Centre des médias

L'OMS recommande l'usage de vaccins antirétroviraux

Des millions d’enfants en Afrique et en Asie seraient protégés des maladies diarrhéiques mortelles.

Communiqué de presse

L’Organisation mondiale de la Santé a recommandé d’inclure la vaccination antirotavirus dans tous les programmes nationaux de vaccination afin de protéger les enfants contre un virus responsable de plus de 500 000 décès par diarrhée et de deux millions d’hospitalisations chaque année chez les enfants. Plus de 85% de ces décès surviennent dans des pays en développement d’Afrique et d’Asie. Cette nouvelle politique permettra d’assurer l’accès aux vaccins antirotavirus dans les pays les plus pauvres du monde.

La nouvelle recommandation du Groupe consultatif stratégique d’experts (SAGE) de l’OMS s’inscrit dans le prolongement d’une recommandation antérieure de 2005 sur la vaccination dans les Amériques et en Europe, où des essais cliniques ont montré son innocuité et son efficacité dans les populations à mortalité faible et intermédiaire. De nouvelles données provenant d’essais cliniques destinés à évaluer l’efficacité du vaccin dans des pays à forte mortalité de l’enfant ont conduit à recommander l’utilisation du vaccin partout dans le monde. Le rapport du Groupe a été publié le 5 juin 2009 dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire.

«Il s’agit là d’une étape décisive pour garantir que les enfants qui en ont le plus besoin aient accès aux vaccins contre la cause la plus répandue de diarrhée mortelle», a fait observer le Dr Thomas Cherian, coordonnateur du Programme élargi de vaccination du département Vaccination, vaccins et produits biologiques de l’OMS.

«Cette recommandation de l’OMS ouvre la voie à des vaccins qui protégeront les enfants des pays en développement de l’une des maladies qui y fait le plus de victimes», a déclaré le Dr Tachi Yamada, Président du Global Health Program de la Fondation Bill & Melinda Gates. «Nous devons agir maintenant pour pouvoir vacciner les enfants d’Afrique et d’Asie, où la plupart des décès dus au rotavirus sont enregistrés».

Essais cliniques

L’Alliance GAVI, les fabricants de vaccins et la communauté de la santé publique ont pris un engagement sans précédent afin de comprendre la façon dont ces vaccins fonctionneraient dans les conditions propres aux pays en développement. L’essai clinique, financé en partie par l’Alliance GAVI et effectué par l’OMS, l'ONG américaine PATH, le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline et des institutions de recherche travaillant dans des milieux socio économiques défavorisés à mortalité élevée en Afrique du Sud et au Malawi, ont constaté que le vaccin réduisait de façon importante les épisodes diarrhéiques graves dus au rotavirus.

En 2006, l’Alliance GAVI a ajouté les vaccins antirotavirus à la panoplie de vaccins pour lesquels elle apporte un soutien financier aux pays en développement, soulignant son engagement à réduire le délai de 15 à 20 ans qui s’écoule habituellement entre l’introduction d’un nouveau vaccin dans les pays riches et sa mise à disposition dans les pays en développement. À l’heure actuelle, la recommandation mondiale de l’OMS ouvre la voie pour que des pays à faible revenu d’Afrique et d’Asie puissent solliciter de l’Alliance l’introduction des vaccins antirotavirus – trois ans à peine après la mise à disposition des nouveaux vaccins antirotavirus aux États-Unis, en Europe et en Amérique latine.

«L’Alliance GAVI se félicite de cette recommandation tout à fait intéressante , a déclaré le Directeur général de l’Alliance, le Dr Julian Lob-Levyt. «Elle représente une nouvelle étape importante dans nos efforts pour agir efficacement sur la mortalité des moins de cinq ans dans les communautés les plus pauvres du monde et pour progresser vers les objectifs du Millénaire pour le développement. Nous sommes extrêmement enthousiastes à l’idée de pouvoir offrir aux pays d’Afrique et d’Asie des fonds pour leur permettre d’introduire des vaccins antirotavirus.»

Les vaccins oraux pouvant présenter une efficacité variable dans différentes populations, il était important de faire la preuve de l’efficacité du vaccin dans des milieux à mortalité élevée. Les études menées en Afrique l’ont été dans des populations à forte mortalité du nourrisson et de l’enfant, où les conditions sanitaires sont médiocres, où la mortalité par maladie diarrhéique est élevée ainsi que la prévalence du VIH chez les mères.

Un vaccin efficace dans les milieux à mortalité élevée

«Les nouvelles données et la recommandation de l’OMS sont des avancées majeures pour la santé de nos enfants», a déclaré le Dr Oyewale Tomori, Vice-Président de l’Université Redeemer au Nigéria, qui a été coordonnateur du Laboratoire régional pour l’Organisation mondiale de la Santé (Région africaine). «Trop d’enfants meurent encore de diarrhée due au rotavirus ou à d’autres causes. Nous avons besoin d’urgence de ces vaccins salvateur.»

Les chercheurs qui ont participé à l’essai clinique en Afrique du Sud et au Malawi présenteront et publieront leurs données sur le vaccin GSK RotarixTM dans le courant de l’été. Des sites d’essais cliniques au Bangladesh et au Viet Nam – ainsi que des sites au Ghana, au Mali et au Kenya – ont évalué l’efficacité du vaccin antirotavirus de Merck, le Rota Teq®, et les résultats sont attendus pour l’automne 2009. Alors que les données sur l’efficacité en provenance des pays d’Asie ne devraient pas tarder, le SAGE recommande l’utilisation des vaccins antirotavirus dans toutes les populations, y compris en Asie, car les résultats disponibles montrent que les données sur l’efficacité peuvent être extrapolées aux populations présentant des schémas de mortalité analogues quelle que soit leur situation géographique.

Les maladies diarrhéiques pouvant être dues à de nombreuses causes, le Groupe d’experts a souligné l’importance de proposer une vaccination antirotavirus dans le cadre d’une stratégie complète de lutte contre les maladies diarrhéiques, comprenant l’amélioration de la qualité de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, la fourniture de solutions de réhydratation orale et de suppléments de zinc, et une meilleure prise en charge générale des cas.

L’OMS, l’UNICEF et d’autres partenaires de l’Alliance GAVI sont engagés dans une nouvelle approche accélérée et intégrée de lutte contre la diarrhée à rotavirus et la pneumonie, les deux principales maladies évitables par la vaccination qui représentent à elles seules plus de 35% des décès d’enfants chaque année, dont la majorité dans les pays en développement.

Pour plus d'informations:

Melinda Henry
OMS
Téléphone: +41 22 791 2535
Portable: +41 79 477 1738
Courriel: henrym@who.int

Hayatee Hasan
OMS
Téléphone:+41 22 791 2103
Portable: +41 79 351 6330
Courriel: hasanh@who.int

Ariane Leroy
Alliance Gavi
Téléphone: +41 22 909 6521
Courriel:aleroy@gavialliance.org

Paul Quirk
PATH
Téléphone: +202 572 2879
Portable: +202 549 5394
Courriel: paul.quirk@gmmb.com

Partager