Prise en charge de l'abus de substances psychoactives

Intoxication aiguë

Définition

L’intoxication est un état consécutif à la prise d’une substance psychoactive et entraînant des perturbations de la conscience, des facultés cognitives, de la perception, du jugement, de l’affect ou du comportement, ou d’autres fonctions et réponses psychophysiologiques.

Les perturbations sont liées aux effets pharmacologiques aigus de la substance consommée et aux réponses acquises vis-à-vis de celle-ci; elles disparaissent avec le temps, avec guérison complète, sauf dans les cas ayant entraîné des lésions organiques ou d’autres complications. Le terme est très fréquemment utilisé en référence à l’utilisation d’alcool et est équivalent au mot «ivresse» dans le langage courant.

L’intoxication à l’alcool peut s’accompagner des signes suivants: faciès vultueux, discours bredouillant, démarche ébrieuse, état d’euphorie, d’agitation ou de stupeur, volubilité, comportement chaotique, temps de réaction allongé, altération du jugement, manque de coordination motrice, insensibilité.

L’intoxication, qui dépend éminemment du type et de la dose de substance prise, est fonction du niveau de tolérance du sujet et d’autres facteurs. Il est fréquent qu’une substance soit prise afin d’atteindre un degré d’intoxication souhaité. L’expression comportementale d’un niveau d’intoxication donné dépend fortement des attentes culturelles et personnelles concernant les effets de la substance en cause.

Dans le cadre de la CIM-10, la dénomination «intoxication aiguë» désigne une intoxication revêtant une importance clinique. Parmi les complications possibles, on peut citer: les traumatismes, les fausses routes avec inhalation de vomissements, le delirium, le coma et les convulsions, selon la substance consommée et son mode d’administration.

Description clinique CIM-10

État transitoire consécutif à la prise d’alcool ou d’une autre substance psychoactive, caractérisé par des perturbations: de la conscience, des fonctions cognitives, de la perception, de l’affect et du comportement, ou d’autres fonctions et réponses psychophysiologiques.

On ne doit pas faire un diagnostic principal d’intoxication quand il existe, par ailleurs, des problèmes plus durables liés à l’alcool ou à d’autres substances psychoactives, par exemple une utilisation nocive pour la santé, un syndrome de dépendance ou un trouble psychotique.

Critères diagnostiques pour la recherche CIM-10

L’intoxication aiguë dépend habituellement de la dose, sauf chez les individus qui présentent des troubles organiques sous-jacents (par exemple une insuffisance rénale ou hépatique); dans ces cas, une faible dose peut suffire à produire une intoxication. On doit également tenir compte du contexte social (par exemple désinhibition du comportement lors d’une soirée ou pendant le carnaval).

L’intoxication aiguë est un phénomène transitoire: son intensité décroît et ses effets se dissipent progressivement quand le sujet arrête de consommer la substance en cause. La guérison est donc complète, sauf dans les cas ayant entraîné des lésions organiques ou d’autres complications.

La symptomatologie d’une intoxication ne correspond pas toujours aux effets typiques de la substance: des produits sédatifs peuvent entraîner une agitation et une hyperactivité, et des produits stimulants un comportement introverti et un repli sur soi. Le cannabis et les hallucinogènes peuvent avoir des effets particulièrement imprévisibles.

De nombreuses substances psychoactives peuvent avoir des effets différents selon les doses ingérées. L’alcool peut avoir des effets stimulants à faible dose, entraîner une agitation et une agressivité à des doses plus importantes et être nettement sédatif à des doses élevées.

Partager