Médicaments essentiels et produits sanitaires

Projet Muskoka pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile, et renforcer les programmes de planning familial

La France a réaffirmé son engagement pour la santé des femmes et des enfants et la promotion des droits des femmes dans le monde lors de la réunion du G8 à Muskoka (Canada, 25-26 juin 2010). Le Président de la République Française s’y est engagé à consacrer 500.000.000 euros supplémentaires sur cinq ans pour accélérer l’atteinte des Objectifs du Millenaire pour le Developpement 4 (réduction de la mortalité infantile) et 5 (amélioration de la santé maternelle). Le G8 a aussi élaboré des critères de « redevabilité » (rendu de comptes) très précis pour ces financements.

C'est dans ce cadre que quatre agences de l'ONU (OMS, UNFPA, UNICEF et ONUFEMMES) ont rejoint leurs forces pour mettre en place un projet commun visant à améliorer la condition des femmes et des enfants dans les pays les plus démunis d'Afrique. Parmi les résultats attendus du projet on trouve: réduction des décès maternels, réduction des décès juvéniles, réduction des cas de malnutrition, etc.

L'OMS sera responsable de cinq domaines:

  • Planification familiale
  • Prise en charge intégrée des maladies de l'enfance au niveau communautaire
  • Renforcement de la qualité des soins obstétricaux essentiels et néonatals d'urgence
  • Ressources humaines pour la santé
  • Renforcement des systèmes pharmaceutiques des pays

Composante pharmaceutique du projet

Trois millions d'enfants meurent chaque année de pneumonie et de diarrhée. Le traitement de choix de la pneumonie (amoxicilline) est souvent disponible dans les pays à faible revenu, mais rarement au bon dosage ou sous la forme pharmaceutique appropriée. Les sels de réhydratation orale et le zinc, recommandés dans le traitement de la diarrhée, ne sont disponibles que dans 50% des centres de santé évalués (pour les sels de réhydratation) alors que le zinc n'est pratiquement jamais disponible.

Ce faible accès aux médicaments essentiels de qualité pour la santé de la mère et de l'enfant est dû principalement à la fragilité des systèmes de santé des pays à faible revenu. Ceci, entre autres, du fait des procédures de réglementation pharmaceutique et de sélection des médicaments insuffisantes; des systèmes de gouvernance, d'approvisionnement et de distribution fragiles; du personnel de santé peu nombreux et insuffisamment formé; et des moyens financiers limités pour assurer un approvisionnement régulier des médicaments de la mère et de l'enfant, souvent côuteux.

Dans le cadre de ce projet pour la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile, l'OMS (le département EMP, Médicaments Essentiels et Produits de Santé, à Genève et à AFRO) va apporter une assistance technique et stratégique aux pays pour contribuer à la réalisation des objectifs suivants:

  • Le renforcement du leadership du Ministère de la Santé des pays pour l’amélioration de l’accès aux médicaments essentiels et la coordination des parties prenantes impliquées;
  • L'amélioration de la disponibilité en médicaments essentiels, y compris pour la santé de la mère et de l’enfant, dans les structures centrales et périphériques du secteur public des pays;
  • La réduction des prix des médicaments essentiels dans les structures publiques et privées des pays et plus spêcifiquement pour les médicaments de la mère et de l'enfant;
  • Le renforcement des procédures pour assurer la disponibilité de médicaments essentiels de bonne qualité, sûrs et efficaces, y compris pour la santé de la mère et de l'enfant;
  • La mise à jour des listes nationales de médicaments essentiels et des directives thérapeutiques standard incluant des médicaments pour la santé maternelle et infantile ; le renforcement des capacités pour le bon usage des médicaments recommendés.