Centre des médias

Nécessité d'accélérer le financement de la lutte antituberculeuse dans les pays les plus touchés

Les pays les plus touchés par l’épidémie mondiale de tuberculose ont besoin d’une aide supplémentaire d’urgence pour atteindre les cibles mondiales ambitieuses qui ont été fixées pour 2005.

Les 22 pays les plus touchés sont les suivants : Afghanistan, Afrique du Sud, Bangladesh, Brésil, Cambodge, Chine, Ethiopie, Fédération de Russie, Inde, Indonésie, Kenya, Mozambique, Myanmar, Nigeria, Ouganda, Pakistan, Philippines, République démocratique du Congo, République-Unie de Tanzanie, Thaïlande, Viet Nam et Zimbabwe.

Les spécialistes de la tuberculose qui travaillent avec l’OMS estiment que le coût de la lutte antituberculeuse dans le monde s’élève au total à US $1,2 milliards par an. Les trois quarts de cette somme sont déjà couverts par les pays, les donateurs et d’autres sources. Il est indispensable de trouver d'urgence le reste de la somme, soit US $300 millions, chaque année, si l’on veut atteindre les cibles fixées d’ici à 2005.

"Ainsi, les 22 pays où la charge de morbidité est la plus élevée espèrent que le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme accroîtra son appui pour combler le déficit actuel de US $300 millions" », a déclaré le Dr J. W. Lee, Directeur du Département Halte à la Tuberculose de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Genève.

« Le déficit financier est clairement identifié et il est possible de le combler. La tuberculose est une maladie entièrement curable et nous savons que le DOTS (la stratégie de lutte antituberculeuse recommandée par l’OMS) est le moyen le plus efficace de combattre la tuberculose dans le monde entier. Si nous voulons atteindre ces cibles, c'est maintenant que nous devons agir", a poursuivi le Dr Lee.

L’Assemblée mondiale de la Santé a fixé des cibles au niveau mondial, à savoir détecter 70 % des sujets atteints de tuberculose dans le cadre des programmes DOTS et guérir complètement 85 % de ces malades d’ici à 2005. Les chiffres préliminaires concernant les malades traités en 2000 (la dernière année pour laquelle on dispose de chiffres) montrent qu’en moyenne le taux de guérison dans les pays à morbidité élevée a atteint 84 %, ce qui est extrêmement proche de la cible des 85 %. Il s’agit d’une augmentation importante par rapport aux années précédentes.

Toutefois, un tiers seulement de tous les cas infectieux présumés dans le monde sont détectés dans le cadre des programmes DOTS, aussi est-il nécessaire d’accroître rapidement les ressources politiques et financières pour atteindre la cible des 70 %.

« Il s’agit d’une course contre la montre. L'insuffisance des pratiques de lutte dans de nombreux pays et la "co-épidémie" tuberculose/VIH signifient qu’il faut prendre des mesures d’urgence pour combattre la tuberculose. Nous n’avons que trois ans par rapport au délai fixé pour atteindre les cibles mondiales. L’OMS demande que l'on renforce les mesures visant à détecter et à traiter davantage de cas dans le cadre des programmes DOTS.»

L’Agence canadienne de Développement international (ACDI), le Gouvernement néerlandais, le Gouvernement japonais, l'USAID, la Coopération italienne et d’autres grandes organisations et donateurs importants ont soutenu la mise en oeuvre de programmes DOTS nationaux dans le monde entier.

Le groupe de travail de l’extension de la stratégie DOTS a été institué à la suite de la Déclaration d’Amsterdam visant à faire barrage à la tuberculose de mars 2000 afin d’accélérer l’expansion des mesures de lutte antituberculeuse et d’accroître l’engagement politique et les ressources financières qui permettront d'atteindre les cibles mondiales de la lutte antituberculeuse d’ici 2005.

La réunion annuelle du groupe de travail se tiendra à Montréal le 6 octobre en même temps que la trente-troisième conférence mondiale de l’Union internationale contre la Tuberculose et les Maladies respiratoires (UICTMR). Les participants à la conférence pourront de ce fait entendre les représentants des pays présenter leurs points de vue en matière de lutte antituberculeuse.

La réunion du groupe de travail de l’extension de la stratégie DOTS est organisée par l’OMS en collaboration avec l’UICTMR, l'Association royale des Pays-Bas contre la Tuberculose (KNCV) et l’USAID.

Partager

Pour plus d'informations:

WHO Media centre
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int