Initiative pour un monde sans tabac

Autres aspects économiques de la lutte antitabac


La question de l'emploi

Une autre question importante est celle de l’emploi. De nombreux gouvernements, notamment dans les pays qui sont de gros producteurs de tabac, matière première ou produits transformés, craignent que la lutte antitabac ne génère du chômage dans ce secteur d’activité. Il importe cependant de noter que le secteur du tabac ne représente qu’une faible part de l’économie dans la plupart des pays.

De plus, à mesure que les fabricants ont fait appel à des technologies à la pointe du progrès, la demande en main d’œuvre a baissé. La Banque mondiale affirme qu’à l’exception de quelques pays agricoles dépendant lourdement de la culture du tabac, il n’y aura pas de perte nette d’emplois à cause des politiques de lutte antitabac et il pourrait même y avoir des créations d’emploi en cas de chute de la consommation mondiale.

De même, la lutte antitabac est perçue comme une menace pour les agriculteurs dont la situation économique a la réputation d’être précaire en général, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. La dynamique mondiale des marchés a entraîné une chute des cours mondiaux des feuilles de tabac, rendant cette culture moins attirante qu’avant et accroissant la nécessité de préparer les agriculteurs à la recherche d’autres moyens de subsistance.

Il est important de noter que la culture de tabac s’associe à des risques pour la santé et l’environnement qu’il faut aussi prendre en compte dans la lutte antitabac et dans l’élaboration des politiques réduisant la dépendance des agriculteurs à cette production.

Le Groupe de travail sur les activités de remplacement de la culture du tabac économiquement viables, institué par la Conférence des Parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, vise à élaborer des outils adaptés, des options politiques et des recommandations à l’intention des pays souhaitant aider les cultivateurs du tabac à trouver d’autres moyens de subsistance économiquement viables.

Partager