Centre des médias

Les films comportant des scènes de consommation de tabac devraient faire l’objet d’une classification

Communiqué de presse

L’Organisation mondiale de la Santé appelle les gouvernements à appliquer une classification aux films dans lesquels on consomme du tabac. Le but est d’empêcher les enfants et les adolescents de commencer à fumer des cigarettes ou à consommer d’autres formes de tabac.

Selon le rapport de l’OMS sur les films sans tabac, Smoke-Free Movies Report – From evidence to action, qui en est à sa troisième édition depuis 2009, les films dans lesquels on consomme des produits du tabac ont incité des millions de jeunes dans le monde à commencer à fumer.

«Alors que la publicité pour le tabac est de plus en plus strictement réglementée, le cinéma est l’un des derniers canaux par lesquels des millions d’adolescents sont exposés sans restriction à des images de consommation de tabac», déclare le Dr Douglas Bettcher, Directeur du Département OMS Prévention des maladies non transmissibles.

Certaines mesures concrètes, notamment la classification des films comportant des scènes de consommation de tabac et la diffusion préalable d’avertissements antitabac, peuvent empêcher les enfants du monde entier de découvrir ces produits, de sombrer dans l’addiction tabagique et de connaître le handicap et la mort qui lui sont associés.

«La consommation de tabac dans les films peut constituer une forme efficace de promotion des produits du tabac», ajoute le Dr Bettcher. «Or, le droit international impose aux 180 Parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac d’interdire la publicité en faveur du tabac, la promotion et le parrainage.»

Le cinéma rend des millions de jeunes esclaves du tabac

Des études menées aux États-Unis d’Amérique ont montré que, chez les adolescents, 37% des nouveaux fumeurs ont suivi l’exemple donné dans les films. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique ont estimé qu’en 2014, l’exposition à la consommation de tabac dans les films aurait incité dans ce seul pays plus de six millions d’enfants à devenir fumeurs. Deux millions d’entre eux décéderont de maladies liées au tabac.

En 2014, la consommation de tabac apparaissait dans 44% de l’ensemble des films produits à Hollywood, et dans 36% des films destinés à la jeunesse. Entre 2002 et 2014, de telles images figuraient dans presque les deux tiers (59%) des plus gros succès du cinéma. Toujours en 2014, le Surgeon General des États-Unis a déclaré qu’à l’avenir, la classification «pour adultes» des films comportant des scènes de tabagisme permettrait de réduire de près d’un cinquième les taux de tabagisme des jeunes aux États-Unis et d’éviter un million de décès imputables à ces produits chez les enfants et les adolescents d’aujourd’hui.

De nombreux films produits ailleurs qu’aux États-Unis comportent aussi des scènes de tabagisme. Des enquêtes ont montré que de telles images apparaissent dans les plus gros succès du box-office de 6 pays européens (Allemagne, Islande, Italie, Pays-Bas, Pologne et Royaume-Uni) et de deux pays d’Amérique latine (Argentine et Mexique). Le rapport indique qu’en Islande et en Argentine, 9 films produits sur 10, y compris des films destinés à la jeunesse, mettent en scène de la consommation de tabac.

Conformément aux directives pour l’application de l’article 13 de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, le rapport de l’OMS sur les films sans tabac recommande notamment les mesures suivantes:

  • classification selon l’âge des films où apparaissent des produits du tabac, dans le but de réduire globalement l’exposition de la jeunesse à de telles images;
  • diffusion dans les génériques d’une déclaration où les producteurs attestent qu’ils n’ont rien reçu de valeur de quiconque en l’échange de la consommation ou de la présence de produits du tabac dans le film;
  • arrêt de la pratique tendant à faire apparaître des marques de tabac dans les films;
  • diffusion obligatoire de messages antitabac avant les films contenant des images de tabac, dans l’ensemble des canaux (cinéma, télévision, Internet, etc.).

Le rapport recommande également d’interdire toute subvention publique aux productions médiatiques faisant la promotion de la consommation de tabac.

Le Dr Armando Peruga, Administrateur de programme de l’Initiative de l’OMS pour un monde sans tabac, explique que plusieurs pays ont pris des mesures pour restreindre la présence d’images du tabac dans les films. «La Chine a exigé que les films ne montrent pas de scènes de tabagisme «excessif». L’Inde a adopté de nouvelles règles sur les images du tabac et l’apparition des marques dans les films nationaux et importés ainsi que dans les programmes de télévision » Et le Dr Peruga d’ajouter: «Mais nous pouvons et devons en faire plus.»


Pour plus d'information veuillez prendre contact avec:

Paul Garwood
Chargé de communication, OMS
Téléphone: +41 22 7911578
Portable: +41-79 603 72 94
Courriel: garwoodp@who.int

Tarik Jašarević
Chargé de communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 50 99
Portable:+41 79 367 62 14
Courriel: jasarevict@who.int