Centre des médias

Journée mondiale de la Santé 2015: Vos aliments sont-ils vraiment sûrs?

De la ferme à l’assiette, vous avez tous un rôle à jouer!

Communiqué de presse

De nouvelles données sur les ravages causés par les maladies d’origine alimentaire mettent en lumière la menace mondiale représentée par les aliments insalubres et la nécessité de mener une action coordonnée et transfrontière portant sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, souligne l’Organisation mondiale de la Santé, qui consacrera la semaine prochaine sa Journée mondiale de la Santé annuelle à la question de la sécurité sanitaire des aliments.

Au cours de la Journée mondiale de la Santé, qui sera célébrée le 7 avril, l’OMS mettra l’accent sur les défis à relever et les possibilités à saisir en matière de sécurité sanitaire des aliments avec le slogan «Vos aliments sont-ils vraiment sûrs? De la ferme à l’assiette, vous avez tous un rôle à jouer!»

«La production alimentaire a été industrialisée, et le commerce et la distribution des produits alimentaires ont été mondialisés», déclare le Directeur général de l’OMS, Dr Margaret Chan. «Ces changements ont créé de multiples occasions de contamination des aliments par des bactéries nocives, des virus, des parasites ou des substances chimiques.»

Le Dr Chan ajoute: «Un problème local de sécurité sanitaire des aliments peut rapidement devenir une urgence internationale. Il est beaucoup plus difficile d’enquêter sur une flambée de maladie d’origine alimentaire lorsque l’on retrouve dans une même assiette ou un même conditionnement des ingrédients venant de toute une série de pays».

Les aliments insalubres peuvent contenir des bactéries nocives, des virus, des parasites ou des substances chimiques et être à l’origine de plus de 200 maladies – allant des maladies diarrhéiques aux cancers. Parmi eux, figurent les aliments d’origine animale insuffisamment cuits, les fruits et légumes contaminés par des matières fécales et des crustacés contenant des biotoxines marines.

L’OMS publie aujourd’hui les premiers résultats d’une vaste analyse en cours sur la charge mondiale des maladies d’origine alimentaire. Les résultats complets de ce travail de recherche mené par le groupe de travail de référence sur l’épidémiologie des maladies d’origine alimentaire (FERG) devraient paraître en octobre 2015.

Certains résultats importants concernent les infections entériques causées par des virus, des bactéries et des protozoaires qui entrent dans le corps à la faveur de l’ingestion d’aliments contaminés. Il en ressort qu’en 2010:

  • on dénombrait quelque 582 millions de cas de 22 maladies entériques d’origine alimentaire différentes, ayant entraîné 351 000 décès;
  • les agents pathogènes responsables de la plupart de ces décès étaient Salmonella Typhi (52 000 décès), E. coli entéropathogène (37 000 décès) et les norovirus (35 000 décès);
  • la Région africaine enregistrait le fardeau le plus élevé de maladies entériques d’origine alimentaire, suivie par la Région de l’Asie du Sud-Est;
  • plus de 40% des personnes souffrant de maladies entériques causées par des aliments contaminés étaient des enfants de moins de cinq ans.

Les aliments insalubres posent aussi des problèmes économiques majeurs, en particulier dans un contexte mondialisé. La flambée d’E. coli enregistrée en Allemagne en 2011 aurait causé 1,3 milliard de dollars (US $)^de pertes pour les agriculteurs et l’industrie, et coûté 236 millions au titre des aides d’urgence versées à 22 États membres de l’Union européenne.

Les efforts visant à prévenir de telles situations d’urgence peuvent toutefois être renforcés en mettant en place des systèmes solides de protection de la sécurité sanitaire des aliments impulsant une action collective des gouvernements et des communautés pour lutter contre la contamination chimique et microbienne des aliments.

Des mesures peuvent être prises à l’échelon mondial et national, notamment en utilisant des plateformes internationales comme le Réseau international OMS/FAO des autorités de sécurité sanitaire des aliments (INFOSAN) pour assurer une communication efficace et rapide lors des situations d’urgence liées à la sécurité sanitaire des aliments.

Au niveau des consommateurs qui sont au bout de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, le public peut jouer un rôle important dans la promotion de la sécurité sanitaire des aliments, en respectant une bonne hygiène dans la manipulation des aliments, en apprenant à cuire correctement certains aliments pouvant présenter un risque (comme le poulet cru) et en lisant les étiquettes lors de l’achat et de la préparation des aliments.

Les «Cinq clés pour des aliments plus sûrs» de l’OMS expliquent les principes de base que tout le monde devrait connaître afin de prévenir les maladies d’origine alimentaire.

«Il faut souvent une crise pour que s’éveille une conscience collective des problèmes de sécurité sanitaire des aliments et pour que des mesures sérieuses soient prises», déclare le Dr Kazuaki Miyagishima, Directeur du Département Sécurité sanitaire des aliments et zoonoses de l’OMS. «L’impact sur la santé publique et sur l’économie mondiale peut être énorme. Il faut donc organiser une réponse durable à ces problèmes, en veillant à ce que les normes, les contrôles et les réseaux nécessaires soient mis en place pour se protéger contre les risques en matière de sécurité sanitaire des aliments.»

L’OMS s’emploie à faire en sorte que chacun puisse avoir accès à des aliments adéquats, sains et nutritifs. L’Organisation aide les pays à prévenir, détecter et combattre les flambées de maladies d’origine alimentaire – conformément au Codex Alimentarius qui est un recueil de normes alimentaires internationales, et de directives et codes de pratique couvrant l’ensemble des principaux aliments.

La sécurité sanitaire des aliments est une question transversale et un domaine de responsabilité partagée qui requiert la participation de secteurs autres que celui de la santé publique (par exemple ceux de l’agriculture, du commerce, de l’environnement et du tourisme), et le soutien des grands organismes internationaux et régionaux et des organisations travaillant dans les domaines de l’alimentation, de l’aide d’urgence et de l’éducation.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Fadéla Chaib
Département de la Communication, OMS
Portable: +41 79 475 55 56
Téléphone: +41 22 791 3228
Courriel: chaibf@who.int

Paul Garwood
Département de la Communication, OMS
Portable: +41 79 603 72 94
Téléphone: ++41 22 791 15 78;
Courriel: garwoodp@who.int

Olivia Lawe-Davies
Département de la Communication, OMS
Portable: +41 79 475 55 45
Téléphone: +41 22 791 12 09
Courriel: lawedavieso@who.int

Partager