Santé mentale

Évaluation des conduites autoagressives ou suicidaires chez les personnes souffrant de troubles mentaux, neurologiques et liés à la consommation de substances psychoactives prioritaires

Question 1: Y a-t-il un intérêt à demander aux personnes pour lesquelles un diagnostic de dépression, troubles bipolaires, schizophrénie, démence, épilepsie, troubles liés à la consommation d’alcool ou à la consommation de drogues illicites a été posé si elles ont envisagé une autoagression au cours du dernier mois ou si elles sont passées à l’acte au cours de l’année écoulée? ou bien est-il préférable de ne pas leur poser la question?

La même question a été posée pour les enfants ayant été diagnostiqués comme souffrant de troubles mentaux et pour les personnes faisant état de conflits relationnels, de violence de la part du partenaire intime ou d’abus physiques ou sexuels; ou les adultes souffrant d’un deuil, d’une maladie physique chronique ou d’une douleur chronique.

  • Population: adultes et enfants atteints de troubles mentaux, neurologiques ou de troubles liés à la consommation de substances psychoactives comme mentionné ci-dessus, qui ne font pas état de pensées, de projets ou d’actes d’autoagression
  • Interventions: agents de santé demandant à ces personnes si elles ont pensé ou envisagés une utoagression au cours du dernier mois ou si elles se sont infligé de tels actes au cours de l’année écoulée
  • Comparaison: soins habituels
  • Résultats :
    • taux de tentatives de suicide au cours de la vie;
    • nombre de tentatives de suicide;
    • nombre de suicides observé;
    • fréquence du suicide en tant que cause de décès;
    • fréquence de ces affections chez les personnes qui sont décédées par suicide;
    • fréquence des personnes ayant des idéations suicidaires;
    • fréquence des personnes souffrant de ces troubles et se présentant à l’hôpital à la suite d’une tentative d’autoagression/de suicide.

Recommendation

Les agents de santé non spécialisés doivent demander aux personnes âgées de plus de 10 ans souffrant de dépression, de troubles bipolaires, de schizophrénie, d’épilepsie, de démence, de troubles liés à la consommation d’alcool ou à l’usage de drogues illicites; aux enfants souffrant de troubles mentaux, et aux individus qui présentent une douleur chronique ou un trouble émotionnel aigu associé actuellement à des relations interpersonnelles conflictuelles, à un deuil récent ou un autre événement de la vie grave, s’ils ont pensé ou envisagé un acte autoagressif au cours du mois écoulé ou s’ils ont agi en ce sens au cours de l’année écoulée, pendant l’évaluation initiale puis périodiquement par la suite en fonction des besoins.
Niveau de la recommandation: FORT

Partager