Centre des médias

Les services de santé ne devraient plus laisser de côté les personnes âgées

Communiqué de presse

À l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées, le 1er octobre, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande une nouvelle approche en matière de prestation de services destinés aux personnes âgées. L’OMS met en évidence le rôle des soins de santé primaires ainsi que la contribution des agents de santé communautaires pour maintenir les personnes âgées en bonne santé pendant plus longtemps. L’Organisation met également l’accent sur l’importance de l’intégration des services pour différentes affections.

«D’ici à 2050, une personne sur 5 dans le monde sera âgée de 60 ans ou plus», indique le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «Notre objectif consiste à veiller à ce que toutes les personnes âgées puissent obtenir les services dont elles ont besoin, quelles qu’elles soient et indépendamment de leur lieu de résidence.»

Toutefois, même dans les pays riches, parfois les personnes ne bénéficient pas des services intégrés dont elles ont besoin. Une enquête portant sur 11 pays à revenu élevé a révélé que jusqu’à 41% des personnes âgées (≥ 65 ans) ont signalé des problèmes de coordination des soins au cours des 2 dernières années.

Les nouvelles lignes directrices de l’OMS relatives aux soins intégrés pour les personnes âgées Guidelines on Integrated Care for Older People recommandent des moyens permettant aux services communautaires de prévenir, de ralentir ou de compenser les baisses de capacités physiques ou mentales chez les personnes âgées. Les lignes directrices préconisent également une coordination des services des prestataires de soins de santé et sociaux axée sur les besoins des personnes, moyennent des approches telles que des évaluations complètes et des plans de prise en charge.

«Les systèmes de santé dans le monde ne sont pas prêts pour les populations âgées», déclare le Dr John Beard, Directeur du Département Vieillissement et qualité de vie de l’OMS.

«Chacun, à tous les niveaux des soins de santé et de la protection sociale, des prestataires de services de première ligne aux responsables, a un rôle à jouer pour améliorer la santé des personnes âgées. Les nouvelles lignes directrices de l’OMS fournissent des données factuelles permettant aux agents de soins de santé primaires de placer les besoins complets des personnes âgées, non pas uniquement les maladies pour lesquelles elles consultent, au centre de leurs modes de prestation de soins.»

Les personnes âgées sont plus exposées au risque d’affections chroniques et de multiples affections qui surviennent souvent en même temps. Cependant, les systèmes de santé d’aujourd’hui concentrent généralement leurs activités sur le dépistage et le traitement de certaines maladies aiguës.

«Pour répondre aux besoins des populations âgées, les systèmes de santé doivent fournir des soins continus axés sur les questions qui intéressent les personnes âgées, à savoir les douleurs chroniques, les problèmes d’audition et de vue, les difficultés à marcher ou à se livrer aux activités quotidiennes», ajoute le Dr Beard. «Il faudra pour y parvenir une bien meilleure intégration entre les prestataires de soins.»

Certains pays procèdent déjà à des investissements judicieux, s’inspirant de la stratégie mondiale sur le vieillissement et la santé de l’OMS.

Le Brésil a mis en œuvre des évaluations exhaustives et a élargi ses services en faveur des personnes âgées; le Japon a intégré l’assurance de soins à long terme en vue de protéger les personnes face aux coûts liés aux soins; la Thaïlande renforce l’intégration des soins de santé et de la protection sociale de manière à ce qu’ils soient aussi proches que possible du lieu de résidence des personnes; et le ministère de la santé du Viet Nam s’appuiera sur son système complet de soins de santé et sur le nombre important de clubs de soins de santé destinés aux personnes âgées afin de répondre plus efficacement aux besoins des personnes âgées au sein de leur communauté.

À Maurice, le ministère de la santé fournit une couverture sanitaire universelle aux personnes âgées, notamment l’accès à un réseau de clubs de santé et de dispensaires de soins de santé primaires, et à des services plus sophistiqués dans les hôpitaux. Les Émirats arabes unis satisfont aux besoins des personnes âgées grâce à l’aménagement de davantage de villes amies des aînés. En France, un nouveau centre collaborateur de l’OMS, appelé le Gérontopôle et situé au Centre hospitalier universitaire de Toulouse, contribue à faire progresser la recherche, les pratiques cliniques et la formation dans le domaine du vieillissement en bonne santé.

«Des soins intégrés peuvent favoriser une croissance inclusive, améliorer la santé et le bien-être et garantir que les personnes âgées aient l’occasion de contribuer au développement, plutôt que d’être laissées de côté», a conclu le Dr Beard.


Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Christian Lindmeier
Département de la communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 1948
Portable: +41 795 006 552
Courriel: lindmeierch@who.int