Centre des médias

Les services de santé de Gaza au bord de l'effondrement

Déclaration
7 janvier 2009

Les services de santé de Gaza, déjà fragilisés, sont au bord de l’effondrement si des mesures ne sont pas prises immédiatement pour les renforcer et les préserver. L’OMS a appelé à améliorer immédiatement la situation afin de faire en sorte que des services de santé humanitaires soient accessibles à la population locale.

À ce jour, plus de 680 morts (dont 218 femmes et enfants) ont été enregistrés ainsi que plus de 2850 blessés. On compte parmi le personnel médical 13 morts et 22 blessés selon les rapports émanant du ministère palestinien de la Santé. Le nombre des victimes continue d’augmenter, et parmi elles de nombreux civils.

  • Les fournitures médicales susceptibles de sauver des vies ne parviennent pas à ceux qui en ont besoin. Des fournitures médicales nécessaires d’urgence pour soigner les blessés et soutenir les services de santé continuent de s’entasser aux frontières. Il n’y a pas assez de camions pour les transporter et leur distribution à Gaza est rendue difficile pour des raisons de sécurité et par manque d’infrastructures.

  • L’accès aux soins est compromis. L’intensité des bombardements aériens et des hostilités sur le terrain (avec la subdivision de Gaza en secteurs où les déplacements sont restreints) limite en effet considérablement les mouvements de patients et de services médicaux d’urgence et les transferts ainsi que les déplacements de personnels de santé essentiels au bon fonctionnement des services. L’évacuation médicale de certains blessés graves hors de Gaza est rendue impossible non seulement faute de sécurité mais également en raison de la fermeture de la frontière et des restrictions de mouvements.

  • Les hôpitaux sont surchargés. Ils n’ont pas assez de lits dans les services d’urgence et de soins intensifs et les salles d’opération ne peuvent pas faire face au nombre de victimes. On a pratiquement épuisé les possibilités de transformer d’autres lits d’hôpitaux en lits de soins intensifs/traumatologiques. Dans ces établissements, on signale des blessés couchés à même le sol.

  • Les agents de santé sont épuisés. Les services médicaux d’urgence et les équipes de traumatologie ont travaillé sans discontinuer depuis le début des bombardements aériens le 27 décembre et sont physiquement épuisés ; il est urgent de les remplacer pour maintenir les services d’urgence prenant en charge les blessés graves.

  • Les coupures d’électricité sont un risque permanent. Les coupures d’électricité sont un risque permanent. Tous les hôpitaux fonctionnent grâce à des blocs électrogènes, parfois 24 heures sur 24, car l’électricité a été coupée. Or les stocks de carburant sont pratiquement épuisés. L'interruption de la production d'électricité aurait des conséquences catastrophiques sur la lutte contre les infections, la transfusion sanguine, la stérilisation des instruments, ainsi que l’hygiène et l’assainissement de base dans les hôpitaux, les salles d’opérations et les unités de soins intensifs. On peut s’attendre à une augmentation des infections nosocomiales potentiellement mortelles (gangrène, tétanos, etc.) et des complications (choc, par exemple).

L’OMS a établi une base opérationnelle d’urgence à Ramallah conjointement avec le ministère de la Santé pour aider à coordonner l’action du secteur de la santé, à réclamer un accès sans restriction à Rafah, la gestion des dons et des fournitures médicales d’urgence, et à planifier un retour à Gaza en cas de cessez-le-feu.

L’OMS, qui a fourni des kits chirurgicaux permettant de traiter 5000 personnes et des kits sanitaires d’urgence pour 90 000 personnes pendant trois mois, coordonne l’entrée des fournitures médicales à Gaza. L’Organisation collabore également avec les institutions des Nations Unies et les Sociétés du Croissant Rouge afin de renforcer les capacités opérationnelles à la frontière de Rafah pour permettre les évacuations médicales des blessés les plus graves et la gestion des dons et des fournitures médicales d'urgence.

Depuis ses bases opérationnelles de Gaza, Ramallah et Jérusalem, l’OMS renforce la prise en charge des flambées de maladies d’origine alimentaire et hydrique. Elle préconise de répondre aux préoccupations en matière de salubrité de l’environnement, y compris d’hygiène et d’assainissement, parmi les populations déplacées. Ses équipes aident le personnel médical à prendre en charge les traumatismes et les blessures et à établir un mécanisme de coordination pour assurer une évaluation conjointe des besoins sanitaires à Gaza.

Selon l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNWRA), on compte plus de 13 000 personnes déplacées. Celles-ci bénéficient de services d'appui très limités, voire inexistants en ce qui concerne les soins de santé, l'approvisionnement en eau et en denrées alimentaires , les moyens d'assainissement de base et l'hygiène. Si les hostilités ne cessent pas, le nombre de personnes déplacées est encore appelé à augmenter.

Tant les personnes déplacées que le reste de la population sont confrontés à un risque grave de flambées de maladies transmissibles, telles que les infections respiratoires aiguës, la rougeole et la diarrhée aqueuse aiguë, qui, toutes, sont susceptibles d'entraîner une forte mortalité parmi les enfants. On peut s’attendre à ce que la mortalité chez les femmes enceintes et les nouveau nés augmente et les cas d’affections chroniques et psychosociales non traitées seront de plus en plus nombreux.

Partager