Occupational health

Réunion de l’Effort Conjoint OMS/OIT pour la Santé et la Sécurité au Travail, Abidjan, 28-30 mai 2001

Résumé

Les problèmes de santé et sécurité au travail auxquels fait face l’Afrique sont multiples. Au moment où les risques traditionnels tels que l’exposition aux bruits et à la poussière ne sont pas encore pris en compte d’une manière effective, les nouveaux risques, tels que l’importation des produits toxiques, le nombre d’heures devant les écrans d’ordinateurs, le stress au travail y sont introduits. Le fardeau des problèmes de santé liés au travail est par conséquent élevé et varie d’une sous-région, d’un pays et d’une communauté à l’autre.

Dans le même temps, l’on observe une mutation importante des ressources humaines. L’économie des pays n’a pas permis l’intégration complète des ressources humaines dans le développement économique, et un énorme secteur informel s’est constitué au cours des années. Les estimations actuelles attestent qu’en Afrique plus de 60% de forces vives se trouvent dans le secteur informel. Beaucoup d’enfants ont intégré la population active, les privant souvent d’éducation et de la vie d’enfant. Pour ces groupes de travailleurs, les conséquences de la pauvreté telles que la malnutrition, l’habitat précaire et le manque de soins de santé de base sont combinés aux méfaits des mauvaises conditions de travail.

Pour toutes ces raisons, l’OMS et le BIT ont décidé de joindre leurs efforts pour renforcer les capacités des pays dans le domaine de la Santé et Sécurité au travail, tant dans le secteur formel qu’informel, à travers l’Effort Conjoint OMS/BIT pour la Santé et Sécurité au Travail en Afrique, récemment formalisé à Harare.

La réunion du 28 au 30 mai 2001 devait servir de base pour le renforcement d’un réseau d’institutions et agences des pays africains, les rapprochant les unes des autres. Un accent devait être spécialement mis sur le développement des projets pilotes pour la Santé et la Sécurité au travail dans le secteur informel, dans des villes d’Afrique centrale et de l’ouest.

Les objectifs de la réunion et les résultats attendus étaient les suivants :

Objectifs

Objectif général

Déterminer des axes stratégiques d’intervention pour la protection de la santé et la sécurité au travail dans le secteur informel avec un accent spécial sur le renforcement des réseaux en Afrique.

Objectifs spécifiques

  • Définir des axes stratégiques d’intervention pour la protection de la santé et la sécurité des travailleurs dans le secteur informel des pays africains;
  • Elaborer des plans d’action nationaux pour la santé et la sécurité des travailleurs du secteur informel;
  • Identifier un réseau de potentiels centres d’excellence d’Afrique et d’ailleurs.

Résultats attendus

  • Des axes stratégiques d’intervention en vue de la protection de la santé et la sécurité des travailleurs du secteur informel en Afrique définis;
  • Des plans d’action nationaux pour la santé et la sécurité des travailleurs du secteur informel élaborés;
  • Un réseau de potentiels centres d’excellence sur la santé et sécurité au travail identifié.
  • Participants de pays d’Afrique centrale et de l’ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, République Démocratique du Congo et Tchad
  • Représentants de l’OMS/AFRO et de l’OMS/HQ
  • Représentant de l’OIT/EMAO d’Abidjan
  • Représentants de centres francophones de formation et de recherche en santé et sécurité au travail (Bénin, France, Suisse).

Participants (Voir Liste des participants en annexe 1)

La réunion a consisté pour la première partie à la présentation des activités de l’OMS/AFRO et des expériences des pays participants en santé et sécurité au travail. La seconde partie a consisté en l’identification des axes stratégiques d’intervention dans le secteur informel, suivie de l’élaboration d’un plan d’action type. La dernière partie a porté sur les communications des experts des centres francophones en Santé au travail et des discussions sur les centres potentiels de formation et le réseau de formation à distance. (Voir Programme en annexe 2).

Share