Stratégie mondiale pour la santé de la femme et de l'enfant


References

1 « Levels & Trends in Child Mortality: Report 2010 », Groupe interinstitutions des Nations Unies sur l’estimation de la mortalité de l’enfant. Les estimations du Groupe interinstitutions relatives à la mortalité maternelle sont fondées sur des données de 2010.

2 « Levels & Trends in Child Mortality: Report 2010 », Groupe interinstitutions des Nations Unies sur l’estimation de la mortalité de l’enfant.

3 Union africaine, quinzième session ordinaire de l’Assemblée, Déclaration sur les actions à mener dans le domaine de la santé maternelle, néonatale et infantile et du développement en Afrique d’ici à 2015, juillet 2010, Assembly/AU//Decl.1(XI)Rev.1.

4 Organisation des Nations Unies, Conseil des droits de l’homme, résolution 11/8 « Mortalité et morbidité maternelles évitables et droits de l’homme », juin 2009. http://ap.ohchr.org/documents/E/ HRC/resolutions/A_HRC_RES_11_8.pdf.

5 Horton S, Shekar M, McDonald C, Mahal A, Brooks JK, « Scaling up Nutrition: What will it Cost? », Banque mondiale, Washington DC, 2010.

6 “USAID Congressional Budget Justification FY2002: program, performance and prospects – the global health pillar”. United States Agency for International Development. Washington DC. 2001.

7 Horton S, Shekar M, McDonald C, Mahal A, Brooks J, « Scaling up Nutrition: What will it Cost? », Banque mondiale, Washington DC, 2010.

8 « Maternal, Newborn and Child Health Network for Asia and the Pacific, Investing in maternal, newborn and child health – the case for Asia and the Pacific », Organisation mondiale de la Santé et Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, Genève, 2009.

9 Frost J, Finer L, Tapales A, « The Impact of Publicly Funded Family Planning Clinic Services on Unintended Pregnancies and Government Cost Savings », Journal of Health Care for the Poor and Underserved 19, pp778-796, 2008.

10 Mills A and Shillcutt S. “Copenhagen Consensus Challenge paper on Communicable Diseases”. 2004.

11 Organisation des Nations Unies, Comité des droits économiques, sociaux et culturels, « Observation générale N° 14 – Le droit au meilleur état de santé susceptible d’être atteint », 2000, E/C.12/2000/4. Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé, 22 juillet 1946. Documents fondamentaux, supplément à la quarante-cinquième édition, octobre 2006. http://www.who.int/ governance/eb/who_constitution_en.pdf

12 Singh S, Darroch J, Ashford L, Vlassoff M, « Adding It Up: The Costs and Benefits of Investing in Family Planning and Maternal and Newborn Health », Guttmacher Institute et UNFPA, 2010.

13 Save the Children, « State of the World’s Mothers 2007. Saving the Lives of Children Under 5 ». http://www.savethechildren.org/ publications/mothers/2007/SOWM-2007-final.pdf. Campbell O, Gipson R, Issa AH, Matta N, El Deeb B, El Mohandes A, Alwen A, Mansour E, National maternal mortality ratio in Egypt halved between 1992-93 and 2000, Bulletin of the World Health Organization, juin 2005, 83(6), 462-71.

14 Organisation panaméricaine de la Santé. http://www.paho.org/ english/dd/pin/ePersp001_news04.htm. Mars 2008.

15 Tous les exemples de cette section sont extraits du rapport du groupe de travail sur l’innovation dans le cadre de la Stratégie mondiale, disponible en anglais sur le site Web du PSMNE : http://www.who.int/ pmnch/activities/jointactionplan/workingpaper_iwg_v1.pdf.

16 Janani Suraksha Yojana. A conditional cash transfer scheme to promote institutional delivery.

17 Lim SS, Dandona L, Hoisington JA, James SL, Hogan MC, Gakidou E. “India’s Janani Suraksha Yojana, a conditional cash transfer programme to increase births in health facilities: an impact evaluation”. Lancet. 375: 2009–23. 2010.

18 Estimation provenant de l’Union internationale des Télécommunications (Organisme des Nations Unies), disponible à l’adresse : http://www.itu.int/ITU-D/connect/flagship_initiatives/ mHealth.html.

19 Rowe AK. “Potential of integrated continuous surveys and quality management to support monitoring, evaluation and the scale-up of health interventions in developing countries.” Am J Trop Med Hyg 2009;80:971-9.

20 Le Groupe spécial sur le financement international novateur des systèmes de santé a effectué une analyse détaillée d’une centaine de mécanismes de financement novateur existants pour évaluer dans quelle mesure ils pourraient être utilisés pour renforcer les systèmes de santé, et il a établi une liste prioritaire de 24 mécanismes. « More Money for Health and More Health for the Money », Groupe spécial sur le financement international novateur des systèmes de santé, 2009. « Constraints to Scaling Up and Costs: Working Group 1 Report », Groupe spécial sur le financement international novateur des systèmes de santé, 2009.

21 Déclaration de Paris, Programme d’action d’Accra et Consensus de Monterrey.

22 Il s’agit de fonds engagés par l’intermédiaire du mécanisme élargi IFFIm (géré par l’Alliance GAVI) et du Fonds d’affectation spéciale axé sur les résultats géré par la Banque mondiale. Ce financement a bénéficié de l’appui des Gouvernements norvégien, britannique et australien.

23 On utilisera, pour l’acheminement par ce canal, à la fois un cadre d’évaluation conjointe et un cadre de gestion financière harmonisé. L’évaluation conjointe repose sur un ensemble agréé de caractéristiques définies dans le cadre du Partenariat IHP+ pour l’élaboration de plans solides pour le secteur de la santé, qui prévoient notamment que tous les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux compétents intervenant dans le pays participent à l’évaluation. L’utilisation d’un cadre de gestion financière harmonisé ne signifie pas que les fonds provenant des différents organismes seront nécessairement mis en commun.

24 Afghanistan, Bangladesh, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Comores, Côte d’Ivoire, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Haïti, Îles Salomon, Kenya, Kirghizistan, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Myanmar, Népal, Niger, Nigéria, Ouganda, Ouzbékistan, Pakistan, Papouasie-Nouvelle- Guinée, République centrafricaine, République démocratique de Corée, République démocratique du Congo, République démocratique populaire lao, République-Unie de Tanzanie, Rwanda, Sao Tomé-et- Principe, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Tadjikistan, Tchad, Togo, Viet Nam, Yémen, Zambie et Zimbabwe.

25 Ces estimations sont fondées sur les conclusions et la méthodologie du Groupe spécial sur le financement international novateur des systèmes de santé, qui ont été adaptées pour la Stratégie mondiale par le groupe de travail sur le financement dans le cadre de la Stratégie mondiale présidé par la Banque mondiale. Le Groupe spécial a calculé les coûts en US $ (2005) en utilisant deux méthodes différentes – Scale Up One, fondée sur l’approche normative élaborée par l’OMS en collaboration avec l’ONUSIDA et l’UNFPA, et Scale up Two, fondée sur l’outil MBB (Marginal Budgeting for Bottlenecks – budgétisation marginale des goulets d’étranglement) mis au point par la Banque mondiale et l’UNICEF en collaboration avec l’UNFPA et le PSMNE. Pour la Stratégie mondiale, il a été convenu d’utiliser, pour apprécier le volume du déficit du financement, une moyenne tenant compte de l’approche normative et de l’outil MBB. Par ailleurs, les estimations, établies au départ pour la période 2009-2015, ont été revues pour être adaptées à la période 2011-2015. « More Money for Health and More Health for the Money ». Groupe spécial sur le financement international novateur des systèmes de santé, 2009. « Constraints to Scaling Up and Costs: Working Group 1 Report », Groupe spécial sur le financement international novateur des systèmes de santé, 2009. « Constraints on Scaling Up the Health MDGs: Costing and Financial Gap Analysis », OMS, 2009, 2010. « Health Systems for the MDGs: Country Needs and Funding Gaps », Banque mondiale/UNICEF/UNFPA/ PSMNE, 2009. Mises à jour OMS 2010. Mises à jour MBB 2010.

26 Les estimations sont établies en dollars 26 des États-Unis (US $ 2005

27 On trouvera de plus amples informations sur ces estimations dans un document de fond établi par le groupe de travail sur le financement dans le cadre de la Stratégie mondiale, à l’adresse : www.pmnch.org.

28 Le classement des pays selon le revenu est établi sur la base de la classification des pays de la Banque mondiale.

29 Pour plus de détails sur le calcul et la méthodologie, on se reportera au document de fond du groupe de travail sur le financement mentionné ci-dessus à la note 27.

30 Un groupe de pays a récemment pris des engagements totalisant US $5,6 milliards en faveur de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant dans le cadre de l’Initiative de Muskoka lancée par le G8. Ces pays sont les suivants : Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni, États-Unis, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, République de Corée, Espagne et Suisse. (http://g8.gc.ca/g8-summit/ summit-documents/g8-muskoka-declaration-recovery-and-newbeginnings/).

31 Selon des estimations de la Banque mondiale, les financements publics de ces pays pourraient représenter au moins un montant additionnel de US $2 ou 3 milliards entre 2011 et 2015 (se reporter au document de fond du groupe de travail sur le financement mentionné ci-dessus à la note 27).

32 Ainsi, la Chine, l’Inde, le Venezuela, la République de Corée, la Turquie et le Brésil ont tous accru leurs investissements au cours des dernières années.

33 La Fondation Bill & Melinda Gates a récemment annoncé un nouvel engagement d’un montant de US $1,5 milliard sur 5 ans en faveur de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, de la planification familiale et de la nutrition. World Vision adaptera ses activités dans le domaine de la santé pour accorder la priorité à la santé de la mère et de l’enfant. L’Organisation mobilisera US $1,5 milliard au cours des cinq prochaines années pour aider les pays prioritaires à améliorer leurs systèmes de santé à l’échelle des communautés et des ménages. Pour la seule année 2009, la White Ribbon Alliance a mobilisé US $250 000 pour la santé de la femme et de l’enfant.

34 Se reporter au site Web sur l’accès aux médicaments : www.accesstomedicineindex.org.

35 Estimation établie sur la base de la Déclaration du G-20 au Sommet de Toronto, 26 et 27 juin 2010.

36 La proposition en ce sens a d’abord été faite par l’OMS, l’UNICEF, l’UNFPA, l’ONUSIDA, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, l’Alliance GAVI, la Fondation Bill & Melinda Gates et la Banque mondiale, puis adoptée par les participants de 80 pays à Bangkok, en février 2010. L’appel à l’action de Bangkok dans le domaine de l’information sanitaire a été lancé par des participants de 80 pays, qui étudiaient les moyens de renforcer les capacités d’information sanitaire des pays. Cinq principes ont été adoptés : transparence ; bonne gouvernance ; renforcement des capacités et investissements ciblés ; harmonisation et intégration ; et planification future. Ces principes reposent sur le texte rédigé en 2010 par les dirigeants de 8 organisations s’occupant de la santé, ayant pour titre « Meeting the Demand for Results and Accountability: A Call for Action on Health Data from Eight Global Health Agencies ».

37 Médecins, infirmières, sages-femmes, pharmaciens, agents de santé communautaires et autres personnels d’appui à l’infrastructure sanitaire des pays. Cette section tient compte aussi de la contribution importante des associations professionnelles regroupant les membres de ces professions

Documents de fond et liste détaillée des commentaires issus des consultations : www.pmnch.org

Partager