Centre des médias

L’OMS demande la reprise d’urgence des évacuations médicales dans les quartiers assiégés de l’est d’Alep

Déclaration
16 décembre 2016

L’OMS demande de reprendre dès que possible les évacuations médicales des malades et des blessés de l’est d’Alep. Près de 200 patients ont été transférés en sécurité vers des hôpitaux des zones rurales à l’ouest d’Alep, à Idlib et en Turquie, avant que les évacuations ne soient interrompues ce matin, laissant à leur sort beaucoup d’autres personnes en attente de soins médicaux.

«Il n’a pu y avoir d’évacuations médicales que pendant 24 heures et il reste un grand nombre de femmes, de nourrissons et d’enfants de moins de 5 ans parmi ceux qui ont besoin de soins», déplore la Représentante de l’OMS en Syrie, Elizabeth Hoff à Alep. «Ils ont dû quitter les zones d’où ils étaient emmenés pour revenir chez eux. Nous espérons que les évacuations vont pouvoir reprendre très vite.»

Aux côtés du CICR et du Croissant-Rouge de la République arabe syrienne, l’OMS a apporté son concours aux évacuations médicales. Le personnel de l’Organisation a appris ce matin que l’opération était interrompue et qu’il devait quitter la zone.

Les évacuations médicales sont gérées avec la présence de l’OMS sur le terrain à Gaziantep (Turquie), à partir d’où 113 ambulances et 17 équipes mobiles ont été déployées et coordonnées. Huit hôpitaux dans les zones rurales de l’ouest d’Alep, à Idlib, et des établissements en Turquie traitent les évacués, parmi lesquels une majorité de blessés. Des fournitures médicales suffisantes pour assurer 279 000 traitements et 6000 interventions chirurgicales ont été mises à disposition par l’OMS pour assurer aux évacués des soins du niveau dont ils ont besoin.

«À 7 heures ce matin, 194 patients évacués étaient arrivés dans les hôpitaux. Parmi eux, 71 sont traités en Turquie, dont beaucoup souffrent de blessures de guerre avec des lésions cérébrales et oculaires. D’autres reçoivent une aide d’urgence pour des maladies chroniques comme le diabète, après être restés sans traitement pendant le siège. Mais il reste bien davantage de patients ayant des besoins critiques de soins», indique le Dr Pavel Ursu, Représentant de l’OMS en Turquie.

Avec toute l’Organisation des Nations Unies et les partenaires, l’OMS demande à tous les belligérants de laisser reprendre les évacuations des blessés et des malades coincés à l’est d’Alep et de garantir la sécurité de tous les personnels de santé.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Tarik Jašarević
Département Communication, OMS
Portable: +41 793 676 214
Courriel: jasarevict@who.int