Centre des médias

Plus de cinq millions de personnes reçoivent un traitement contre le VIH

L’Organisation mondiale de la Santé préconise un traitement plus précoce des personnes infectées par le VIH

Communiqué de presse

Selon les dernières estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 5,2 millions de personnes recevaient un traitement salvateur contre le VIH fin 2009.

L’OMS estime que 1,2 million de personnes ont entamé un traitement en 2009, ce qui porte le nombre total de personnes traitées à 5,2 millions, contre 4 millions fin 2008.

D’après le Dr Hiroki Nakatani, Sous-Directeur général chargé du VIH/sida, de la tuberculose, du paludisme et des maladies tropicales négligées à l’OMS, « Il s’agit de la plus importante augmentation du nombre de personnes accédant au traitement en une seule année, ce qui est extrêmement encourageant ».

À la XVIIIème Conférence internationale sur le sida, l’OMS appelle à un traitement plus précoce des personnes infectées par le VIH. L’objectif est d’entamer le traitement avant même que les personnes ne tombent malades en raison d’une baisse de l’immunité.

« L’institution plus précoce du traitement nous donne la possibilité de permettre aux personnes atteintes de rester en bonne santé et de vivre plus longtemps », a déclaré le Dr Gottfried Hirnschall, Directeur du département du VIH/SIDA à l’OMS.

Les estimations mises au point à travers une modélisation épidémiologique laissent supposer que la mortalité liée au VIH pourrait être réduite de 20 % entre 2010 et 2015 si ces recommandations concernant un traitement précoce étaient largement appliquées.

Un traitement plus précoce peut prévenir les infections opportunistes, y compris la tuberculose, principale maladie mortelle pour les personnes vivant avec le VIH. On pourrait réduire le nombre de décès par tuberculose d’un maximum de 90 % si les personnes atteintes à la fois de tuberculose et d’une infection à VIH étaient traitées plus tôt.

L’état du système immunitaire d’un individu se mesure au nombre de cellules CD4. Une personne en bonne santé présente une numération des CD4 comprise entre 1000 et 1500 par mm3. L’OMS recommandait précédemment de commencer le traitement de l’infection à VIH lorsque la numération des CD4 tombait au-dessous de 200 par mm3, mais préconise désormais de commencer le traitement à partir de 350 cellules/mm3 ou au-dessous.

« Outre qu’il permet de sauver des vies, un traitement plus précoce présente également des avantages sur le plan de la prévention », a ajouté le Dr Hirnschall. « Le traitement réduisant la quantité de virus présente dans l’organisme, cela signifie que les personnes VIH-positives sont moins susceptibles de transmettre le virus à leurs partenaires. »

Les recommandations de l’OMS en matière de traitement font passer le nombre de personnes pour qui le traitement du VIH est recommandé d’une estimation de 10 millions à 15 millions. Selon le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), le coût du traitement du VIH en 2010 sera d’environ US$ 9 milliards.

« Les investissements que nous faisons aujourd’hui permettront non seulement de sauver des millions de vies mais également d’économiser des millions de dollars demain », a déclaré le Dr Bernhard Schwartlander, Directeur, Bases factuelles, stratégie et résultats à l’ONUSIDA. « Des personnes dont le système immunitaire est affaibli qui sont traitées plus tard ont besoin de médicaments et de services plus complexes et plus coûteux que celles qui débutent un traitement plus tôt et sont en meilleure santé. »

Depuis 2003 – qui a marqué le lancement de l’initiative historique « 3 millions d’ici 2005 » destinée à donner accès au traitement contre le VIH à 3 millions d’habitants de pays à revenu faible ou intermédiaire avant fin 2005 – le nombre de personnes traitées a été multiplié par 12.

À la Conférence sur le sida 2010, l’OMS publie des recommandations intitulées «Recommandations rapides :Traitement antirétroviral de l’infection à VIH chez l’adulte et l’adolescent ».

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
À Vienne

Tunga Namjilsuren
Chef d’équipe, Communications VIH/sida
Tél.: +41 79 203 3176
Courriel: namjilsurent@who.int

À Genève

Katya Halil
Fonctionnaire chargée de la communication, OMS
Tél.: +41 22 791 3461
Courriel: halilk@who.int

Partager