Champs électromagnétiques (CEM)

Programme de recherche OMS 2003 sur les radiofréquences


Etudes de laboratoire chez l’animal

Remarques :

  • Les études chez l’animal seront si possible réalisées au moyen de signaux radiofréquences comparables à ceux du commerce sans augmentation de la fréquence.
  • Dans les études initiales concernant les nouveaux signaux (notamment ultra-large-bande ou UWB), on utilisera des modèles animaux capables de donner des réponses nettes à l’exposition aux RF. De même, ces systèmes expérimentaux seront utilisés pour rechercher l’existence d’effets de synergie entre l’exposition aux RF et des agents connus pour avoir une activité biologique.
  • Si possible, les études chez l’animal seront conçues pour obtenir des informations sur l’impact potentiel de l’âge de l’animal sur la réponse aux RF (comparaison du jeune et de l’adulte).
  • La conception expérimentale des études devra tenir compte du rôle éventuel des caractéristiques de la dose administrée (régime, notamment intermittence et durée).

En cours :

  • Deux études biologiques de grande échelle chez les rongeurs utilisant la méthode générale du National Toxicology Program du NIEHS des Etats-Unis d’Amérique, dont une menée par le NIEHS. La durée journalière d’exposition des animaux aux RF doit être aussi élevée que le permettent les conditions expérimentales.
  • Etudes de suivi au moyen de modèles permettant d’utiliser des critères de jugement applicables à l’homme (Souris E Pim1, DMBA, ENU).
  • Etudes de suivi sur le comportement (épreuve d’apprentissage par exemple).
  • Etudes en vue de tester la reproductibilité des modifications signalées concernant l’oreille interne et la cochlée, les maladies neurodégénératives, la réponse thermique, et la fonction cognitive.
  • Etudes concernant l’influence de l’âge des tissus (jeunes/âgés) et leur état (vivants/morts) sur les constantes diélectriques, afin de concevoir et d’analyser les études chez l’homme et chez l’animal.

Court terme ou besoin urgent :

  • Suivi des études sur le système immunitaire qui évoquent un effet de l’exposition aux RF (publications russes datant de plusieurs années).
  • Etudes afin de vérifier l’exactitude et la reproductibilité des effets des RF déjà publiés concernant la perméabilité de la barrière hémato encéphalique et diverses neuropathologies (inflammation de la dure mère, neurones sombres).
  • Etudes complémentaires recommandées concernant l’effet de l’exposition aux RF sur le sommeil.
  • Des études quantitatives plus nombreuses sur l’influence de l’échauffement sur le développement du système nerveux central, notamment du cortex, chez l’embryon et le foetus, en utilisant des critères morphologiques et fonctionnels.

Long terme ou futur :

  • Si les résultats des études cellulaires, biophysiques ou théoriques donnent à penser qu’un nouveau type de signal RF peut avoir une activité biologique particulière, ce nouveau signal sera tout d’abord étudié dans des études biologiques de grande ampleur chez des rongeurs ou sur d’autres modèles animaux permettant d’utiliser des critères de jugement applicables à l’homme.
  • Des études complémentaires seront entreprises pour déterminer les effets de l’échauffement localisé prolongé et/ou chronique pour des températures inférieures à 41°C. L’évaluation quantitative des lésions histologiques et des modifications fonctionnelles ainsi que des traumatismes manifestes doit avoir une place importante dans ces études.
Partager