Centre des médias

L’OMS appelle à agir immédiatement pour sauver des vies en Somalie

Communiqué de presse

L’OMS est inquiète du manque chronique de financement pour l’action indispensable en Somalie face à la sécheresse persistante qui a plongé davantage encore le pays dans une situation de famine, de maladie et d’insécurité sanitaire.

Cette sécheresse a provoqué la destruction des cultures et du cheptel, empêchant chaque jour 3,3 millions de personnes de manger à leur faim. Si la situation actuelle se poursuit, la famine pourrait bientôt devenir une réalité et déclencher le cycle dévastateur de la faim et de la maladie, avec la dégradation de la santé des populations et une plus grande sensibilité aux infections.

La sécheresse a aussi entraîné un manque d’eau propre et la plus grande épidémie de choléra que la Somalie ait connue ces cinq dernières années, avec plus de 36 000 cas et près de 690 décès rien qu’en 2017. Avec le début de la saison des pluies et les inondations attendues ce mois ci, le chiffre pourrait atteindre 50 000 cas d’ici fin juin. Les cas de rougeole sont aussi en recrudescence, avec près de 6500 cas notifiés cette année, dont 71 % chez les enfants de moins de 5 ans.

«L’histoire a montré les terribles conséquences de l’inaction ou d’une action trop tardive. La famine catastrophique de 2011 a fait plus d’un quart de million de morts, dont la moitié était des enfants. Cette année, une proportion bien plus grande de la population est désormais exposée au risque. Nous ne resterons pas sans rien faire en regardant des millions d’hommes, de femmes et d’enfants déjà vulnérables devenir les victimes d’une catastrophe évitable», a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur exécutif de l’OMS pour les situations d’urgence.

L’OMS félicite le gouvernement du Royaume-Uni pour avoir dirigé l’organisation d’une conférence internationale aujourd’hui, afin de résoudre les problèmes les plus urgents du pays, et elle appelle la communauté internationale à agir de manière décisive pour éviter une catastrophe humanitaire. Jusqu’à présent. en 2017, les besoins du secteur de la santé, d’un montant de 103 millions de dollars (US $) ne sont financés qu’à hauteur de 23% et l’OMS a reçu moins de 10% des 25 millions requis pour l’action de l’Organisation.

L’OMS demande d’urgence une aide supplémentaire de la part de la communauté internationale pour s’assurer que la riposte sanitaire puisse se poursuivre et s’intensifier, afin de sauver des vies et de soulager les souffrances de millions de Somaliens.

Alors que l’environnement opérationnel en Somalie reste difficile et que l’accès humanitaire est limité en raison du conflit en cours et de la violence dans de nombreuses parties du pays, l’OMS et ses partenaires de la santé continuent d’intensifier leur action, avec des centres de coordination mis en place à Mogadiscio, Garowe, Hargeisa et Baidoa.

Plus de 4 millions de personnes en danger

En mars et avril 2017, l’OMS a livré près de 50 tonnes de médicaments et de fournitures médicales pour apporter une aide indispensable à près de 4,3 millions de personnes. Des centres de traitement du choléra sont désormais opérationnels dans 40 districts et le nombre des sites de surveillance des maladies à potentiel épidémique s’est accru dans tout le pays, avec des équipes d’intervention rapide déployées pour aider aux investigations et aux activités de riposte.

En mars, l’OMS et ses partenaires ont mené la première campagne nationale de vaccination anticholérique en Somalie, qui a couvert plus de 450 000 personnes vulnérables. Une seconde campagne est en cours dans l’État du Sud-Ouest et le Middle Shabelle; elle cible 463 000 personnes vulnérables.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Tarik Jašarević
Département de Communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 5099
Portable: +41 79 367 6214
Courriel: jasarevict@who.int