus en plus de gouvernements sont déterminés à améliorer la santé en faisant bénéficier leurs populations les plus pauvres de l’eau et de l’assainissement. Si nous voulons faire lâcher prise à la pauvreté et récolter de multiples bienfaits pour la santé, nous devons nous occuper de l’eau et de l’assainissement. »

De réels progrès dans l’accès à l’eau de boisson saine ont eu lieu dans de nombreux pays d’Afrique australe. Selon le rapport, sept des dix pays qui ont progressé le plus rapidement et sont dans les temps pour atteindre l’objectif du Millénaire pour le développement en ce qui concerne la cible pour l’eau de boisson se trouvent en Afrique subsaharienne (Burkina Faso, Namibie, Ghana, Malawi, Ouganda, Mali, Djibouti). Sur les pays qui ne sont pas encore dans les temps pour atteindre la cible pour l’assainissement, mais qui progressent rapidement, cinq sont en Afrique subsaharienne (Bénin, Cameroun, Comores, Mali et Zambie).

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec :

Sari Setiogi
Chargée de relation avec les médias
Sécurité sanitaire et environnement
OMS, Genève
Tel.: +41 22 791 3576
Portable: +41 79 701 9467
E-mail setiogis@who.int

Nada Osseiran
Sensibilisation et communication
Sécurité sanitaire et environnement
OMS, Genève
Tel.: +41 22 791 4475
Portable: +41 79 445 1624
E-mail: osseirann@who.int

Kate Donovan
UNICEF Media
New York
Tel.: +1 212 326 7452
E-mail: kdonovan@unicef.org

Partager