Centre des médias

Amélioration du travail sur les normes alimentaires internationales : Evaluation indépendante de la FAO et de l'OMS avec participation du public

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la Santé ont entrepris une évaluation commune du programme FAO/OMS sur les normes alimentaires, comprenant le Codex Alimentarius, de façon à ce qu’il serve aux mieux les intérêts de tous (riches et pauvres) en matière de santé, de sécurité et de commerce des produits alimentaires. C’est la première évaluation en 40 ans du code international des aliments, le Codex Alimentarius, et de ses mécanismes de fixation des normes.

Les deux Organisations invitent le public à faire ses observations pour veiller à ce que toutes les parties concernées par les normes alimentaires soient entendues.

« Que ce soit dans les pays industrialisés ou dans les pays en développement, des menaces de plus en plus nombreuses et variées pèsent sur la sécurité sanitaire des aliments. Nous devons veiller à ce que le travail sur les normes alimentaires internationales relève les défis de ce nouveau millénaire et réponde plus efficacement aux besoins de la population mondiale. C’est pourquoi nous nous félicitons de cet examen qui vient à point », a déclaré le docteur Gro Harlem Brundtland, Directeur général de l'OMS.

Comme l’explique le docteur Jacques Diouf, Directeur général de la FAO : « Les problèmes quotidiens de salubrité et de qualité des aliments varient beaucoup d’un pays à l’autre. Il faut renforcer les moyens nationaux de mettre en œuvre les normes alimentaires si l’on veut arriver à assurer à l’échelle mondiale la sécurité sanitaire des aliments. Je me félicite de cette évaluation qui vient à un moment opportun pour examiner les aspects généraux de l’application des normes alimentaires dans la pratique. »

Le monde a beaucoup évolué depuis la création de la Commission du Codex Alimentarius, il y a 40 ans. Les inquiétudes du public sur les questions de salubrité des aliments sont désormais générales et les consommateurs ont pris bien davantage conscience de ce qu’ils considèrent comme des menaces pour leur santé et de leurs droits à une information complète sur leurs aliments. On reconnaît de plus en plus le lien entre des aliments sains, une alimentation équilibrée et la santé et la productivité des populations. De plus, la reconnaissance par l’Organisation mondiale du Commerce des normes du Codex comme la référence dans le commerce des produits alimentaires a souligné le besoin d’ouverture et de transparence pour la définition de ces normes.

Une équipe d’évaluation et un groupe d’experts indépendants sont chargés de l’évaluation du programme FAO/OMS sur les normes alimentaires. Le processus a commencé en avril 2002 et il doit se terminer au début de 2003, avec la présentation d’un rapport donnant des recommandations à étudier par les organes directeurs de la FAO et de l’OMS. Pour rédiger son rapport, l’équipe d’évaluation consultera le plus largement possible les Etats Membres de la FAO et de l’OMS et toutes les autres parties intéressées. En plus du questionnaire sur les points fondamentaux, adressé par voie officielle aux Etats Membres et aux parties intéressés, l’évaluation fera appel à d’autres méthodes : visites dans les pays, entretiens approfondis, examen de la littérature, etc.

Une des composantes de cette évaluation consiste également à obtenir des observations informelles auprès du grand public et de toutes les parties intéressées dans le monde entier, afin de traiter le plus grand nombre possible de problèmes pertinents.

Les questions pouvant faire l’objet de commentaires de la part du public pourraient par exemple couvrir les sujets suivants :

Utilité et adéquation du Codex et d’autres normes dans la protection du consommateur et le développement économique et commercial ;

- Adéquation des structures administratives et du processus décisionnel pour le travail sur les normes alimentaires, y compris le Codex ;

- Vitesse d’action et transparence du Codex (indépendance des organes du Codex et des conseils scientifiques, dispositions pour éviter les conflits d’intérêt) ;

- Possibilités de participer au travail du Codex, notamment pour les pays en développement et la représentation de leurs intérêts ;

- Conséquences pour les systèmes internationaux futurs dans le domaine de la salubrité des aliments et de l’élaboration des normes alimentaires relatives à la santé publique, au commerce des produits alimentaires et au développement économique en général.

Les parties intéressées et le grand public sont invités à envoyer leurs observations jusqu’au 13 mai à « Planification, surveillance et évaluation du programme », Organisation mondiale de la Santé, 1211 Genève 27, Suisse ; télécopie : +41 22 791 4807 ; adresse électronique : codexreview@who.int

Les informations générales sur le sujet sont disponibles sur les sites Internet de l’OMS, de la FAO et du Codex :

OMS : http://www.who.int/fsf;FAO : http://www.fao.org/es/ESN/NUTRI.HTM;Codex : http://www.codexalimentarius.net/.

Partager

Pour plus d'informations:

Mr Gregory Hartl
Téléphone: +41 (22) 791 4458
Tél. portable: +41 (79) 203 6715
Courriel: hartlg@who.int