Centre des médias

Les progrès en vue d’éliminer la rougeole sont au point mort, prévient l’OMS

Les objectifs fixés pour 2015 ne seront pas atteints

Communiqué de presse

Les progrès accomplis vers l’élimination de la rougeole sont au point mort: tel est l’avertissement lancé aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le nombre de décès dus à la rougeole est en hausse: estimé à 122 000 en 2012, il est passé à 145 700 en 2013, d’après les nouvelles données publiées dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire de l’OMS et le Morbidity and Mortality Weekly Report des Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Selon les estimations, le nombre de décès par rougeole en 2013 équivaut à une baisse de 75% de la mortalité due à la maladie depuis 2000, un résultat nettement inférieur à l’objectif fixé de 95% de réduction des décès entre 2000 et 2015.

«Des progrès insuffisants dans l’augmentation de la couverture par la vaccination antirougeoleuse se sont traduits par des flambées de grande ampleur de cette maladie très contagieuse, et le cap mis sur les objectifs d’élimination pour 2015 a été perdu», déclare le Dr Peter Strebel du Département Vaccination, vaccins et produits biologiques de l’OMS.

Les États Membres des six Régions de l’OMS se sont fixé des objectifs en vue de l’élimination de la rougeole. «Il faut de toute urgence que les pays considèrent comme prioritaires le maintien et l’amélioration de la couverture par la vaccination. S’ils échouent à inverser cette tendance inquiétante, la dynamique créée par une décennie de progrès accomplis dans la réduction de la mortalité due à la rougeole pourrait être mise en péril», ajoute le Dr Strebel.

Atteindre ces objectifs à temps est l’un des six buts du Plan d’action mondial pour les vaccins, adopté par l’ensemble des États Membres lors de l’Assemblée mondiale de la Santé en 2012. Bien qu’il s’agisse d’une maladie évitable par la vaccination, la rougeole reste une cause de décès et d’incapacité majeure chez les enfants du monde entier.

Des efforts importants sont indispensables pour maintenir le niveau de contrôle actuel de la maladie et continuer à réduire le nombre de cas et de décès. L’OMS et ses partenaires de l’Initiative contre la rougeole et la rubéole ont depuis plusieurs années mis en garde contre une éventuelle recrudescence de la maladie si les efforts de vaccination et de surveillance ne sont pas préservés et renforcés.

Même si la progression de la maladie en 2013 a été en grande partie due aux flambées survenues en Chine, en République démocratique du Congo et au Nigéria, des flambées épidémiques de taille importante ont aussi été signalées dans d’autres parties du monde. Les progrès sont au point mort dans la Région de la Méditerranée orientale où des systèmes de santé insuffisants et les conflits et déplacements de population ont été un obstacle aux efforts de vaccination.

Dans le même temps, la Région européenne a vu la maladie réapparaître avec des flambées dans un certain nombre de pays dont la Géorgie, la Turquie et l’Ukraine, et un regain de mobilisation politique à haut niveau est nécessaire pour inverser cette tendance.

Les effets de la réduction du financement

Des avancées considérables ont été obtenues sur la voie de l’élimination de la rougeole au cours des dernières années et on estime à 15,6 millions le nombre de décès évités grâce à la vaccination entre 2000 et 2013. Toutefois, ces fortes réductions de la mortalité s’amenuisent. «La réduction du financement accordé au niveau mondial par les gouvernements et leurs partenaires a eu pour effet immédiat le report de campagnes de vaccination et la dégradation de leur qualité, d’où des flambées de grande ampleur qui hypothèquent des progrès chèrement acquis», déclare Robert Kezaala, Conseiller principal pour la vaccination à l’UNICEF.

Steve Cochi, Conseiller principal pour la Division de la vaccination des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique, confirme que la recrudescence de la rougeole, en particulier en Afrique, est en grande partie due à un net ralentissement du soutien financier lors de la récession mondiale. «Ce déficit de financement n’a été comblé que récemment et les enfants du monde entier ne peuvent pas supporter un autre revers dans les progrès obtenus», ajoute-t-il.

Dans les pays en développement, vacciner un enfant contre la maladie coûte environ un dollar (US $), ce qui fait du vaccin antirougeoleux l’un des produits de santé publique les plus rentables. Au cours de 2013, 205 millions d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole grâce à des campagnes de grande envergure menées dans 34 pays, dont Cabo Verde, le Cambodge, le Ghana, la Jordanie, le Sénégal et le Soudan.

Toutefois, alors que, selon les estimations, la couverture par la première dose de vaccin antirougeoleux a augmenté à l’échelle mondiale pour atteindre 83% en 2009, elle est restée stable depuis, s’établissant toujours entre 83-84% en 2013.

Plus de 60% des 21,5 millions d’enfants qui, l’an dernier, à l’âge de 9 mois, n’étaient pas vaccinés contre la rougeole venaient de six pays:

  • Inde (6,4 millions)
  • Nigeria (2,7 millions)
  • Pakistan (1.7 million)
  • Éthiopie (1,1 million)
  • Indonésie (0,7 million)
  • République démocratique du Congo (0.7 million)

Les enfants qui ne sont pas vaccinés contre la rougeole sont exposés au risque de graves complications de la maladie telles que pneumonie, diarrhée, encéphalite et cécité. La vaste majorité des décès dus à la rougeole surviennent dans les pays en développement et, en 2013, on estime que plus de 70% des décès par rougeole dans le monde ont eu lieu dans les six pays ci-dessus.

Redresser la barre

Les partenaires de l’Initiative contre la rougeole et la rubéole conviennent que pour redresser la barre et atteindre les objectifs fixés pour 2015, il sera important de sensibiliser davantage les populations à l’élimination de la rougeole et aux risques associés à la non vaccination des enfants. Les obstacles à la vaccination devront être surmontés, notamment la baisse des financements et l’insuffisance des systèmes de santé.

L’OMS recommande vivement que tous les enfants reçoivent deux doses de vaccin antirougeoleux et que les pays qui ne sont pas en mesure d’atteindre une couverture vaccinale élevée dans le cadre des services de vaccination systématique continuent à mener des campagnes de vaccination de suivi tous les deux à quatre ans pour éliminer le risque de résurgence.

Sept pays ont d’ores et déjà prévu de mettre en œuvre des campagnes de vaccination de masse en novembre 2014: le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, la République populaire démocratique lao et le Yémen. La République démocratique du Congo a débuté en 2013 une campagne qui s’est étendue sur une année pour se terminer en août 2014.

La rougeole

La rougeole est une maladie virale extrêmement contagieuse, qui touche principalement les enfants. Le virus se propage lorsque les malades toussent ou éternuent, ou par le contact direct avec des sécrétions nasales ou laryngées. Les premiers symptômes, qui apparaissent généralement 10 à 12 jours après l’exposition au virus, sont une forte fièvre, une rhinorrhée (nez qui coule), des yeux rouges et de petits points blanchâtres à l’intérieur de la bouche. Une éruption cutanée apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou et s’étend progressivement vers le bas du corps.

Il n’existe pas de traitement spécifique et la plupart des gens guérissent en deux à trois semaines. Toutefois, la rougeole peut entraîner de graves complications, notamment cécité, encéphalite, diarrhée sévère, infection auriculaire ou pneumonie, en particulier chez les enfants malnutris et les personnes immunodéprimées.

Note aux rédacteurs

L’Initiative contre la rougeole et la rubéole

Lancée en 2001, l’Initiative contre la rougeole et la rubéole est un partenariat mondial dirigé conjointement par la Croix-Rouge américaine, la Fondation pour les Nations Unies, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique (CDC), l’UNICEF et l’OMS. Elle s’est engagée à faire en sorte qu’aucun enfant ne meure plus de la rougeole ou ne naisse plus atteint du syndrome de rubéole congénitale; que les décès par rougeole soient réduits de 95% d’ici 2015; et que l’on parvienne à l’élimination de la rougeole et de la rubéole dans au moins cinq des Régions de l’OMS d’ici 2020. Dans la Région des Amériques, la rougeole est éliminée depuis 2002 et la Région du Pacifique occidental est en bonne voie pour atteindre le même objectif. Les six Régions de l’OMS se sont fixé des objectifs d’élimination de la maladie.

Les cibles convenues par l’Assemblée mondiale de la Santé

En 2010, l’Assemblée mondiale de la Santé a fixé trois cibles en vue d’éradiquer la rougeole d’ici 2015:

  • augmenter la couverture vaccinale par la première dose de vaccin à valence rougeole pour les enfants âgés d’un an pour dépasser 90% au niveau national et 80% dans tous les districts ou unités administratives équivalentes;
  • ramener l’incidence annuelle de la rougeole à moins de cinq cas pour un million d’habitants et maintenir ce niveau; et
  • réduire la mortalité rougeoleuse de 95% ou plus comparativement aux estimations de 2000.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Christian Lindmeier
Département de la Communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 1948
Portable: +41 7 95 00 65 52
Courriel: lindmeierch@who.int

Alison Clements-Hunt
Département de la Communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 1995
Courriel: clementshuntal@who.int

Karen Mah
UNICEF
Initiative contre la rougeole et la rubéole
Téléphone: +1 (917) 265 4603
Portable: +1 (917) 412 6166
Courriel: kmah@unicef.org