Centre des médias

Urgence au Zimbabwe pour endiguer le choléra et réformer le système de santé

Six millions de dollars sont nécessaires pour mener à bien un plan d'urgence.

Communiqué de presse

10 décembre 2008 | HARARE -- Une importante épidémie de choléra, un système de santé qui manque de ressources et de personnel, et un accès insuffisant à une eau de boisson saine et à l’hygiène menacent la santé de milliers de Zimbabwéens. Au 9 décembre, 16 141 cas présumés de choléra et 775 décès (taux de létalité de 4,8%) avaient été enregistrés depuis le mois d’août dans les deux tiers des 62 districts du pays.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est en train de mettre sur pied un centre d’opérations et de lutte contre le choléra, conjointement avec le Ministère de la Santé et de la Protection de l’Enfant et d’autres partenaires du secteur de la santé afin de faire face de manière coordonnée aux problèmes de santé qui se posent au Zimbabwe. L’OMS sollicite l’aide des donateurs pour un montant proposé de six millions de dollars pour financer son plan d’urgence contre le choléra.

Près de la moitié des cas ont été enregistrés à Budiriro, quartier fortement peuplé de la banlieue ouest de la capitale, Harare. D’autres fortes concentrations de cas de choléra ont été signalées à Beitbridge, à la frontière avec l’Afrique du Sud, et à Mudzi, à la frontière avec le Mozambique.

L’épidémie pourrait dépasser 60 000 cas, selon une estimation du groupe santé zimbabwéen, coordonné par l’OMS et composé de dispensateurs de soins, d’organisations non gouvernementales et du Ministère de la Santé et de la Protection de l’Enfant. Il a été estimé en effet que six millions de personnes (soit la moitié des douze millions d’habitants du pays) seraient potentiellement exposées au choléra, 1% de celles-ci étant déjà atteintes. Avec la saison des pluies qui commence et l’augmentation des mouvements de population probables en raison de l’approche de Noël, il existe des risques de propagation accrue du choléra si des mesures strictes ne sont pas prises.

Par ailleurs, on peut craindre de graves conséquences au niveau régional avec le passage de cas de choléra en Afrique du Sud et au Botswana. Le 2 décembre, les autorités sanitaires sud-africaines ont déclaré que le pays avait enregistré 460 cas de choléra et 9 décès connexes, la plupart dans les zones frontalières avec le Zimbabwe.

«Cette épidémie peut être maitrisée mais cela dépendra de nombreux facteurs, et en particulier de la mise en place d’une approche concertée entre tous les dispensateurs de soins afin de vérifier que nous mettons en oeuvre des interventions efficaces là où l’on en a le plus besoin », a déclaré le Dr Custodia Mandhlate, représentante de l’OMS au Zimbabwe. «Parmi ces interventions figurent la prévention, le dépistage et la prise en charge rapides des cas et l’amélioration du traitement.»

La principale cause de l’épidémie de choléra est un approvisionnement insuffisant en eau de boisson saine et des niveaux d’hygiène médiocres. Le manque de médicaments, de matériel et de personnel dans les établissements de santé dans tout le pays complique encore le problème sanitaire. L’OMS préconise une amélioration de l’accès aux sels de réhydratation orale pour traiter la déshydratation modérée, qui est un symptôme du choléra. Cela pourrait aider à réduire rapidement le nombre de malades et de décès dans la communauté.

Pour aider les autorités zimbabwéennes et leurs partenaires à répondre à la situation d’urgence sanitaire, l’OMS a envoyé des fournitures médicales permettant de traiter 50 000 personnes en cas d’affections courantes pendant trois mois, ainsi que 3200 cas modérés de choléra. L’OMS a également envoyé des épidémiologistes, un expert de l’eau et de l’assainissement et un logisticien à Harare pour renforcer l’action sur le terrain.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Paul Garwood
Chargé de communication
OMS, Genève
Interventions sanitaires en cas de crise
Portable (Genève): +41 79 475 5546
Portable (Harare): +263 912 433128
Courriel: garwoodp@who.int

Wendy Julias
Chargé de communication
OMS Zimbabwe
Téléphone: +263 425 3724/30
Portable: +263 91 243 1408
Courriel: JuliasW@zw.afro.who.int

Gregory Hartl
Responsable de l'information et de la communication
Département Alerte et action en cas d’épidémie et de pandémie
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 4458
Portable: +41 79 203 6715
Courriel: hartlg@who.int

Partager