Centre des médias

La sédentarité, une cause majeure de maladies et d'incapacités

L'Organisation mondiale de la Santé rappelle aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, que le manque d’activité physique peut avoir de graves conséquences pour la santé. On lui attribue environ deux millions de morts par an, ce qui amène l’OMS à lancer un avertissement : la sédentarité pourrait bien figurer parmi les 10 principales causes de mortalité et d’incapacité dans le monde.

L'Organisation mondiale de la Santé rappelle aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, que le manque d’activité physique peut avoir de graves conséquences pour la santé. On lui attribue environ deux millions de morts par an, ce qui amène l’OMS à lancer un avertissement : la sédentarité pourrait bien figurer parmi les 10 principales causes de mortalité et d’incapacité dans le monde.

La Journée mondiale de la Santé est organisée tous les ans le 7 avril et sert à informer le public des problèmes prédominants de santé publique. En choisissant l’activité physique comme thème de cette journée en 2002, l’OMS encourage l’adoption d’un mode de vie sain, actif et sans tabac. L’objectif est d’éviter les maladies et incapacités provoquées par la sédentarité et des habitudes nuisibles pour la santé.

La sédentarité renforce toutes les causes de mortalité, double le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’obésité et augmente les risques de cancer du colon, d’hypertension artérielle, d’ostéoporose, de troubles lipidiques, de dépression et d’anxiété. Selon l’OMS, 60 à 85 % de la population mondiale, dans les pays développés comme dans ceux en développement, a un mode de vie sédentaire, ce qui en fait l’un des problèmes de santé publique les plus sérieux de notre époque, même s’il ne retient pas encore suffisamment l’attention. On estime aussi que deux tiers des enfants n’ont pas une activité physique suffisante, ce qui aura des conséquences graves pour leur santé à l’avenir.

La sédentarité, avec l’augmentation du tabagisme ainsi que les déséquilibres alimentaires, prend une part croissante dans le mode de vie actuel et entraîne une augmentation rapide de la fréquence des maladies comme les affections cardiovasculaires, le diabète ou l’obésité. Les maladies chroniques liées à ces facteurs de risque sont désormais les principales causes de mortalité dans toutes les régions du monde, sauf en Afrique subsaharienne où les maladies infectieuses comme le SIDA continuent de prédominer. Dans la plupart des cas, toutes ces maladies peuvent être évitées. Les pays et les populations pourraient épargner de nombreuses vies et des ressources précieuses en investissant dans la prévention de ces pathologies, rappelle l’OMS.

« Dans l’idéal, l’habitude d’un mode de vie sain, avec une activité physique régulière et un régime équilibré, se prend dès l’enfance et nous espérons que les parents et les écoles profiteront partout de cette journée pour diffuser ce message, a déclaré le docteur Gro Harlem Brundtland, Directeur général de l'OMS. Nous devons tous être prêts à bouger pour notre santé et à adopter un mode de vie sain et actif. La Journée mondiale de la Santé 2002 appelle les individus, les familles, les autorités locales et les responsables politiques à agir pour la santé ».

Parmi les mesures préventives, l’OMS recommande une activité physique modérée 30 minutes par jour, l’arrêt du tabac et une alimentation équilibrée. En plus des modifications individuelles du mode de vie, elle préconise aux autorités et aux responsables politiques « de bouger pour la santé » et de créer un milieu de vie favorable à l’individu en prenant diverses mesures : mise en œuvre d’une politique des transports assurant la sécurité des piétons et des cyclistes ; interdiction légale de fumer dans les bâtiments et lieux publics ; création de parcs, terrains de jeux et centres communautaires qui soient accessibles ; promotion des programmes d’activité physique dans les écoles, les communautés et les services de santé.

Partager

Pour plus d'informations:

Reshma Prakash
Téléphone: (+41 22) 791 3443
Télécopie : (+41 22) 791 4832
Courriel: prakashr@who.int