Centre des médias

L'OMS se réjouit des nouveaux crédits américains destinés à réduire les maladies tropicales négligées

Déclaration du Directeur général de l'OMS, Dr Margaret Chan

Déclaration
20 février 2008

Je me félicite vivement de l’initiative annoncée aujourd’hui par le Président des États-Unis d’Amérique, George W. Bush, en vue d'accroître considérablement les crédits destinés au traitement intégré de sept des principales maladies tropicales négligées: la filariose lymphatique, la schistosomiase, le trachome cécitant, l’onchocercose, et trois géohelminthiases. Il s’agit de maladies cécitantes, déformantes et débilitantes qui touchent les plus pauvres parmi les pauvres. S’attaquer de manière intensifiée à ces maladies, c’est s’attaquer par la même occasion à la pauvreté de millions de personnes.

Je me félicite par ailleurs de l’ambition qui motive ce nouvel engagement: réduire considérablement et parvenir à maîtriser et à éliminer des maladies qui entraînent la misère et sapent la productivité depuis l’antiquité. Le moment est venu d’oser des initiatives ambitieuses comme celle annoncée aujourd’hui.

L’OMS et ses nombreux partenaires, dont l’Agence des États-Unis d’Amérique pour le Développement International (USAID), ont jeté les bases d’un mouvement qui connaît une accélération sans précédent – et qui fait naître des perspectives de réussite jamais égalées. Des médicaments très efficaces existent et beaucoup sont offerts par l’industrie en grandes quantités. Des stratégies de distribution intégrée ont été mises au point, en rationalisant les besoins opérationnels et en réduisant les coûts. En outre, les médicaments sont sûrs et simples à administrer et toutes les populations exposées peuvent être traitées – une approche de la prévention de masse analogue à celle de la vaccination de l’enfant. Les efforts visant à accroître la couverture peuvent commencer sans tarder.

Je salue le défi lancé par le Président Bush aujourd’hui aux autres donateurs pour qu’ils complètent cet engagement de 350 millions de dollars sur cinq ans pour traiter ces maladies.

Pour plus informations, contactez:

Emma Ross
Départment de la Communication
OMS, Genève
Tél.: + 41 22 791 1492
Mobile: + 41 79 475 5534
Courriel: rosse@who.int

Partager