Centre des médias

Déclaration de l'OMS

3 août 2005

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se félicite des modèles sur l’action en cas de pandémie de grippe publiés cette semaine dans les revues Science et Nature. On doit ces travaux à des experts qui ont utilisé deux séries d’hypothèses distinctes. Les modèles fournissent des renseignements supplémentaires qui aideront l’OMS et les responsables de la santé publique dans les Etats Membres à mieux planifier la préparation face à une pandémie de grippe.

Les deux modèles indiquent qu’en associant une utilisation rapide et ciblée d’antiviraux et des mesures d’éloignement social (par exemple annulation des réunions de masse et fermeture des écoles) on pourra stopper une pandémie ou au moins en ralentir la propagation. De telles mesures poseraient certes des problèmes d’application pratique non négligeables mais, au vu de l’énorme traumatisme social et de l'étendue des souffrances humaines que pourrait infliger une pandémie de grippe, il est impératif d’envisager de manière approfondie toutes les propositions susceptibles d'en limiter les conséquences.

Plusieurs pays ont déjà constitué des stocks d’antiviraux et l’OMS a pris des mesures pour constituer un stock international. Les stocks nationaux et internationaux d’antiviraux pourraient être une composante essentielle de la préparation globale face à une pandémie internationale, incluant par ailleurs la mise au point d’un vaccin et la surveillance de la maladie.

Si nous avons une possibilité de réduire la portée d’une pandémie par des antiviraux et par d’autres mesures de santé publique, le succès de ces interventions dépendra d’une surveillance efficace de la maladie et d’une notification rapide des cas par les pays à risque. Il faudra renforcer ces deux aspects avant de pouvoir utiliser les stocks de manière efficace.

Partager

Pour plus d'informations:

Mr Dick Thompson
Chargé de la communication
OMS/Genève
Téléphone: +41 22 791 2684
Courriel: thompsond@who.int

Liens connexes