Centre des médias

Propagation rapide de la diphtérie dans le district de Cox’s Bazar au Bangladesh

Communiqué de presse

L’OMS a averti aujourd’hui que la diphtérie se propageait rapidement chez les réfugiés Rohingyas dans le district de Cox’s Bazar au Bangladesh.

Des partenaires dans le domaine de la santé, notamment Médecins sans frontières (MSF) et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ont constaté par diagnostic clinique, plus de 110 cas suspects, dont 6 décès.

«Ces cas ne pourraient être que la partie émergée de l’iceberg. Il s’agit, en effet, d’une population extrêmement vulnérable à faible couverture vaccinale, vivant dans des conditions susceptibles d’être des terrains fertiles pour l’apparition de maladies infectieuses telles que le choléra, la rougeole, la rubéole et la diphtérie», a déclaré le Dr Navaratnasamy Paranietharan, Représentant de l’OMS au Bangladesh.

«C’est la raison pour laquelle nous avons protégé plus de 700 000 personnes en administrant le vaccin anticholérique oral, et plus de 350 000 enfants grâce au vaccin antirougeoleux-antirubéoleux, dans le cadre d’une campagne qui a pris fin hier. Nous devons désormais faire face à la diphtérie.»

Depuis août 2017, plus de 624 000 personnes fuyant la violence au Myanmar, pays voisin, se sont rassemblées dans des installations temporaires densément peuplées, où l’accès aux services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et de santé est insuffisant – et les chiffres continuent de croître.

L’OMS collabore avec le Ministère de la santé et des affaires familiales du Bangladesh, l’UNICEF et les partenaires, pour contenir la propagation de la maladie respiratoire hautement infectieuse, moyennant l’administration d’un traitement efficace et une prévention adaptée.

Ensemble, ils apportent un soutien en vue du diagnostic et du traitement des patients, assurent des approvisionnements adéquats en médicaments, et préparent une campagne visant à administrer à tous les enfants jusqu’à l’âge de six ans le vaccin pentavalent (HepB-Hib-DTC) et le vaccin contre le pneumocoque, lesquels protègent contre la diphtérie et d’autres maladies. La formation des vaccinateurs est déjà en cours.

L’OMS a, dans un premier temps, acheté 1000 flacons d’antitoxines diphtériques qui devraient arriver au Bangladesh avant le week-end. En association avec des antibiotiques, les antitoxines peuvent sauver la vie des personnes déjà infectées par la diphtérie, en neutralisant les toxines produites par les bactéries mortelles.

«Nous collaborons avec des partenaires pour veiller à ce que des orientations cliniques soient à la disposition des agents de santé, et qu’il y ait suffisamment de lits et de médicaments disponibles pour les personnes qui contractent la maladie. Toutefois, le seul moyen de lutter contre cette flambée est de protéger les personnes, en particulier les enfants, et ce, par la vaccination», a déclaré le Dr Paranietharan.

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec:

Gregory Hartl
Département de la Communication, OMS
Téléphone : +41 22 791 4458
Portable: +41 79 203 6715
Courriel: hartlg@who.int