Champs électromagnétiques (CEM)

Que sont les champs électromagnétiques ?


Normes actuelles

Les normes ont pour but de protéger la santé de la population et celles qui concernent nombre d'additifs alimentaires, qui régissent la concentration de certaines substances chimiques dans l'eau ou limitent la pollution de l'air sont bien connues de tous. Ils existe aussi des normes destinées à limiter la surexposition aux champs électromagnétiques présents dans notre environnement.

Par qui ces normes sont-elles décidées ?

Chaque pays fixe ses propres normes nationales relatives à l'exposition aux champs électromagnétiques. Toutefois, dans la majorité des cas, les normes nationales s'inspirent des recommandations émises par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (CIPRNI). Cette organisation non-gouvernementale, qui est officiellement reconnue par l'OMS, examine les données scientifiques émanant de tous les pays du monde. En s'appuyant sur une étude approfondie de la littérature scientifique, la Commission établit des limites d'exposition recommandées. Ces recommandations sont réexaminées périodiquement et mises à jour en tant que de besoin.

La variation de l'intensité d'un champ électromagnétique en fonction de la fréquence est complexe. Une liste donnant une limite pour chaque valeur et chaque fréquence serait difficile à comprendre. Les chiffres ci-dessous sont un résumé des limites d'exposition recommandées dans trois domaines qui préoccupent l'opinion publique : les appareils électriques ménagers, les stations relais de téléphonie mobile et les fours à microondes. Leur dernière mise à jour remonte à avril 1998.

Résumé des limites d'exposition recommandées par la CIPRNI dans le cas des lignes électriques

 

Fréquence du courant européen

Fréquence des bases de téléphones portables

Fréquence des fours à micro-ondes

Fréquence

50 Hz

50 Hz

900 MHz

1.8 GHz

2.45 GHz

 

Champ électrique (V/m)

Champ magnétique (µT)

Densité du courant (W/m2)

Densité du courant (W/m2)

Densité du courant (W/m2)

Limites d'exposition du public

5 000

100

4.5

9

10

Limites d'exposition professionnelle

10 000

500

22.5

45

 

ICNIRP, EMF guidelines , Health Physics , 74, 494-522 ( 1998 )

La différence entre les recommandations de certains pays qui appartenaient naguère au bloc soviétique et celles des pays occidentaux peut atteindre un facteur de plus de 100. Avec la mondialisation des échanges commerciaux et la mise en place rapide d'un réseau de télécommunication à l'échelle planétaire, il devient nécessaire d'établir des normes de portée universelle. Comme de nombreux pays de l'ancienne Union soviétique envisagent justement l'adoption de nouvelles normes, l'OMS a pris il y a peu l'initiative de proposer une harmonisation des recommandations d'exposition à l'échelle mondiale. Ces futures normes seront établies à partir des résultats du Projet international de l'OMS pour l'étude des champs électromagnétiques.

Sur quoi ces recommandations reposent-elles ?

Il est important de noter qu'une limite recommandée ne constitue pas une démarcation précise entre sécurité et danger. On ne peut pas considérer qu'à partir de tel ou tel niveau d'exposition précis il y a danger pour la santé car en fait, le risque sanitaire augmente graduellement à mesure que l'exposition s'intensifie. Ce que ces recommandations indiquent, c'est qu'au-dessous d'un certain seuil, l'exposition à un champ électromagnétique ne comporte pas de risque dans l'état actuel des connaissances. Il n'en résulte pas automatiquement qu'au-dessus de ce seuil, de cette limite, l'exposition soit dangereuse.

Pour établir des limites d'exposition, il faut néanmoins procéder à des études scientifiques destinées à déterminer le seuil à partir duquel les premiers effets sur la santé commencent à se manifester. Comme l'expérimentation sur des sujets humains est exclue, les recommandations reposent essentiellement sur l'expérimentation animale. Cette dernière montre que les modifications comportementales subtiles observées à faible exposition chez les animaux annoncent souvent des anomalies plus graves lorsque l'exposition augmente. Les troubles du comportement sont un indicateur très sensible d'une réaction biologique et ont considère qu'ils représentent l'effet sanitaire indésirable le plus subtil qui soit observable. Les recommandations indiquent le niveau d'intensité du champ à partir duquel des troubles comportementaux commencent à se manifester : c'est le niveau auquel il faut éviter de s'exposer.

La valeur limite recommandée n'est pas égale au seuil d'apparition des effets comportementaux. En effet, la CIPRNI applique un facteur de sécurité de 10 dans le cas de la limite d'exposition professionnelle et un facteur de 50 pour la valeur limite recommandée pour la population générale. Par exemple , dans le domaine des fréquences hertziennes et ultrahertziennes, le champ électromagnétique maximum auquel vous pourriez vous trouver exposé dans l'environnement ou à votre domicile est au moins 50 fois plus faible que le seuil à partir duquel apparaissent les premiers troubles comportementaux chez l'animal.

Pourquoi le facteur de sécurité est -il plus faible pour l'exposition professionnelle que pour l'exposition du grand public ?

La population exposée sur le lieu de travail est constituée d'adultes qui sont généralement confrontés à des champs électromagnétiques dans des conditions bien connues. Ces travailleurs ont une formation qui leur permet de comprendre le risque auquel ils sont exposés et ils savent quelles sont les précautions à prendre. En revanche , le grand public est formé d'individus de tous âges et d'états de santé divers. Bien souvent, ces personnes n'ont pas conscience d'être exposées à des champs électromagnétiques. On ne peut pas non plus demander à tout le monde de prendre des précautions pour éviter de s'exposer ou pour s'exposer le moins possible. Ce sont ces considérations qui expliquent que les limites d'exposition soient plus rigoureuses pour le grand public que pour les personnes exposées de par leur profession.

Comme on l'a vu plus haut, les champs électromagnétiques de basse fréquence provoquent l'apparition de courants induits dans le corps humain ( se reporter à la section intitulée Que se passe-t-il en cas d'exposition à un champ électromagnétique ? ). Mais les diverses réactions chimiques qui se déroulent dans l'organisme donnent également naissance à des courants. Si les courants induits sont d'une intensité inférieure à cette valeur de fond, les cellules ou les tissus seront incapables de les détecter. Par conséquent, dans le domaine des basses fréquences, les valeurs limites recommandées sont destinées à faire en sorte que l'intensité des courants induits par un champ électromagnétique reste inférieure à l'intensité des courants naturellement présents dans l'organisme.

Le principal effet des ondes hertziennes consiste dans un échauffement des tissus. C'est pourquoi les recommandations relatives à l'exposition aux champs de fréquence hertzienne et ultrahertzienne sont destinées à éviter tout effet thermique local ou général ( se reporter à la section intitulée Que se passe-t-il en cas d'exposition à un champ électromagnétique ? ). Le respect de ces recommandations permet de réduire ces effets thermiques dans une proportion suffisante pour les rendre inoffensifs.

Ce dont les recommandations ne peuvent pas rendre compte…

On ne peut , pour l'instant, formuler des recommandations ou des normes à partir de spéculations sur l'éventualité d' effets sanitaires à long terme. Si l'on prend en compte la totalité des résultats fournis par l'ensemble des études scientifiques, il apparaît que les champs électromagnétiques ne provoquent aucun effet sanitaire indésirable à long terme, comme le cancer par exemple. Les organismes nationaux et internationaux établissent et mettent à jour les normes en se basant sur les connaissances scientifiques les plus récentes afin de protéger la population contre les risques sanitaires reconnus. Ces recommadations sont destinées à la population dans son ensemble et ne peuvent pas satisfaire directement les exigences d'une minorité de personnes susceptibles de présenter une plus grande sensibilité. Les recommandations relatives à la pollution de l'air , par exemple, ne sont pas destinées à régler les problèmes propres aux asthmatiques. De la même façon, les recommandations relatives aux champs électromagnétiques n 'ont pas pour objet d'éviter des ennuis aux porteurs de certains dispositifs électroniques comme les stimulateurs cardiaques. Dans ce dernier cas, c'est au fabricant ou au médecin qui a implanté l'appareil que le patient doit s'adresser pour savoir quel type d'exposition est à éviter.

Les informations pratiques qui figurent dans le tableau ci-après vous seront utiles pour vous rapporter aux limites internationales recommandées indiquées plus haut. Ce tableau indique les sources les plus courantes de champs électromagnétiques. Toutes les valeurs indiquées représentent les limites maximales pour l'exposition du public - votre propre exposition a des chances d'être très inférieure à ces valeurs. Pour plus de précision sur l'intensité des champs électriques produits par les appareils ménagers, veuillez vous reporter à la section intitulée Niveaux d'exposition habituels au domicile et dans l'environnement.

Source

Exposition maximum typique pour le public

Champs électriques (V/m)

Densité de flux magnétique (µT)

Champs naturels

200

70 (champ magnétique terrestre)

Energie électrique (dans les foyers éloignés des lignes à haute tension)

100

0.2

Energie électrique (sous les lignes à haute tension)

10 000

20

Trains électriques et tramways

300

50

Ecrans de télévision et d'ordinateurs (au niveau de l'utilisateur)

10

0.7

 

Exposition maximum typique pour le public (W/m2)

Emetteurs de télévision et radio

0.1

Station relais de téléphonie mobile

0.1

Radars

0.2

Fours à micro-ondes

0.5

Source : Bureau régional OMS de l'Europe

Comment ces recommandations sont-elles appliquées et qui est chargé du contrôle ?

La responsabilité du contrôle des champs au voisinage des lignes électriques, des stations relais de téléphonie mobile et autres sources de ce type accessibles au grand public incombe à certains organismes publics ainsi qu'aux autorités locales qui sont chargés de veiller au respect des recommandations.

Dans le cas des dispositifs électroniques, c'est le fabricant qui doit s'assurer que son matériel respecte les limites prévues par les normes. Toutefois, comme on l'a vu plus haut, de par leur nature même la plupart ce ces appareils émettent des champs d'intensité largement inférieure aux valeurs-seuil. En outre, de nombreuses associations de défense des consommateurs soumettent régulièrement ces appareils à des essais. Si vous avez une crainte ou une préoccupation particulières, adressez-vous directement au fabricant ou aux autorités locales responsables de la santé publique.

Une exposition qui dépasse la valeur limite recommandée est-elle dangereuse ?

Il n'y a absolument aucun risque à consommer un pot de confiture de fraises avant sa date limite de consommation indiquée - mais si vous consommez la confiture au-delà de cette date, le producteur ne peut pas garantir qu'elle sera de bonne qualité. Toutefois, même lorsque la date limite de consommation est dépassé de quelques semaines ou de quelques mois , il n'y a en général pas de risque. De même, les recommandations relatives aux champs électromagnétiques ont pour but de faire en sorte qu'aucun effet indésirable sur la santé ne se produise si l'exposition reste inférieure à la limite fixée. Par mesure de précaution, on applique à l'intensité du champ supposée produire un effet nocif, un important facteur de sécurité. Dans ces conditions, même si vous étiez soumis à un champ plusieurs fois plus intense que la limite fixée, votre exposition serait encore inférieure à la limite de sécurité.

En temps ordinaire, la majorité de la population est hors de portée des champs électromagnétiques d'intensité supérieure à la limite recommandée. L'exposition est généralement très inférieure aux valeurs limites. Il peut cependant arriver qu'une personne soit exposée pendant un court laps de temps à un champ dont l'intensité avoisine , voire dépasse la valeur limite. Selon la CIPRNI, si l'on veut prendre en compte les effets cumulés de l'exposition, il faut déterminer l'exposition moyenne pondérée en fonction du temps au rayonnement hertzien et ultrahertzien. Selon les recommandations , la moyenne est à déterminer sur une durée de six minutes et une exposition supérieure à la limite est acceptable si elle est brève.

Il n'y a pas en revanche de pondération de la moyenne en fonction du temps dans le cas des recommandations relatives à l'exposition aux champs électriques et magnétiques de basse fréquence. Pour compliquer les choses, un autre facteur , le couplage, entre également en ligne de compte. Ce couplage désigne l'interaction entres les champs magnétique et le champ électrique et le corps humain. Il dépend de la taille et de la forme du corps, de la nature des tissus et de l'orientation du corps par rapport au champ. La prudence étant de règle dans l'établissement des recommandations, la CIPRNI considère toujours que le couplage entre le champ et le sujet exposé est maximal. La valeur limite recommandée assure donc une protection maximale. Par exemple, l'intensité du champ magnétique émis par un sèche-cheveux ou un rasoir électrique dépasse la valeur recommandée , mais comme le couplage entre ce champ et la tête de l'usager est extrêmement faible, il ne produit pas de courants induits supérieurs à la limite fixée.

Points à retenir

  • La CIPRNI émet des recommadations qui reflètent l'état actuel des connaissances. La plupart des pays s'inspirent de ces recommadations internationales pour élablir leurs propres normes.
  • Les normes relatives aux champs électromagnétiques de basse fréquence sont destinées à faire en sorte que les courants induits restent inférieurs aux courants normalement présents dans l'organisme humain. Les normes applicables aux champs dans les domaines de fréquence hertzien et ultrahertzien ont pour but d'éviter les effets dus à un échauffement local ou général du corps.
  • Les recommandations ne protègent pas contre une perturbation éventuelle du fonctionnement des dispositifs électroniques implantés.
  • En temps ordinaire, le niveau d'exposition est généralement très inférieure aux limites fixées.
  • Etant donné l'application d'un facteur de sécurité élevé, une exposition supérieure à la limite recommandée n'est pas forcément dangereuse pour la santé. Par ailleurs, la pondération de l'intensité moyenne de l'exposition au champ en fonction du temps et l'hypothèse d'un couplage maximum confère une marge de sécurité supplémentaire dans le cas des champs de basse fréquence.
Partager