Centre des médias

Près de la moitié des décès sont désormais enregistrés avec leur cause

Communiqué de presse

Selon de nouvelles données de l’Organisation mondiale de la Santé, près de la moitié des décès sont désormais enregistrés avec leur cause, ce qui souligne les progrès accomplis par les pays en ce qui concerne la collecte des statistiques de l’état civil et le la progression constante vers les objectifs de développement durable (ODD).

Sur les 56 millions de décès survenus dans le monde en 2015 selon les estimations, 27 millions ont été enregistrés avec leur cause, selon les Statistiques sanitaires mondiales annuelles de l’OMS. En 2005, ce n’était le cas que pour un tiers environ. Plusieurs pays ont avancé sensiblement dans le renforcement des données collectées, comme la Chine, la Turquie et la République islamique d’Iran, pays dans lequel 90% des décès sont désormais enregistrés avec des informations détaillées sur la cause, contre 5% en 1999.

Le report d’informations incorrectes ou incomplètes sur ces décès réduit également l’utilité de ces données pour suivre les tendances de la santé publique, planifier des mesures pour améliorer la santé et évaluer si les politiques sont efficaces.

«Si les pays ne savent pas pourquoi les gens tombent malades et de quoi ils meurent, il est alors beaucoup plus difficile de déterminer ce qu’il faut faire», explique le Dr Marie-Paule Kieny, Sous Directeur général à l’OMS pour le Groupe Systèmes de santé et innovation. «L’OMS collabore avec les pays pour renforcer les systèmes d’information sanitaire et leur permettre de mieux suivre les progrès vers les objectifs de développement durable.»

Les Statistiques sanitaires mondiales, l’une des publications annuelles emblématiques de l’OMS, compilent les données sanitaires des 194 États Membres de l’Organisation sur 21 cibles des ODD liées à la santé, délivrant ainsi un instantané à la fois sur les progrès et les menaces en matière de santé des populations du monde. Tandis que la qualité des données sanitaires s’est sensiblement améliorée ces dernières années, de nombreux pays ne collectent pas encore systématiquement des données de qualité pour suivre les indicateurs des ODD liés à la santé.

Le rapport comporte de nouvelles données sur les progrès vers la couverture sanitaire universelle. Celles-ci montrent qu’à l’échelle mondiale, 10 mesures pour la couverture des services de santé essentiels se sont améliorées depuis 2000. C’est pour le traitement du VIH et les moustiquaires évitant le paludisme que la couverture a progressé le plus, partant de niveaux très faibles en 2000. On a également observé des hausses régulières dans l’accès aux soins prénatals et à un assainissement amélioré, tandis que les avancées de la couverture par la vaccination systématique des enfants entre 2000 et 2010 ont quelque peu ralenti entre 2010 et 2015.

L’accès aux services de santé n’est qu’une des dimensions de la couverture sanitaire universelle; la part des dépenses à la charge des patients pour ces services en est une autre. Selon les données les plus récentes de 117 pays, en moyenne 9,3% des personnes dans chaque pays consacrent plus de 10% des revenus de leur foyer aux soins de santé, un niveau qui expose ces familles à la probabilité d’être confrontées à des difficultés financières.

Voici quelques données indicatives des progrès enregistrés vers les cibles des ODD liées à la santé.

ODD 3: PERMETTRE À TOUS DE VIVRE EN BONNE SANTÉ ET PROMOUVOIR LE BIEN-ÊTRE À TOUT ÂGE

Cible 3.1: D’ici à 2030, faire passer le taux mondial de mortalité maternelle au-dessous de 70 pour 100 000 naissances vivantes

  • En 2015, environ 830 femmes sont mortes chaque jour de complications dues à la grossesse ou à l’accouchement. Pour ramener le taux de mortalité maternelle de 216 pour 100 000 naissances vivantes en 2015 à moins de 70 pour 100 000 d’ici à 2030, il faudra plus que tripler la baisse annuelle moyenne observée entre 1990 et 2015.

Cible 3.2: D’ici à 2030, éliminer les décès évitables de nouveau-nés et d’enfants de moins de 5 ans, tous les pays devant chercher à ramener la mortalité néonatale à 12 pour 1000 naissances vivantes au plus et la mortalité des enfants de moins de 5 ans à 25 pour 1000 naissances vivantes au plus

  • En 2015, le taux mondial de mortalité néonatale était de 19 pour 1000 naissances vivantes et celui des enfants de moins de 5 ans de 43 pour 1000 naissances vivantes, soit des baisses de 37% et 44% respectivement par rapport à 2000.

Cible 3.3: D’ici à 2030, mettre fin à l’épidémie de sida, à la tuberculose, au paludisme et aux maladies tropicales négligées et combattre l’hépatite, les maladies transmises par l’eau et d’autres maladies transmissibles

  • On estime à 2,1 millions le nombre de cas de nouvelles infections par le VIH en 2015, soit 35% de moins qu’en 2000 (environ 3,2 millions).
  • On estime qu’il y a eu 212 millions de cas de paludisme dans le monde en 2015. Près de 60% de la population à risque avait accès aux moustiquaires imprégnées d’insecticide en 2015, contre 34% en 2010.

Cible 3.4: D’ici à 2030, réduire d’un tiers, par la prévention et le traitement, le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles et promouvoir la santé mentale et le bien-être

  • La probabilité de mourir du diabète, du cancer, de maladie cardiovasculaire ou de maladie pulmonaire chronique entre 30 et 70 ans est de 19%, soit une baisse de 17% par rapport à 2000. Pourtant, le nombre total des décès dus aux maladies non transmissibles continue d’augmenter en raison de la croissance démographique et du vieillissement.
  • Il y a eu près de 800 000 décès par suicide en 2015, avec le taux le plus élevé dans la Région européenne de l’OMS (14,1 pour 100 000 habitants) et le plus faible dans la Région OMS de la Méditerranée orientale (3,8 pour 100 000 habitants).

Cible 3.5: Renforcer la prévention et le traitement de l’abus de substances psychoactives, notamment de stupéfiants et d’alcool

  • La consommation moyenne d’alcool dans le monde en 2016 était de 6,4 litres d’alcool pur par personne âgée de 15 ans ou plus. En 2015, plus de 1,1 milliard de personnes fumaient du tabac.

Cible 3.6: D’ici à 2020, diminuer de moitié à l’échelle mondiale le nombre de décès et de blessures dus à des accidents de la route

  • Environ 1,25 million de personnes sont mortes dans des accidents de la route en 2013, soit une hausse de 13% par rapport 2000. Les accidents de la route sont la principale cause de mortalité chez les personnes âgées de 15 à 29 ans.

Cible 3.7: D’ici à 2030, assurer l’accès de tous à des services de soins de santé sexuelle et procréative, y compris à des fins de planification familiale, d’information et d’éducation, et la prise en compte de la santé procréative dans les stratégies et programmes nationaux

  • En 2016, 76,7% des femmes en âge de procréer mariées ou en couple disposaient d’une méthode moderne de contraception pour répondre à leurs besoins en matière de planification familiale. Cette proportion n’était que de 50% dans la Région africaine.
  • Le taux de natalité chez les adolescentes en 2015 était de 44,1 pour 1000 filles âgées de 15 à 19 ans.

Cible 3.8: Faire en sorte que chacun bénéficie d’une couverture sanitaire universelle comprenant une protection contre les risques financiers et donnant accès à des services de santé essentiels de qualité et à des médicaments et vaccins essentiels sûrs, efficaces, de qualité et d’un coût abordable

  • 10 mesures pour la couverture des services de santé essentiels se sont améliorées depuis 2000. Par exemple, 49% des personnes ayant la tuberculose sont désormais détectées et traitées, contre 23% en 2000, et 86% des enfants reçoivent les trois doses du vaccin antidiphtérique-antitétanique-anticoquelucheux, alors que la proportion était de 72% en 2000.
  • Les données récentes de 117 pays montrent qu’en moyenne 9,3% des personnes dans chaque pays dépensent plus de 10% du budget de leur foyer pour les soins de santé.

Cible 3.9: D’ici à 2030, réduire nettement le nombre de décès et de maladies dus à des substances chimiques dangereuses et à la pollution et à la contamination de l’air, de l’eau et du sol

  • En 2012, la pollution de l’air à l’intérieur des habitations et à l’extérieur a fait 6,5 millions de morts à l’échelle mondiale selon les estimations, soit 11,6% du total des décès. C’est dans la Région du Pacifique occidental que cette mortalité a été la plus élevée.
  • Selon les estimations, l’eau insalubre, le manque d’assainissement et l’insuffisance de l’hygiène ont été responsables de 871 000 décès en 2012. La plupart se sont produits dans la Région africaine et dans la Région de l’Asie du Sud-Est.

CIBLES LIÉES À LA SANTÉ EN DEHORS DE L’OBJECTIF 3

Cible 1.2: D’ici à 2030, réduire de moitié au moins la proportion d’hommes, de femmes et d’enfants de tout âge qui vivent dans la pauvreté, telle que définie par chaque pays et quelles qu’en soient les formes

  • En 2014, les dépenses publiques de santé par rapport aux dépenses totales des gouvernements étaient en moyenne de 11,7%, allant de 8,8% dans la Région de la Méditerranée orientale à 13,6% dans la Région des Amériques.

Cible 2.2: D’ici à 2030, mettre fin à toutes les formes de malnutrition, y compris en atteignant d’ici à 2025 les objectifs arrêtés à l’échelle internationale relatifs aux retards de croissance et à l’émaciation chez les enfants de moins de 5 ans, et répondre aux besoins nutritionnels des adolescentes, des femmes enceintes ou allaitantes et des personnes âgées

  • 22,9% des enfants moins de 5 ans avaient un retard de croissance (ils étaient trop petits pour leur âge), cette proportion allant de 6,1% dans la Région européenne à 33,8% dans la Région de l’Asie du Sud-Est.
  • 6,0% des enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids, une proportion allant de 4,1% dans la Région africaine à 12,8% dans la Région européenne.

Cible 7.1: D’ici à 2030, garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables et modernes, à un coût abordable

  • En 2014, 57% de la population mondiale utilisait principalement des combustibles propres, allant de 16% dans la Région africaine à plus de 95% dans la Région européenne.

Cible 16.1: Réduire nettement, partout dans le monde, toutes les formes de violence et les taux de mortalité qui y sont associés

  • En 2015, il y a eu selon les estimations 468 000 meurtres, allant de 1,7 pour 100 000 habitants dans la Région du Pacifique occidental à 18,6 pour 100 000 dans la Région des Amériques.

Cible 17.19: D’ici à 2030, tirer parti des initiatives existantes pour établir des indicateurs de progrès en matière de développement durable qui viendraient compléter le produit intérieur brut, et appuyer le renforcement des capacités statistiques des pays en développement

  • En 2015, 48% des décès ont été enregistrés avec leur cause, proportion allant de 5% dans la Région africaine à 95% dans la Région européenne.
  • Seulement la moitié des États Membres de l’OMS enregistrent au moins 80% des décès avec des informations sur la cause de la mort.

Note aux rédactions

Publiées chaque année depuis 2005, les «Statistiques sanitaires mondiales» de l’OMS sont une source irréfutable d’informations sur la santé de la population mondiale. Elles incluent des données de 194 pays sur les progrès accomplis pour la réalisation des objectifs de développement durable liés à la santé, dont un certain nombre d’indicateurs sur la mortalité, la morbidité et les systèmes de santé, comme l’espérance de vie, la morbidité et la mortalité dues aux principales maladies, les services de santé et les traitements, les investissements financiers dans la santé, les facteurs de risque et les comportements influant sur la santé.

L’Observatoire mondial de la santé de l’OMS actualise toute l’année les statistiques sanitaires pour plus d’un millier d’indicateurs. Le grand public peut s’en servir pour trouver les statistiques sanitaires les plus récentes aux niveaux mondial, régional et à celui des pays.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Tarik Jašarević
Chargé de communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 5099
Portable: +41 793 676 214
Courriel: jasarevict@who.int

Simeon Bennett
Chargé de communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 4621
Portable: +41 79 472 7429
Courriel: simeonb@who.int