Tuberculose (TB)

Entretien avec le Dr Thelma E. Tupasi, Directrice générale de la Tropical Disease Foundation à Manille, Philippines

Le Dr Thelma Tupasi, spécialiste des maladies infectieuses, a fondé à Manille cette fondation à but non lucratif qui dispense des services gratuits aux patients atteints de tuberculose multirésistante (MR) au Centre international de la Tuberculose.

Voyage au coeur de la lutte contre la tuberculose multirésistante et ultrarésistante

 Dr Thelma E. Tupasi, Directrice générale de la Tropical Disease Foundation
OMS/Dominic Chavez
Dr Thelma E. Tupasi, Directrice générale de la Tropical Disease Foundation

John Donnelly: Comment avez-vous commencé à lutter contre la tuberculose?

Dr Thelma Tupasi: J’ai eu moi-même la tuberculose quand j’étais en médecine. Forte de cette expérience, j’ai décidé que je devais faire quelque chose en rapport avec cette maladie.

Q: Que retenez-vous de votre expérience en tant que patiente?

R: C’est arrivé en 1963 … J’ai dû prendre les médicaments tous les jours pendant 18 mois, dont six mois d’injection de streptomycine. C’était très dur. Mais mes camarades de classe veillaient toujours à ce que je prenne mes médicaments, comme actuellement dans le protocole DOTS [l’ensemble des mesures de base qui sous-tendent la Stratégie Halte à la tuberculose].

Q: Quand avez-vous commencé à vous occuper de tuberculose MR?

R: Les premiers cas ont été dépistés en 1999. J’ai dit à mes jeunes collègues que si nous voulions être dans le coup, nous devions traiter ces cas. Beaucoup étaient contre en raison du coût élevé du traitement. Mais nous pensons qu’en tant que médecins nous avions l’obligation de trouver des traitements appropriés pour ces patients.

Q: À part l’argent, quel a été le facteur le plus important pour la mise en oeuvre d’un programme de traitement de la tuberculose MR?

R: La détermination des gens ici. Tous ces jeunes sont pleinement engagés dans la lutte antituberculeuse. L’autre facteur important a été le vibrant et dynamique partenariat public-privé.

Q: Quelles sont vos préoccupations en ce qui concerne l’avenir de la lutte contre la tuberculose MR?

R: Nous devons rendre ce programme national, car il faut que davantage de monde y participe. Personne ne doit être exclu. Il faut promouvoir la sensibilisation. Le système de santé doit aussi être renforcé. Mais rien ne devrait nous empêcher d’aller de l’avant.

Q: Que conseillez-vous aux ministres de la santé qui sont en train d’élargir les programmes de lutte contre la tuberculose MR?

R: Il faut avant tout impliquer le secteur privé. Les médecins qui exercent en cabinets privés contribuent à l’apparition de nouveaux cas de tuberculose MR car certains patients ne sont pas traités comme ils le devraient. Impliquez-les. Faites-en des partenaires. Regardez-moi – je suis un praticien privé et je fais tout ce que je peux pour le système de santé publique.

Partager