Centre des médias

Nouveau vaccin contre la méningite en Afrique

Communiqué de presse

4 SEPTEMBRE 2008 | YAOUNDÉ -- Les ministres de la santé des pays de la ceinture africaine de la méningite se sont engagés aujourd’hui à introduire un vaccin candidat très prometteur contre la méningite destiné à éviter les épidémies périodiques de cette maladie mortelle.

Réunis à l'occasion de la cinquante-huitième session du Comité régional pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la Santé qui se tient à Yaoundé du 1er au 5 septembre, les ministres ont adopté la Déclaration de Yaoundé s’engageant à prendre plusieurs mesures. En particulier, ils ont convenu d’élaborer des plans complets de lutte contre la méningite en introduisant le nouveau vaccin dès qu’il sera disponible, de mettre en oeuvre des stratégies de lutte contre la méningite, d’entreprendre une action commune contre la menace qu'elle constitue, d’améliorer les échanges d’informations pour la riposte et d’apporter une contribution financière aux activités de lutte contre les épidémies.

Comme l’a souligné le Ministre tchadien de la Santé publique, le Professeur Avocksouma Djona, «plusieurs centaines de millions de personnes sont exposées au risque de méningite dans 25 pays africains et de nombreuses générations ont déjà souffert de la maladie. Au nom de tous les pays d’Afrique concernés, nous nous engageons aujourd’hui collectivement à mettre fin aux flambées dévastatrices de ce fléau. Nous veillerons à ce que les populations de l’ensemble de la ceinture de la méningite puissent disposer de ce nouveau vaccin efficace.»

Une solution abordable pour l'Afrique

Pour le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, «le nouveau vaccin est l’aboutissement d’un effort délibéré visant à maîtriser ces épidémies au moyen de solutions qui soient abordables pour l’Afrique. Grâce à ce vaccin, les pays pourront progressivement non plus réagir face à des situations d’urgence, mais éliminer la menace de l’épidémie.» L’OMS fournira un soutien technique à l’introduction de ce vaccin.

Le vaccin candidat présente plusieurs avantages. Au prix de seulement 0,40 dollar la dose, il produit, aussi bien chez l’adulte que le très jeune enfant, une réponse immunitaire plus importante que le vaccin actuellement disponible. Il confère en outre une protection à long terme et induit une immunité chez certains sujets non vaccinés vivant à proximité des vaccinés, ce qui conduit à une large protection communautaire.

La stratégie de prévention et de lutte qui sera mise en oeuvre par les pays concernés vise à introduire le nouveau vaccin conjugué antiméningococcique A, afin de vacciner une population de quelque 250 millions de personnes âgées de 1 à 29 ans, ainsi que 23 millions de nourrissons vivant dans 25 pays africains de 2009-2010 à 2015. Il faudra aussi veiller à ce que des quantités adéquates des vaccins antiméningococciques polyosidiques actuels restent disponibles pour permettre une riposte aux épidémies.
Cette dernière initiative est importante pour deux raisons: tout d’abord pour assurer une transition harmonieuse des stratégies actuelles de riposte aux épidémies à une approche préventive, et ensuite pour réagir à la menace de flambées de méningite due aux méningocoques qui n’appartiennent pas au sérogroupe A (groupe C ou W135).

La stratégie de prévention et de lutte a été examinée et approuvée par le Groupe stratégique consultatif d'experts sur la vaccination de l'OMS en avril 2008 et par le Conseil de l’Alliance GAVI en juin 2008.

Une dépense judicieuse

Comme l’a souligné le Secrétaire exécutif de l’Alliance GAVI, le Dr Julian Lob-Leyvt, « la vaccination par le nouveau vaccin constitue une dépense judicieuse. Notre investissement initial de 55 millions de dollars en faveur de la constitution d’un stock de vaccin antiméningococcique contribuera à éviter de nouvelles flambées de la maladie.» L’Alliance GAVI est un partenariat public-privé réunissant les principaux acteurs dans le domaine de la vaccination notamment l’OMS, l’UNICEF, la Banque mondiale, les gouvernements de pays en développement et de pays donateurs, les organismes techniques et de recherche de l’industrie des vaccins, la société civile et la Fondation Bill & Melinda Gates.

Le nouveau produit, le vaccin conjugué antiméningococcique A («MenAfriVac»), a été élaboré dans le cadre du Projet Vaccins Méningite, un partenariat de mise au point de produits associant l’OMS et le Program for Appropriate Technology in Health (PATH), une organisation non gouvernementale. Le projet a été mis sur pied en 2001 grâce à des fonds initiaux de la Fondation Bill & Melinda Gates.

De l’avis du Directeur du Projet Vaccins Méningite, le Dr F. Marc LaForce, «un seul cas de méningite peut précipiter une famille dans une spirale de paupérisation dont elle risque de ne jamais ressortir. En s’engageant à introduire le MenAfriVac dans les pays de la ceinture de la méningite, les gouvernements africains joueront un rôle déterminant dans l’élimination d’épidémies qui ont sévi sur le continent depuis plus d’un siècle et contribueront à réduire la pauvreté.»

Les enfants sont les plus exposés

Pour le Directeur régional du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, Ester Guluma, «les flambées de méningite dévastent les communautés des pays les plus pauvres d’Afrique depuis de nombreuses années. Ce sont surtout les enfants qui sont exposés. Aujourd’hui, grâce au nouveau vaccin qui devrait être efficace pendant plus longtemps, nous avons de bonnes chances de pouvoir enfin maîtriser la maladie et de protéger tous les enfants et leurs parents de cette maladie potentiellement mortelle.»

Pour sa part, le Directeur régional de l'OMS pour l’Afrique, le Dr Luis Gomes Sambo, a déclaré: «C’est là une réalisation majeure dans la lutte contre la méningite cérébrospinale dans les pays du Sahel qui permettra de réduire le risque d’épidémies faisant aujourd’hui des milliers de morts dans la population de la ceinture de la méningite.»

Le nouveau vaccin devrait être introduit à partir de 2009-2010 au Burkina Faso puis progressivement dans 24 autres pays entre 2010 et 2015, avec l’appui de l’Alliance GAVI. L’Alliance s’attache également à financer la constitution de stocks suffisants du vaccin actuel, afin de permettre la riposte aux épidémies pendant la période de l’introduction du MenAfriVac.

Informations sur le vaccin

Le vaccin candidat antiméningococcique A protège contre l’infection due au méningocoque du groupe A, Neisseria meningitidis, la souche principalement responsable des flambées mortelles dans les 25 pays de la ceinture de la méningite. Quelque 430 millions de personnes vivant dans la zone qui s’étend de l’Ouest à l’Est du continent, du Sénégal à l’Ethiopie, sont exposées au risque de cette maladie bactérienne. Même après une antibiothérapie, 10% au moins des malades meurent et jusqu’à 20% connaissent de graves problèmes de santé permanents.

Un essai clinique de phase I chez des adultes de 18 à 35 ans a été mené avec succès en Inde. Des essais cliniques de phase II sur le nouveau vaccin ont été menés à bien en Gambie et au Mali et les taux d’anticorps observés sont près de 20 fois plus importants chez les enfants de 1 à 2 ans, comparativement à celui obtenu grâce au vaccin polyosidique existant. (Le suivi de ces essais est en cours). Des essais cliniques de phase II/III ont été menés avec succès chez des personnes âgées de 2 à 29 ans en Gambie, au Mali et au Sénégal.

Le vaccin qui est fabriqué par une firme indienne s'est révélé sûr lors des tests.

Prochaines étapes

Un nouvel essai important de phase III aura lieu en Inde et au Mali au début 2009. Une étude de phase II chez le nourrisson a commencé au Ghana à fin août et les résultats sont attendus en 2010. Les résultats de ces essais permettront peut-être d’étendre les indications à l’usage chez le nourrisson.

Le vaccin devrait être mis sur le marché en Inde au début 2009, puis être soumis peu après à une évaluation par l’OMS. Les pays africains pourront peut-être homologuer le vaccin en 2009 pour permettre son introduction dans les meilleurs délais.

Pour plus d'informations, contactez:

Melinda Henry
OMS, Genève
Tél.: +41 22 791 2535
Portable: +41 79 477 1738
Courriel: henrym@who.int

Jeffrey Rowland
Alliance GAVI , Genève
Tél.: +41 22 909 7165
Portable: +41 79 240 4559
Courriel: jrowland@gavialliance.org

Monique Berlier
PATH
Ferney-Voltaire, France
Tél.: +33 4 50 28 08 22
Portable: +33 6 33 18 87 70
Courriel:: mberlie@path.org

Brian Hansford
UNICEF, New York
Tél.: +1 212 326 7269
Portable: +1 917 605 1699
Courriel: bhansford@unicef.org

Partager