Centre des médias

Les responsables de la santé se félicitent que le G8 mette l’accent sur les maladies infectieuses

Déclaration conjointe OMS/ONUSIDA/Fonds Mondial/GAVI
4 juillet 2006

En mettant l’accent sur la santé dans le monde lors du Sommet qui se tiendra cette année à Saint- Pétersbourg (Fédération de Russie), le G8 contribue à faire en sorte que les menaces existantes et émergentes soient traitées au plus haut niveau.

Avant le Sommet du G8, les dirigeants de quatre grandes organisations décisionnelles et financières du domaine de la santé – l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA), le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, et l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) – se sont ensemble félicités de cette place faite aux maladies infectieuses et ont instamment invité les dirigeants du G8 à poursuivre leur engagement en vue d’améliorer la santé et la vie des populations les plus pauvres du monde.

Les dirigeants du G8 ont reconnu depuis longtemps que le SIDA, la tuberculose, le paludisme et les maladies à prévention vaccinale freinent le développement économique, perpétuent la pauvreté et menacent la sécurité dans une grande partie du monde. Avec la récente menace d’une pandémie de grippe, la communauté internationale a compris toute l’importance d’une meilleure préparation de tous les pays si l’on veut réduire la mortalité, la morbidité et les conséquences sociales et économiques potentielles d’une pandémie.

A la réunion du G8 l’année dernière à Gleneagles, les dirigeants du Groupe se sont engagés à parvenir « aussi près que possible de l’accès universel » en matière de traitement du SIDA d’ici 2010. Ils ont également déclaré vouloir s’efforcer de réduire de manière significative l’infection à VIH, le but étant de libérer une génération du SIDA en Afrique et de développer sensiblement l’action contre le SIDA dans le monde.

En 2005, des engagements réels en faveur du développement humain ont également été pris. Le G8 s’est engagé à effacer l’essentiel des dettes multilatérales de 18 des pays les plus pauvres du monde, à doubler l’aide à l’Afrique et à accroître les investissements en matière de santé.

Le Dr Anders Nordström, Directeur général par intérim de l’Organisation mondiale de la Santé, sera présent au Sommet du G8. « Les engagements passés du G8 en faveur de la santé ont apporté un réel changement » a-t-il déclaré. « Le fait de mettre l’accent cette année sur des menaces émergentes et durables telles que le VIH/SIDA, la tuberculose, le paludisme, la grippe pandémique et la poliomyélite montre que la santé et la sécurité humaine figurent en bonne place dans les programmes d’action mondiaux. Cet intérêt des pays les plus riches profitera directement aux populations du monde entier. »

L’intérêt particulier manifesté par le G8 pour la santé ces dernières années a directement entraîné un renforcement du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) et la création du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, qui a permis de mobiliser des promesses de dons pour un montant de $9 milliards, destiné à prévenir, diagnostiquer et traiter ces maladies. Les pays du G8 et d’autres bailleurs de fonds ont par ailleurs annoncé la création de la Facilité internationale de financement pour la vaccination (IFFI). On prévoit un investissement de l’IFFI de $4 milliards pour prévenir cinq millions de décès d’enfants entre 2005 et 2015 et plus de cinq millions de décès ultérieurs d’adultes.

« Le soutien manifesté par les dirigeants du G8 en faveur de l’action contre le SIDA a été et reste crucial pour combattre l’épidémie » a déclaré le Dr Peter Piot, Directeur exécutif de l’ONUSIDA. « Nous avons fait de grands progrès en élargissant l’accès aux services de prévention et de traitement du VIH, mais l’épidémie continue de progresser à un rythme plus rapide que notre action. Nous devons exploiter les engagements pris l’année dernière pour faire de l’accès universel au traitement, à la prévention et aux soins pour le VIH une réalité. »

« A Gênes, il y a cinq ans, les responsables du G8 ont annoncé leur intention de créer un fonds mondial », a rappelé le Professeur Richard Feachem, Directeur exécutif du Fonds mondial. « Depuis, le G8 a été un fidèle soutien du Fonds et plusieurs millions de décès ont pu être évités grâce aux programmes financés par le Fonds dans 131 pays. »

Pour le Dr Julian Lob-Levyt, Secrétaire exécutif de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, « L’élargissement de l’accès à des services de santé complets est tout à fait réalisable et reste la plateforme d’action commune nécessaire pour appuyer les nombreuses initiatives distinctes actuellement en cours, y compris l’introduction de nouveaux vaccins et technologies salvateurs. Nous comptons sur un soutien non démenti du G8 et d’autres pays donateurs pour atteindre nos objectifs ambitieux. ». « Par ailleurs, l’approbation et le lancement par le G8 d’un mécanisme de garantie de marché nous permettraient d’intensifier la recherche et le développement de vaccins absolument nécessaires pour les pays en développement, de sauver ainsi davantage de vies et d’atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement. Nous nous employons maintenant activement à déterminer comment l’Alliance et d’autres partenaires du développement pourraient harmoniser et aligner leurs efforts et financer des plans nationaux destinés à accélérer rapidement la prestation de services pour atteindre les OMD en matière de santé », a-t-il ajouté.

Les pays du G8 ont élaboré des plans nationaux de lutte contre la grippe pandémique et ont également contribué à faciliter les préparatifs mondiaux pour améliorer l’aptitude des pays à détecter les flambées de maladies infectieuses et à y faire face. Des lacunes demeurent pourtant – des lieux où les maladies émergentes, notamment la grippe pandémique, pourraient passer inaperçues. Il est indispensable de repérer et d’éradiquer ces « points noirs ». Les systèmes d’alerte précoce sauveront des vies, atténueront les souffrances et limiteront les coûts.

L’appui non démenti du G8 en faveur de l’éradication de la poliomyélite a également contribué à ramener le nombre de pays d’endémie à quatre seulement. Les pays du G8 ont versé plus de la moitié des $4 milliards que représente le financement de la poliomyélite depuis 1985.

Mais la réussite de tous les programmes de santé est subordonnée à une résolution rapide de la crise des personnels de santé. Il manque aujourd’hui quatre millions d’agents de santé dans le monde – la pénurie de médecins, d’infirmières et d’agents de laboratoire étant la plus aiguë dans 57 des pays les plus pauvres du monde.

« Les agents de santé sont un pilier de tout système de santé » a déclaré le Dr Nordström. « Les dirigeants du G8, à travers leur influence directe sur le financement, la santé, l’éducation et les migrations, peuvent prendre des décisions qui transformeront les possibilités de formation et de fidélisation des agents de santé là où ils font d’urgence défaut. »

Le G8 a lieu du 15 au 17 juillet à Saint-Pétersbourg (Fédération de Russie). Le programme officiel s’articule autour de trois grands thèmes : la sécurité énergétique mondiale, l’éducation et la lutte contre les maladies infectieuses.

LIENS CONNEXES

Pour plus d'informations:

Christine McNab
OMS
Téléphone: +41 22 791 4688
Tél. portable: +41 79 254 6815
Courriel: mcnabc@who.int

Jon Liden
Fonds mondial
Téléphone: +41 22 791 1723
Courriel: jon.liden@theglobalfund.org

Beth Magne-Watts
ONUSIDA
Téléphone: +41 22 791 5074
Courriel: magnewattsb@unaids.org

Jean-Pierre Le Calvez
GAVI
Téléphone: +41 22 909 6520
Tél. portable: +41 79 3401889
Courriel: jplecalvez@gavialliance.org

Partager