Nutrition

FAO/OMS Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)


Évolution de la situation

Le problème de la malnutrition revêt également une nouvelle dimension. L’épidémie d’obésité et de maladies non transmissibles liées au régime alimentaire (MNT) dans les pays développés s’est propagée aux pays en développement. Nombre de pays parmi les plus pauvres ont commencé à souffrir du double fardeau que sont la dénutrition et l’obésité. À l’heure actuelle dans la majorité des pays en développement, les MNT sont les principales causes de mortalité.

Quatre constats, un négatif et trois avancées positives, ont conduit la communauté internationale à en appeler aux chefs d’États et de Gouvernements pour qu’à l’occasion de la deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2) prévue à Rome du 19 au 21 novembre 2014, ils conviennent d’un nouveau cadre d’action mondial pour lutter efficacement contre les grands problèmes de nutrition au cours des prochaines décennies.

Le premier constat est une prise de conscience croissante que l’incapacité persistante de la communauté internationale à s’attaquer à la malnutrition – et à ses liens avec la santé et le développement durable – risque de mettre en échec le programme de développement de l’après-2015.

La deuxième avancée est la preuve désormais indubitable que le monde produit assez d’aliments pour nourrir chaque habitant mais qu’il faut insister sur l’accès aux aliments et à une nutrition satisfaisante à l’échelon local et que les systèmes d’alimentation doivent être plus efficaces et plus équitables.

La troisième avancée est le fait que les gouvernements, la société civile et le secteur privé ont commencé à s’organiser autour d’un programme commun de nutrition. Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, a lancé en juin 2012 le « Défi Faim Zéro » qui a abouti à un accord sur les nouveaux modes de collaboration entre parties prenantes, en vue d’agir sur la malnutrition.

La quatrième avancée est le consensus obtenu à l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2012 sur un ensemble de six cibles volontaires à l’échelle mondiale visant de nouvelles opportunités de progresser contre les problèmes de nutrition dans le monde :

  • réduire de 40 % avant fin 2025 le nombre d’enfants de moins de cinq ans dans le monde qui ont un retard de croissance
  • réduire de 50 % avant fin 2025 l’anémie chez les femmes en âge de procréer
  • réduire de 30 % avant fin 2025 la prévalence de l’insuffisance pondérale à la naissance
  • Arrêter avant fin 2025 la progression de l’excédent pondéral chez les enfants de moins de cinq ans
  • Accroître d’au moins 50 % avant fin 2025 le pourcentage de nourrissons bénéficiant de l’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois avant fin 2025
  • Réduire la prévalence du dépérissement chez les enfants de moins de cinq ans et la maintenir à moins de 5 %.
Partager