Centre des médias

Près de 3 millions de personnes ont accès aux moyens de guérir l’hépatite C

Le Sommet mondial sur l’hépatite 2017 lance un appel pour redoubler d'efforts afin d'éliminer l’hépatite virale

Communiqué de presse

À la veille du Sommet mondial sur l’hépatite qui se tiendra au Brésil, l’OMS constate que la lutte contre l’hépatite prend de plus en plus d’ampleur. Trois millions de personnes ont obtenu un traitement contre l’hépatite C ces 2 dernières années et 2,8 millions de personnes supplémentaires ont commencé un traitement à vie contre l’hépatite B en 2016; c’est un record.

«Nous avons constaté une multiplication par 5, ou presque, du nombre de pays mettant sur pied des plans nationaux visant à éliminer l’hépatite virale mortelle ces cinq dernières années», explique le Dr Gottfried Hirnschall, Directeur du Département VIH et du Programme mondial de lutte contre l’hépatite de l’OMS. «Ces résultats permettent d’envisager l’élimination de l’hépatite comme une possibilité, voire une réalité.»

Le gouvernement brésilien est l’hôte du Sommet mondial sur l’hépatite 2017, coorganisé par l’Organisation mondiale de la Santé et la World Hepatitis Alliance. L’objectif de ce sommet est d’inciter davantage de pays à agir concrètement pour lutter contre l’hépatite, qui tue encore plus de 1,3 million de personnes chaque année et touche plus de 325 millions de personnes.

«Nous ne pouvons pas perdre de vue le fait que l’an dernier, 194 gouvernements se sont engagés à éliminer l’hépatite virale d’ici 2030. Cet objectif est sans aucun doute loin d’être atteint, mais cela ne veut pas dire que c’est un rêve impossible. Il est tout à fait accessible. Il suffit d’agir dès maintenant», déclare Charles Gore, Président de la World Hepatitis Alliance. «Le Sommet mondial sur l’hépatite 2017 porte sur la façon de traduire la stratégie mondiale de l’OMS en actions concrètes et d’insuffler de la détermination aux participants.»

Pour le Dr Adele Schwartz Benzaken, Directrice du Département de la surveillance, de la prévention et du contrôle des infections sexuellement transmissibhles (IST) du Ministère brésilien de la Santé: «C’est un honneur pour le Brésil d’accueillir le Sommet mondial sur l’hépatite 2017. Nous souhaitons la bienvenue à cette extraordinaire équipe composée d’experts, de chercheurs, de gestionnaires et de représentants de la société civile qui viennent débattre du problème que représente l’hépatite virale pour la santé mondiale. Le Brésil s’efforce de mettre en avant les avancées récentes dans sa lutte contre l’hépatite, afin de progresser sur la voie de l’élimination.»

Des progrès dans les traitements et les moyens de guérir l’hépatite

Nombre de pays font preuve d’un leadership politique fort, ce qui permet une baisse considérable du prix des médicaments contre l’hépatite, notamment grâce à l’utilisation de médicaments génériques; ainsi, un plus grand nombre de malades ont accès aux médicaments plus facilement et plus rapidement.

En 2016, 1,76 million de personnes entamaient un traitement contre l’hépatite C, soit une hausse considérable par rapport aux 1,1 million de personnes traitées en 2015. Le nombre de personnes ayant commencé un traitement à vie contre l’hépatite B a également connu une hausse spectaculaire, avec 2,8 millions de personnes supplémentaires ayant commencé un tel traitement en 2016 alors qu’elles étaient 1,7 million en 2015. Mais ce n’est que le début: l’accès au traitement doit se démocratiser dans le monde entier pour que la cible de 80% de personnes traitées soit atteinte en 2030.

Néanmoins, le financement reste une contrainte majeure : la plupart des pays ne disposent pas des ressources nécessaires pour financer les services essentiels de lutte contre l’hépatite.

Difficultés de diagnostic

Pour un déploiement rapide du traitement, les pays doivent accroître de toute urgence le recours aux outils de dépistage et de diagnostic pour l’hépatite B et C. Selon les estimations, dès 2015, une personne sur 10 vivant avec l’hépatite B et une personne sur 5 vivant avec l’hépatite C connaissaient leur statut sérologique. Les pays doivent améliorer les politiques et les programmes afin de mieux sensibiliser la population, ce qui permettra d’accroître le nombre de personnes diagnostiquées.

Lacunes au niveau de la prévention

Les pays doivent mettre un ensemble complet de services de prévention de l’hépatite à la disposition des différents groupes de population, en particulier des groupes pour lesquels le risque est le plus élevé.

En grande partie grâce à l’augmentation du recours au vaccin contre l’hépatite B, le taux d’infection des enfants âgés de moins de cinq ans a chuté pour atteindre 1,3% en 2015, alors qu’il était de 4,7% avant l’introduction des vaccins.

Néanmoins, la prestation d’autres services de prévention reste insuffisante, par exemple la vaccination à la naissance contre l’hépatite B, les services de réduction des effets nocifs des troubles liés à la consommation de drogues et la lutte contre les infections dans un grand nombre de services de santé. Cela a entraîné une stagnation des taux de nouvelles infections, avec notamment 1,75 million de nouveaux cas d’hépatite C chaque année.

Besoin d’innovation

L’innovation dans de nombreux aspects de la lutte contre l’hépatite doit se poursuivre. Parmi les nouveaux outils qui s’avèrent nécessaires, citons un traitement fonctionnel contre l’hépatite B et la mise sur pied d’outils de diagnostic plus efficaces sur le lieu des soins, aussi bien pour l’hépatite B que pour l’hépatite C.

«Nous ne pouvons pas atteindre les cibles ambitieuses relatives à l’élimination de l’hépatite sans introduire des innovations dans les interventions et les approches de prévention, et sans les déployer par la suite», a expliqué le Dr Ren Minghui, Sous-Directeur général chargé du Groupe Maladies transmissibles de l’OMS. «Les grands succès engrangés par les programmes de vaccination contre l’hépatite B dans de nombreux pays doivent être réédités et pérennisés à l’échelle mondiale dans le cadre de l’avancée vers la couverture sanitaire universelle.»

Mettre en œuvre de la stratégie d’élimination

Plus de 900 délégués de plus de 100 pays assisteront au Sommet mondial sur l’hépatite 2017, notamment des ministres de la santé, des gestionnaires de programmes nationaux et des représentants d’organisations de personnes concernées par l’hépatite virale. Le Sommet passera en revue les avancées et sera l’occasion pour les partenaires du monde entier de renouveler leur engagement pour l’élimination de l’hépatite virale d’ici 2030 – une cible fixée dans la stratégie d’élimination de l’OMS et dans les objectifs de développement durable de l’ONU.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Tunga Namjilsuren
Département VIH et Programme mondial de lutte contre l'hépatite virale, OMS
Portable: +41 79 203 3176
Courriel:namjilsurent@who.int

Pru Smith
Département de la Communication, OMS
Portable: +41 79 477 1744
Courriel: smithp@who.int

Tara Farrell
World Hepatitis Alliance
Téléphone: +44 20 7378 0159
Courriel: Tara.farrell@worldhepatitisalliance.org

Grace Perpétuo
Ministère de la Santé, Brésil
Courriel: grace.perpetuo@aids.gov.br