Initiative pour un monde sans tabac

Les jeunes et le tabac

Le problème

L’industrie du tabac dépense chaque année des dizaines de milliards de dollars pour attirer de nouveaux clients qui remplaceront ceux qui meurent ou qui renoncent au tabac. Ces nouveaux clients sont en majorité des jeunes; la plupart des consommateurs de tabac commencent avant l’âge de 18 ans et près du quart d’entre eux avant 10 ans.

C’est une des raisons pour lesquelles on parle de « maladie pédiatrique » pour désigner le tabagisme chez les jeunes. Les jeunes sous-estiment souvent les risques du tabac pour la santé et le risque dépendance. Plus les enfants commencent à fumer jeunes, plus ils risquent de devenir des consommateurs réguliers et moins ils sont susceptibles de renoncer au tabac. Si les tendances actuelles se maintiennent, 250 millions d’enfants et d’adolescents aujourd’hui en vie qui continuent à fumer à l’âge adulte mourront de maladies liées au tabac.

L’industrie du tabac emploie un arsenal de stratégies pour cibler les jeunes, y compris dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où vivent 80% des jeunes dans le monde. Plus les jeunes sont exposés au marketing, plus ils sont susceptibles de consommer du tabac. Que ce soit par des moyens publicitaires classiques ou par une promotion et un parrainage indirects, le tabac est à tort associé à la séduction, à l’aventure, à la vitalité et à la réussite sociale.

Largement valorisé, il est aussi largement distribué et consommé par des personnes servant de modèles, comme les parents, les personnalités politiques et les stars de cinéma (à l’écran et dans la vie privée). Tous ces facteurs contribuent à l’acceptabilité sociale du tabac, qui conduit les jeunes à y voir un produit de consommation comme un autre et non une substance dépendogène dangereuse qui tue la moitié de ceux qui en consomment régulièrement.

Le tabagisme passif est également un problème important chez les jeunes. On estime que, dans l’ensemble du monde, 40% des enfants dont l’âge ne dépasse pas 14 ans sont exposés à la fumée seondaire. Environ 28% des 600 000 décès que provoque chaque année le tabagisme passif concernent des enfants, qui meurent le plus souvent d’une maladie des voies respiratoires inférieures.

Partager

Les jeunes et le tabac

  1. Le problème
  2. La solution