Centre des médias

Tsunamis: Effects sur la sante et action de l'OMS

Declaration du Dr LEE Jong-Wook, Directeur General de l'Organisation Mondiale de la Santé
30 décembre 2004

Photo: Keystone

Le séisme survenu en Asie et les raz-de-marée (tsunamis) qui ont suivi ont fait des dizaines de milliers de morts et de blessés et laissé des millions de personnes sans abri sur les rivages asiatiques. Les effets de cette énorme catastrophe naturelle se feront sentir dans la région pendant plusieurs décennies. L'OMS estime que trois à cinq millions de personnes sont déjà touchées.

Si l’impact a surtout été ressenti en Inde, en Indonésie, aux Maldives et à Sri Lanka, plusieurs autres pays d’Afrique et d’Asie ont été touchés : le Bangladesh, la Malaisie, le Myanmar et la Thaïlande en Asie, et le Kenya, la Somalie et la Tanzanie en Afrique.

Les cellules de crise de Genève et de New Dehli coordonnent actuellement les évaluations et les mesures d'urgence. Quatre jours après le déferlement des tsunamis sur les côtes de ces pays, nous pouvons nous faire une idée plus claire de l’ampleur des dégâts et des souffrances humaines, ainsi que des mesures immédiates qui s'imposent.

Répondant aux demandes d’aide, l’OMS a déjà fourni des kits sanitaires d’urgence aux Maldives, à Sri Lanka et à l’Indonésie et a dépêché des équipes d’experts chargées d’aider ces pays à évaluer les besoins de santé des populations touchées, à assurer un approvisionnement suffisant en eau potable, à maintenir la surveillance des maladies et à coordonner les secours. Cette aide est fournie en coordination étroite avec les autres organismes de secours à travers l'équipe des Nations Unies pour l'évaluation et la coordination en cas de catastrophe dans chaque pays.

Les besoins sanitaires des populations touchées sont immédiats et très importants. Au moins 300 000 personnes ont été blessées et ont besoin de soins médicaux. L’eau de boisson manque dans certaines régions en raison de la contamination par de l’eau saumâtre. Le risque de maladies a considérablement augmenté, les maladies diarrhéiques, les infections respiratoires, le paludisme et la dengue constituant des menaces particulières.

Je suis profondément choqué par l’ampleur de cette tragédie et j’ai déjà dégagé US $1 million pour aider à l’effort de secours. D’après une estimation préliminaire, l’OMS aura besoin d’au moins US $40 millions pour les secours immédiats, afin d’aider les autorités nationales et locales à faire face à la crise humanitaire et de permettre aux survivants de rester en vie, et de faire en sorte que les services de santé soient rétablis dès que possible.

J'aimerais rendre tout particulièrement hommage aux personnes qui travaillent sans relâche dans ces pays pour soigner et réconforter les blessés et les sinistrés. Les besoins immédiats sont considérables, de même que les tâches de plus longue haleine, telles que la reconstruction des infrastructures endommagées et le soutien psychologique à apporter aux personnes et aux communautés traumatisées par cette tragédie.

Partager

Pour plus d'informations:

Fadéla Chaib
Téléphone: +41 22 791 3228
Télécopie : +41 22 791 4181
Courriel: chaibf@who.int