Tuberculose (TB)

Principaux obstacles à la lutte contre la tuberculose-MR/UR et aux soins des patients


Assurer l'accès à des antituberculeux de qualité garantie

Tous les pays n’insistent pas sur la qualité des médicaments antituberculeux qui doivent être conformes aux normes OMS, ou sur l’application de normes strictes par les autorités de réglementation. Les associations fixes de médicaments de première intention ne sont pas suffisamment utilisées alors qu’il est démontré qu’elles sont au moins aussi efficaces que les médicaments pris isolément pour guérir les malades de la tuberculose et qu’elles offrent des avantages pratiques et logistiques importants. Si les pays voulaient véritablement éviter de créer une résistance, ils les utiliseraient bien davantage.

L’OMS et la Facilité mondiale d'accès aux médicaments antituberculeux (GDF) offrent plusieurs services destinés à faciliter l’achat des médicaments au niveau national. En ce qui concerne les médicaments de deuxième intention, on n’en produit pas de quantités suffisantes, même pour le nombre relativement faible de patients bénéficiant d’un traitement.

Les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas encore convaincus qu’il est intéressant d’investir dans ce marché. Pour briser ce cycle, les gouvernements devraient s’engager à étendre le traitement de la tuberculose-MR, ce qui créerait une demande accrue, permettrait des prévisions plus précises et étofferait le réseau des fournisseurs.

Partager