Centre des médias

Le premier Atlas mondial répertorie les besoins non satisfaits en soins palliatifs

Communiqué de presse

À l’heure actuelle, une personne sur 10 seulement ayant besoin de soins palliatifs – c’est-à-dire les soins médicaux destinés à soulager la douleur, les symptômes et le stress dus à une maladie grave – en bénéficie. Ces besoins non satisfaits ont été cartographiés pour la première fois dans le Global Atlas of Palliative Care at the End of Life (Atlas mondial des soins palliatifs en fin de vie), publié conjointement par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Alliance mondiale pour les soins palliatifs (WPCA).

Plus loin que le soulagement de la douleur

Les soins palliatifs vont plus loin que le soulagement de la douleur. Ils ont pour but de prendre en charge à la fois la souffrance physique, psychosociale et affective des patients qui présentent des maladies graves avancées, et de soutenir les membres de la famille qui leur dispensent des soins.

Près du tiers des personnes qui ont besoin de soins palliatifs souffrent du cancer. Les autres sont atteintes de maladies évolutives qui touchent le cœur, les poumons, le foie, les reins, le cerveau, ou bien de maladies chroniques mortelles, dont le VIH et la tuberculose résistante aux médicaments.

On estime que, chaque année, plus de 20 millions de patients ont besoin de soins palliatifs en fin de vie, dont 6% sont des enfants. Ce chiffre passe à au moins 40 millions si l’on compte toutes les personnes qui pourraient bénéficier de soins palliatifs à un stade plus précoce de leur maladie. Les soins palliatifs comprennent souvent un appui aux membres de la famille, ce qui ferait plus que doubler les besoins.

80% des besoins se situent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire

En 2011, environ 3 millions de patients ont reçu des soins palliatifs, dont la grande majorité en fin de vie. Bien que la plupart des soins palliatifs soient dispensés dans des pays à revenu élevé, près de 80% des besoins mondiaux en soins palliatifs se situent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Vingt pays dans le monde seulement ont pleinement intégré les soins palliatifs dans leurs systèmes de soins de santé. 1.

"L’Atlas montre que la grande majorité des besoins mondiaux de soins en fin de vie est liée aux maladies non transmissibles comme le cancer, les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies pulmonaires", déclare le Dr Oleg Chestnov, Sous-Directeur général chargé des maladies non transmissibles et de la santé mentale à l’OMS. "Tout en renforçant nos efforts pour réduire la charge des principales maladies mortelles dans le monde aujourd’hui, nous devons également soulager la souffrance des personnes atteintes de maladies évolutives qui ne répondent pas à un traitement curatif."

Inclure les soins palliatifs comme élément essentiel d’un système de soins de santé

L’Atlas appelle tous les pays à inclure les soins palliatifs comme élément essentiel d’un système de soins de santé moderne tandis qu’ils progressent vers la couverture sanitaire universelle. Cela signifie qu’on lève les obstacles tels que :

  • l’absence de politiques reconnaissant l’utilité des soins palliatifs et leur nécessité aussi bien en fin de vie que pendant les maladies évolutives;
  • le manque de ressources pour mettre en œuvre les services, y compris l’accès aux médicaments essentiels, notamment pour soulager la douleur;
  • le manque de connaissances des professionnels de santé, des bénévoles communautaires et du grand public quant aux avantages des soins palliatifs.

"Nos efforts pour développer les soins palliatifs doivent viser principalement à soulager les souffrances et à apporter les avantages des soins palliatifs aux personnes les plus démunies", ajoute David Praill, Coprésident de la WPCA. "Pour cela, il faut du courage et de la créativité, et nous apprendre mutuellement comment intégrer les soins palliatifs dans des systèmes de santé aux moyens très limités".

La semaine dernière, le Conseil exécutif de l’OMS a appelé les pays à renforcer les soins palliatifs et à les intégrer dans leurs systèmes de soins de santé. La Soixante-Septième Assemblée mondiale de la Santé devrait examiner la question en mai 2014.

L’importance des soins palliatifs a été soulignée dans le Plan d’action mondial de l’OMS pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020 et plus récemment dans la liste OMS des médicaments essentiels qui comporte une section spécifique sur les médicaments destinés aux soins palliatifs.

1 Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, États-Unis d’Amérique, France, Hong Kong (Région administrative spéciale), Irlande, Islande, Italie, Japon, Norvège, Ouganda, Pologne, Roumanie, Royaume-Uni, Singapour, Suède et Suisse.


L’Alliance mondiale pour les soins palliatifs (WPCA) est un réseau d’action mondial axé exclusivement sur le développement des soins palliatifs dans le monde. Ses membres sont des organisations nationales et régionales de soins palliatifs et des organisations affiliées qui soutiennent ces soins. L’Alliance est en relations officielles avec l’Organisation mondiale de la Santé et la présente publication est le produit de ces relations. L’Alliance est la branche internationale de service d’information international sur les soins palliatifs, et organise la Journée mondiale des soins palliatifs.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Glenn Thomas
Chargé de communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 3983
Portable: +41 79 509 0677
Courriel: thomasg@who.int

Dr Stephen Connor
Senior Fellow, WPCA
Téléphone: + 1 703 980 8737
Courriel: sconnor@thewpca.org

Partager