Initiative pour un monde sans tabac

Taxation du tabac: un financement novateur des systèmes de santé


Initiative au niveau national dans les pays à revenu faible ou intermédiaire

Utiliser les taxes sur le tabac pour un financement durable au niveau national afin de réduire les inégalités d’accès à la santé et de renforcer les systèmes de santé.

Les pays à revenu faible ou intermédiaire peuvent augmenter leurs taxes sur le tabac et les utiliser pour financer leurs systèmes de santé. Ils peuvent en interne lever durablement des fonds en augmentant les taxes sur le tabac et en affectant la hausse des recettes au renforcement de leurs systèmes de santé.

En raison du niveau généralement modeste de la taxation dans les pays à faible revenu, ceux-ci ont une marge importante d’augmentation des taxes sur le tabac, qui aurait l’avantage supplémentaire de faire baisser la consommation du tabac, notamment chez les jeunes et les pauvres, ce qui entraînerait une amélioration de la santé de la population.

Selon une estimation récente de l’OMS, une augmentation de 50% des droits d’accise sur les cigarettes dans 22 des 49 pays à faible revenu génèrerait au total 1,42 milliard de dollars US. Dans des pays comme le Congo, le Laos ou le Viet Nam, les recettes supplémentaires équivaudraient à une augmentation des dépenses publiques actuelles de plus de 25% (Rapport sur la Santé dans le Monde 2010).

La taxation sur le tabac est une politique favorable aux pauvres. Un certain nombre d’études ayant analysé des enquêtes nationales sur les ménages ont montré que les consommateurs pauvres sont plus sensibles aux augmentations de taxes ou de prix que les groupes plus riches. Cela implique que la hausse des taxes peut être progressive car elle peut entraîner une plus forte réduction de la consommation du tabac chez les pauvres et avoir des avantages plus grands pour la santé des populations pauvres.

Partager