Centre des médias

Nouveau portail de l’OMS pour aider à suivre les progrès vers la couverture sanitaire universelle

Communiqué de presse

Pour marquer la Journée de la couverture sanitaire universelle, l’Organisation mondiale de la Santé a lancé aujourd’hui un nouveau portail de données pour aider à suivre les progrès vers la couverture sanitaire universelle (CSU) dans le monde. Celui-ci montre pour les pays où il faut améliorer l’accès aux services et où il faut améliorer l’information.

Le portail présente les données les plus récentes sur l’accès aux services de santé dans le monde et dans chacun des 194 États Membres de l’OMS, ainsi que des informations sur l’équité de l’accès. L’an prochain, l’OMS ajoutera des données sur l’impact que le paiement des services de santé a sur les finances des ménages.

«Tout pays cherchant à instaurer la CSU doit pouvoir la mesurer», a déclaré le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. «Les données n’éviteront pas la maladie ou ne sauveront pas des vies, mais elles montrent là où les gouvernements doivent agir pour renforcer leurs systèmes de santé et protéger les populations des effets potentiellement dévastateurs des dépenses de santé.»

La CSU signifie que toutes les personnes et toutes les communautés peuvent accéder aux services de santé dont elles ont besoin sans se heurter à des difficultés financières. Les pays visant à fournir la CSU doivent donc établir des systèmes de santé délivrant les services et les produits de qualité dont les populations ont besoin, quand et où ils sont nécessaires, au moyen de personnels de santé ayant des ressources et une formation suffisantes.

La capacité à dispenser les soins de santé primaires au niveau des communautés est essentielle pour progresser vers la couverture sanitaire universelle.

L’an dernier, les gouvernements du monde entier se sont fixé le but d’instaurer la CSU d’ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD). Essentielle pour atteindre les cibles relatives à la santé, la CSU contribuera également à d’autres objectifs comme l’élimination de la pauvreté (Objectif 1), ou la croissance économique et un travail décent (Objectif 8).

En novembre, le groupe de travail des Nations Unies chargé de décider comment suivre les progrès vers les ODD a décidé de deux critères pour suivre la CSU: la proportion d’une population ayant accès à 16 services de santé essentiels et la proportion d’une population dépensant plus de 25% des revenus du ménage pour la santé. Le nouveau portail de l’OMS sur la CSU réunit des données sur ces deux indicateurs en un seul endroit et offre un instantané initial de la situation de la CSU dans le monde et dans chaque pays.

Le portail montre que:

  • moins de la moitié des enfants présentant une suspicion de pneumonie dans les pays à faible revenu sont amenés chez un professionnel de santé compétent;
  • sur les 10,4 millions de nouveaux cas de tuberculose en 2015 selon les estimations, 6,1 millions ont été détectés et notifiés officiellement en 2015, soit un écart de 4,3 millions;
  • l’hypertension artérielle touche 1,13 milliard de personnes. Dans le monde, plus de la moitié des adultes ayant une hypertension artérielle en 2015 vivaient en Asie. Environ 24% des hommes et 21% des femmes avaient une tension artérielle non contrôlée en 2015;
  • environ 44% des États Membres de l’OMS indiquent avoir moins de 1 médecin pour 1000 habitants. La Région africaine, où l’on enregistre 25% de la charge de morbidité mondiale, ne dispose que de 3% des personnels de santé.

«Le développement de l’accès aux services impliquera une augmentation des dépenses pour la plupart des pays», a expliqué le Dr Marie-Paule Kieny, Sous-Directeur général à l’OMS pour Systèmes de santé et innovation. «Mais la manière dont les dépenses sont faites est aussi importante que leur montant. Tous les pays peuvent avancer vers la CSU, même avec de faibles niveaux de dépenses.»

Certains pays ont bien progressé vers la CSU avec de faibles dépenses, tandis que d’autres ne parviennent qu’à des faibles niveaux de couverture même en dépensant plus. Et parmi les pays à des niveaux de dépenses similaires, il y a de grandes variations dans les niveaux de couverture.

Note aux rédactions

  • Tous les États Membres des Nations Unies se sont accordés sur le but d’atteindre la couverture sanitaire universelle (CSU) d’ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable.
  • La CSU donne accès à des services de santé essentiels de qualité, à des médicaments et vaccins sûrs, efficaces et financièrement abordables tout en protégeant contre le risque financier.
  • Dans le monde, au moins 400 millions de personnes n’ont pas accès à un ou à plusieurs services de santé essentiels.
  • Chaque année, 100 millions de personnes sombrent dans la pauvreté à cause des dépenses de santé à leur charge et 150 millions sont confrontées à une catastrophe financière pour la même raison.
  • En moyenne dans chaque pays, 32% des dépenses de santé sont à la charge des patients ou de leur famille.
  • Pour assurer un accès équitable, il faut transformer les modalités de financement, de gestion et de prestation des services de santé pour les recentrer sur les besoins des personnes et des communautés.
  • Plus de 18 millions d’agents de santé supplémentaires seront nécessaires d’ici 2030 pour répondre aux besoins en personnel découlant des cibles des objectifs de développement durable et de la couverture sanitaire universelle, les lacunes à ce niveau se concentrant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec:

Simeon Bennett
Département de la Communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 4621
Portable: +41 79 472 7429
Courriel: simeonb@who.int