Sécurité des patients

Méthodes et mesures permettant d’évaluer l’iatrogénèse : nouveau groupe de travail

A partir d’une analyse méticuleuse de la littérature mondiale dans ce domaine, l’OMS a constitué un nouveau groupe de travail. Son ambition est d’aider à définir un programme de recherche sur le sujet

Mandaté par l’OMS en décembre 2003, le Dr Philippe Michel, expert français, a mené à bien une étude de grande envergure des ouvrages disponibles sur les méthodes existantes d’évaluation de l’iatrogénèse. Dans son rapport, l’auteur se réfère à 262 publications scientifiques, subdivisées en méthodes dérivant de rapports, de données existantes collectées de façon systématique et d’études ponctuelles sur les principes de l’épidémiologie.

Les articles ont été triés selon des critères d’efficacité, de fiabilité des données, de pertinence dans le cas d’études de plus petite ou de plus grande portée, de coût financier, de capacité à influencer les politiques, de capacité à influencer les procédures de sécurité hospitalières et locales et enfin selon les synergies possibles avec d’autres domaines. Outre les publications résultant d’analyses de dossiers médicaux, l’auteur s’est penché sur des analyses de résultats d’interrogatoires, d’examens cliniques et de questionnaires, en particulier dans des pays en développement et des économies en transition.

De l’avis de l’auteur, les décideurs ont besoin de données sur la capacité des méthodes à influencer les activités et la prévention à l’échelon national ou local. Mais selon lui, ces études comparatives risquent de perdre leur validité en dehors de leur contexte propre, puisque les résultats dépendent généralement de la situation locale.

Les travaux d’avant-garde du Dr Michel ont abouti à la création d’un nouveau groupe de travail de l’OMS, dirigé par le Dr Ross Baker, de l’Université de Toronto et par le Dr Bill Runciman, de la Australian Patient Safety Foundation. A la première réunion de ce groupe, en décembre 2006 au Siège de l’OMS à Genève, quatorze experts internationaux ont décidé d’axer leurs travaux sur les méthodes adaptées au contexte des soins aigus, aux soins en milieu communautaire, aux soins de santé primaires, à l’évaluation et aux nouvelles méthodes applicables dans les environnements où les données sont insuffisantes.

Le groupe de travail prévoit d’éditer un guide pratique sur les méthodes et les mesures et un autre guide sur l’efficacité des interventions pour la sécurité des patients. Il mettra en place un cadre conceptuel de recherche sur les méthodes et les mesures et publiera deux documents de travail, l’un sur les soins aigus et l’autre sur les soins en milieu communautaire. Des méthodes spécifiques de recherche seront alors recommandées pour différents environnements et contextes de recherche sur la sécurité des patients, mais l’accent sera mis sur les pays en développement.

Partager