Centre des médias

L'OMS approuve un programme de recherche sur le changement climatique et la santé

Communiqué de presse

8 OCTOBRE 2008 | MADRID/GENÈVE -- Une réunion d’experts convoquée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Madrid a approuvé aujourd’hui un programme de recherche visant à mettre au point un cadre fondé sur des bases scientifiques concernant les conséquences du changement climatique pour la santé. Le plan s’inspire d’un examen complet de ce qu'on sait déjà sur les risques sanitaires liés au changement climatique. Il a été élaboré par l’OMS avec plus de 80 chercheurs chevronnés spécialisés dans le changement climatique et la santé, ainsi qu’avec des représentants de donateurs et d’autres organismes du système des Nations Unies. La réunion qui s’est déroulée du 6 au 8 octobre était l’hôte du Ministère espagnol de la Santé.

Comme l’a souligné le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, «de nombreuses organisations, dont l’OMS, ont mis l’accent sur les risques sanitaires liés au changement climatique. Nos 193 États Membres ont demandé à l’OMS de les aider à renforcer les données scientifiques en vue d’une action politique. Ce plan nous fournit le cadre nécessaire pour aller de l’avant et formule des recommandations à l’intention des gouvernements, des établissements de recherche et des donateurs afin de combler d’importantes lacunes dans le domaine des connaissances.»

Au cours des dix dernières années, même si le changement climatique a été reconnu de plus en plus comme un risque important pour le bien-être de l’humanité, ses effets sanitaires n’ont que relativement peu retenu l'attention des chercheurs. Les articles scientifiques consacrés aux liens entre le changement climatique et la santé sont près de huit fois moins nombreux que ceux concernant la pollution de l’air et près de 40 fois moins nombreux que ceux sur le tabagisme.

Le plan vise à accélérer, cibler et intensifier la recherche sur le changement climatique et la santé afin d'enrichir les connaissances en vue d’un examen de la question par la Quinzième Conférence des Parties des Nations Unies (COP15), qui aura lieu à Copenhague en décembre 2009 et à laquelle les responsables mondiaux élaboreront un nouvel accord mondial sur le climat pour succéder au Protocole de Kyoto.

Le plan définit les cinq domaines prioritaires suivants:

  • Interactions avec d’autres tendances et déterminants de la santé Le changement climatique n’intervient pas dans un vide. Il faut d’urgence mieux comprendre comment opère et opérera l’interaction du changement climatique avec d’autres tendances et déterminants importants de la santé comme le développement économique, la mondialisation, l’urbanisation et l’inégalité en matière d’exposition aux risques sanitaires et d’accès aux soins.

  • Effets directs et indirects Si l'on connaît bien les effets sanitaires à court terme du changement climatique, il faudrait caractériser les répercussions des changements à long terme - sécheresse croissante, diminution des ressources d’eau douce et déplacements de populations par exemple - aussi bien du point de vue des effets sur la santé mentale que des risques de conflit, en particulier en ce qui concerne les enfants et les autres groupes vulnérables.

  • Comparaison de l’efficacité des interventions à court terme Différents pays ont suivi des approches diverses pour faire face aux menaces sanitaires liées au changement climatique comme les vagues de chaleur et les inondations. Les évaluations comparatives des résultats peuvent permettre d’établir un classement des interventions selon leur efficacité.

  • Évaluation de l’impact sanitaire des politiques des secteurs extrasanitaires Il faut d’urgence procéder à une évaluation rapide des incidences sanitaires de politiques spécifiques de prévention ou d’atténuation du changement climatique et d’adaptation au changement suivies dans d’autres secteurs comme les effets potentiellement néfastes de la promotion des biocarburants sur la sécurité alimentaire et la malnutrition ou encore les effets sanitaires potentiellement positifs du recours aux énergies renouvelables et des politiques de transport.

  • Renforcement des systèmes de santé publique face aux effets sanitaires du changement climatique. La plupart des interventions des systèmes de santé face au changement climatique se fondent sur des compétences de base en santé publique. Mais il faut davantage de connaissances pour définir les moyens les plus efficaces de mettre en oeuvre des stratégies préventives intégrées de santé publique réduisant non seulement les risques liés au changement climatique mais l’ensemble des risques pour la santé liés à l’environnement.

Pour le Ministre espagnol de la Santé et de la Consommation, le Dr Bernat Soria, «cette réunion a clairement montré que nous devons renforcer nos bases factuelles sur les moyens de protéger la santé du changement climatique. Nous saluons ce plan qui fixe un programme de recherche clairement défini et contribuera à répondre aux besoins des pays concernant l’élaboration de politiques fondées sur des données scientifiques.»

Pour plus d'informations, contactez:

Nada Osseiran
Chargée de communication
Département Santé publique et environnement
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 4475
Courriel: osseirann@who.int

Sari Setiogi
Chargée des relations avec la presse
Sécurité sanitaire et environnement
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 3576
Portable: +41 79 701 9467
Fax: +41 22 791 4721
Courriel: setiogis@who.int